•  

    <header class="post-header" style="overflow: hidden; padding: 15px; color: rgb(51, 51, 51); font-family: 'Helvetica Neue', Helvetica, Arial, sans-serif; font-size: 14px; line-height: 20px;"> </header>

     

    VOYAGE À ALGER

     

    Excellent reportage sur Alger réalisé par la télévision belge RTBF en 2011.


    votre commentaire
  •  

    <header class="post-header" style="overflow: hidden; padding: 15px; color: rgb(51, 51, 51); font-family: 'Helvetica Neue', Helvetica, Arial, sans-serif; font-size: 14px; line-height: 20px;"> </header>

     

    HNIFA, UNE VIE BRÛLÉE

     

    Hnifa, une vie brûlée, film documentaire réalisé par Ramdane Iftini et Sami Allam, adapté du livre biographique du journaliste Rachid Hamoudi.
    D’une durée de 60 minutes, l’œuvre retrace la vie tumultueuse de cette grande dame de la chanson kabyle (1924-1981) au destin tragique souvent comparé à celui d’Edith Piaf. Le portrait aborde en filigrane la situation sociale des Algériens durant la colonisation, l’émigration, la création de la radio d’expression berbère, les débuts de la révolution.


    votre commentaire
  •  

    <header class="post-header" style="overflow: hidden; padding: 15px; color: rgb(51, 51, 51); font-family: 'Helvetica Neue', Helvetica, Arial, sans-serif; font-size: 14px; line-height: 20px;"> </header>

     

    L’ALGÉRIE VUE PAR SON CINEMA

     

    Reportage à Alger sur le cinéma algérien. Des cinéastes nous parlent de son évolution depuis la guerre de libération et la transformation politique, sociale et culturelle du pays qui s’y reflète. A travers un organisme, l’O.N.C.I.C. Le cinéma algérien cherche à assumer entièrement ses propres productions. Avec les extraits des films et les témoignages de Mohamed Lakhdar Hamina (« La guerre de libération « ,  » Le vent des Aurès », « Chroniques des années de braises ») , de Ahmed Rachedi ( « L’Opium et le baton » ) , de Mohamed Bouamari ( » Le Charbonnier ») , de Merzak Allouache et son grand succès : Omar Gatlato . Rencontre avec Slim , dessinateur d’affiches , le comédien Sid Ali Kouinet et des réalisateurs , en tournage , au moment de ce reportage : Rabah Laradji pour  » Un toit , une famille  » ; JeanPierre Lledo pour  » L’Empire des rêves ». Réalisation Anne Andreu, 1982.


    votre commentaire
  •  

    <header class="post-header" style="overflow: hidden; padding: 15px; color: rgb(51, 51, 51); font-family: 'Helvetica Neue', Helvetica, Arial, sans-serif; font-size: 14px; line-height: 20px;"> </header>

     

    « GERBOISE BLEUE », LE DOCUMENTAIRE SUR LES ESSAIS NUCLÉAIRES EN ALGÉRIE

     

    Le 13 février 1960, la France procédait à son premier essai nucléaire à Reggane, dans le Sahara algérien. La puissance de ce tir réalisé en atmosphère, et qui répond au doux nom de « Gerboise Bleue », est quatre fois supérieure à celle de la bombe d’Hiroshima. Trois tirs aériens suivront puis 13 autres tirs souterrains alors même que, entre temps, l’Algérie a accédé à l’Indépendance en 1962. Au total, entre 1960 et 1966, la France mettra en œuvre 17 tirs dont celui dit du « Béryl », le 1er mai 1962 qui échoua, fissura la montagne et laissa échapper un nuage radioactif.

    Le documentaire de Djamel Ouahab, « Gerboise Bleue » (2008), revient donc sur cet épisode assez méconnu de l’histoire contemporaine. Par le biais de témoignages d’anciens soldats, d’appelés et d’Algériens, il montre comment la France a procédé à ces essais sans avoir pris la peine de prévenir les militaires, les civils et les populations locales de la dangerosité des manœuvres. De plus, après son départ, l’armée française n’a procédé à aucune décontamination des sites et s’est contentée d’un enfouissement sommaire des matériels. Aujourd’hui, abandonnés à leur sort, les victimes françaises et algériennes des ces essais, qui pour beaucoup souffrent de lourdes pathologies, réclament reconnaissance et justice. L’État algérien, qui s’est peu préoccupé de ce problème jusque-là, voudrait que lui soient communiqués les documents utiles pour « comprendre ce qui s’est passé, connaître les sites contaminés et les circonscrire ». Mais l’État français continue de faire la sourde oreille. Il a décidé de classer secret-défense les archives relatives à ces essais et refuse de reconnaître une quelconque corrélation entre l’exposition aux radiations et l’apparition des maladies.

    Voir également le documentaire sur De Gaulle, l’Algérie et la bombe en cliquant ici et un reportage sur la puissance des essais nucléaires réalisés en Algérie ici.


    votre commentaire
  •  

    <header class="post-header" style="overflow: hidden; padding: 15px; color: rgb(51, 51, 51); font-family: 'Helvetica Neue', Helvetica, Arial, sans-serif; font-size: 14px; line-height: 20px;"> </header>

     

    « LES FILLES DE LA RÉVOLUTION » (1968)

     

     Que sont devenues les libératrices ? Ce reportage réalisé en 1968 essaye d’évoquer la situation de la femme en Algérie à travers plusieurs témoignages d’Algériennes engagées dans la lutte pour l’émancipation féminine et qui ont participé à la révolution. Du maquis à la cuisine ? Regards croisés sur la situation de la femme en Algérie.

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique