• LE FILM COMME OUTIL DE SENSIBILISATION 

    Le film comme outil de sensibilisation

    Du documentaire journalistique à la fiction grand public, de la projection en salle de loisirs au Festival en cinéma... le film est un outil habituel des acteurs de la Semaine. Mais le choix d'un film et de son mode de projection n'est pas anodin.

     

     Pourquoi un film ?

    Le film est un support très intéressant pour sensibiliser à des thématiques de solidarité. Images et sons permettent d'aborder des sujets parfois complexes de façon concrète. Adapté à une société de l'image où les écrans prennent de plus en plus de place, le grand public s'informe de plus en plus de cette façon. Ainsi, depuis notamment le succès du "Cauchemar de Darwin" ou de "Nos enfants nous accuseront", le documentaire devient un support courant de sensibilisation d'un public curieux à toutes sortes de problématiques. Voir, entendre, prendre le temps de cheminer dans une histoire, le film est un outil idéal pour s'imprégner de la vie des autres, en particulier sur des réalités qui se passent à l'autre bout du monde.

    Dans tous les cas, il est important de penser à ce qui "entoure" le film : l'introduction, la documentation, le travail en amont avec la salle qui accueille, les intervenants avant et/ou après le film...

    Documentaire ou fiction ?

    Le documentaire a un vrai atout didactique et informatif. En général, en utilisant les ressorts de l'enquête ou de la démonstration pour exposer des réalités et des analyses, il va droit au but sur un mode rationnel. A moins qu'il ne laisse la réalité parler d'elle-même, avec un minimum de commentaires et de construction scénaristique. Carle témoignage est le vrai avantage du documentaire : en laissant parler les images, les ambiances, mais aussi plus directement les personnes qui vivent certaines situations, le contenu du documentaire apparaît souvent comme infaillible, une sorte de vérité nue. Attention cependant, il n'en reste pas moins une construction où le choix des sujets, des angles, des personnages, donne à la vérité un message plus ou moins explicite, plus ou moins volontaire de la part du réalisateur. L'intérêt d'une animation de la Semaine peut être de questionner cette vérité, de la mettre en balance avec d'autres points de vue, etc.

    La fiction quant à elle permet d'aborder certains sujets de façon plus indirecte, en toile de fond, sous forme de prétexte à la narration parfois. Mais elle a ainsi l'énorme avantage de s'adresser à un public plus large qui pourra venir voir le film d'abord pour une motivation de loisirs : ainsi l'humour, le drame, l'action, le spectacle peuvent être des arguments à prendre en compte pour s'adresser à un public non averti, voire réticent, sur les questions jugées "sérieuses" de solidarité internationale. Utiliser les Prix reçus par le film ou par ses réalisateurs peut être une façon de le valoriser.

    La frontière entre documentaire et fiction n'est pas toujours si claire, nous voyons de plus en plus apparaitre des films de fiction construits comme des documentaires, et des documentaires qui utilisent les ressorts cinématographiques du film de fiction.

    Et pourquoi ne pas commencer une soirée par un film "grand public", puis enchaîner sur un documentaire permettant d'affiner le sujet ? ou alors passer en court-métrage avant la projection du film "grand public" un spot d'information plus sérieux ?

    Et aussi...

    Aujourd'hui, la notion de "film" se décline à l'infini :

    • certains films d'animation sont très didactiques, voire ludiques (par exemple celui-ci "comment nourrir tout le monde")
    • certains films ne circulent que sur internet, de formats très courts (type clips) ou parfois plus long qu'un film de cinéma. Voir par exemple la page du groupe Facebook de la Semaine
    • La Semaine peut être l'occasion de travailler à la production d'un film avec un groupe de jeunes, ou même d'adultes, lors d'un projet d'établissement, d'un voyage à l'étranger ou d'un atelier d'expression. Les moyens techniques (filmage, montage) se sont aujourd'hui démocratisés (moins coûteux, plus intuitifs). Cependant, l'oeil, l'expérience et le savoir faire de professionnels sont des atouts capitaux pour faire aboutir un projet conforme à vos attentes : pensez à des partenariats avec des écoles spécialisées, des médias, des agences ou autoentrepreneurs de ce support.

    Quelques questions à se poser avant de choisir son film ?

    • A quel public souhaite-t-on s'adresser prioritairement ? (déjà sensible au sujet ou moins initié ?)
    • A partir de là, quel type de film est le plus pertinent ? (documentaire ou fiction, film amateur ou film primé ? extrait, durée...)
    • Quelle est la place du film dans l'animation ? sert-il juste à illustrer une problématique traitée de façon approfondie dans le cadre d'une conférence, d'une journée à thème, d'une animation scolaire... ou est-ce un exposé à lui seul ?
    • Quel lieu de projection ? (le lieu détermine fortement le public qui viendra)
    • Quel type d'échanges avec la salle après le film : des questions/réponses à des intervenants, une discussion ouverte ou un débat sur la base d'une problématique précise ?
    • A-t-on tout prévu techniquement ? format du film, qualité de la projection et de la sonorisation, configuration de la salle, lisibilité des sous-titrages...

    Des festivals partenaires de la Semaine

    • Lancé, il y a 3 ans, le Festival ALIMENTERRE a pris de l’envergure avec plus de 200 structures mobilisées autour du Comité Français pour la Solidarité Internationale (CFSI). Le festival informe sur les causes de la faim et promeut le droit à l'alimentation. En 2009, 250 projections-débats ont été organisées dans plus de 120 villes. 20 000 spectateurs y ont participé. Cette année, du 15 octobre au 30 novembre 2010, le festival de films AlimenTerre sera lancé à Lille et se tiendra dans plus de 5 pays ; le Bénin, la République Tchèque, l’Allemagne et le Québec pourraient s’associer à cette 4ème édition.
    • Le Festival International du Film d'Amiens était acteur en 2009 de la Semaine.  L'éthique du Festival comprend aussi bien le mouvement qui porte vers les publics qui ont délaissés les salles de cinéma, comme vers les professionnels du Sud (avec les 14ème fonds d’Aide au développement du Scénario et Cinéma en Mouvement 5).

    votre commentaire
  • Trucs et astuces

    Par : Lionel Allorge

     

    Trucs et astuces de tournage pour le cinéma et la vidéo :

    Si vous connaissez des trucs et astuces qui ne sont pas dans cette liste : merci de nous en faire profiter en nous envoyant un e-mail àwebmaster@lunerouge.org

    -  Ayez une histoire à raconter : 
    Rappelez-vous que vous devez intéresser vos spectateurs. Pour cela il vous faut une histoire. Ne restez pas focalisé sur l’aspect technique. Même en cas de documentaire, il vous faut un fil directeur. Hitchcock disait pour faire un bon film il faut trois choses : une bonne histoire, une bonne histoire et une bonne histoire. 
    -  Utilisez un pied de caméra :
    Lorsque l’on filme un plan en tenant la caméra à la main, on obtient toujours, même avec les stabilisateurs modernes, une image qui vibre de manière désagréable. Il est impératif d’utiliser un pied pour la plupart des plans, surtout si vous utilisez le zoom pour de longues focales. 
    -  Faites la balance des blancs :
    Si vous utilisez une caméra vidéo, il est impératif de régler la balance des blancs. En effet la caméra doit corriger la teinte dominante de la lumière, ce que notre cerveau fait pour nous automatiquement. Pour cela, on utilise une feuille blanche (par exemple du polystyrène) que l’on place devant la caméra pour lui indiquer à quoi ressemble le blanc dans l’éclairage de la scène. On appuie ensuite sur le bouton de réglage pour recaler la gamme de couleurs. Il existe aussi parfois des préréglages lumière électrique et lumière du jour. 
    -  Débrayez les automatismes :
    Sur les caméras grand public, la plupart des réglages sont automatiques. Il faut autant que possible débrayer tous ces automatismes pour éviter des changements de réglages intempestifs au beau milieu d’un plan. C’est surtout vrai pour l’autofocus qui à tendance à faire un effet de pompage très désagréable lorsqu’il cherche la mise au poing. Mais c’est aussi nécessaire pour l’ouverture du diaphragme car sinon, la caméra cherche à optimiser la luminosité de la scène ce qui va souvent à l’encontre de la mise en lumière du décor, surtout si les ambiances sont sombres. 
    -  Créez des ombres et des lumières :
    Evitez l’éclairage trop uniforme de vos plans. Il faut mettre en lumière le décor. Créez des zones d’ombres mais aussi des zones de lumières plus vives. Vous pouvez aussi faire apparaître certains éclairages dans le champ comme des halogènes ou des spots pour créer une image plus riche et plus intéressante. 
    -  Faites des essais :
    Surtout si vous tournez en vidéo, vous pouvez vous permettre de faire de nombreux essais. Filmer n’importe quoi, modifiez tous les réglages, mais notez ce que vous faites de manière à pouvoir le reproduire. Visionnez ensuite vos essais en prenant le temps d’analyser l’image. Trouvez pourquoi certains plans vous plaisent ou pas. Il est aussi important de comprendre ce qui marche que ce qui ne marche pas. Cela vous permettra de bien maîtriser votre caméra mais aussi de découvrir des idées de plans. 
    -  Tournez trop :
    Surtout si vous utilisez de la vidéo, n’hésitez pas à tourner trop. Tournez quelques secondes en plus au début et à la fin de chaque plan. Cela peut vous être utile au montage. Faites des gros plan sur les mains, les visages ou les objets. Ils pourront vous servir de plan de coupe lors du montage si deux plans se raccordent mal. De même, faites des plans des décors vides, ils pourront vous servir pour y incruster des scènes tournées sur fond bleu ou vert. Cela peut éviter de devoir revenir dans des lieux si par exemple vous n’aviez l’autorisation de tourner que pour une courte période. 
    -  Enregistrez trop :
    Idem pour le son. Enregistrez toujours quelques minutes de son d’ambiance du lieu ou vous tournez. Cela vous sera utile au montage. Vous pouvez d’ailleurs, si vous tournez en vidéo, faire le son et l’image en même temps pour avoir des plans vides avec le son d’ambiance. En vidéo, il est souvent nécessaire d’utiliser un micro indépendant à la place du micro de la caméra qui est souvent assez médiocre et qui tend à enregistrer les vibrations du moteur de la caméra. 
    -  Tournez avec deux caméras :
    Si vous le pouvez et surtout avec des comédiens amateurs, il est intéressant de tourner chaque scène avec deux caméras pour obtenir 2 points de vues différents (par exemple un champ et un contre-champ en même temps) car les acteurs peuvent se lasser rapidement. Une caméra peut être utilisée pour faire un plan classique (plan large sur pied) et l’autre peut servir à faire des plans originaux (détails, plongée ou contre-plongée). C’est très utile au montage pour pouvoir dynamiser des scènes. 
    -  Ajoutez de la musique :
    Une musique bien choisie va immédiatement créer une ambiance pour votre scène. On peut utiliser des musiques libres de droit. Mais elles ne sont pas très originales. L’idéal étant de pouvoir composer soi-même ou bien de pouvoir faire appel à des amis pour avoir une musique parfaitement adaptée au déroulement de votre action. 
    -  Evitez de zoomer :
    Le zoom est fait pour choisir rapidement la meilleure focale pour composer son plan. Dans le temps, les caméras avaient des objectifs fixes et l’on ne pouvait pas zoomer. Il fallait garder la même focale pour toute la durée du plan. C’est en général une bonne idée. Mais sur les caméras modernes, le bouton du zoom est juste à portée de doigts. Résultat : on n’arrête pas de zoomer ce qui donne la nausée aux spectateurs, surtout si la caméra est tenue à la main. De plus, si votre caméra vidéo est munie, en plus du zoom optique, d’un zoom numérique, il ne faut surtout jamais l’utiliser car il dégrade fortement la qualité de l’image. 
    -  Evitez la frime :
    Les appareils de montage modernes, notamment le montage virtuel sur ordinateur offre de nombreux effets et transitions. On a un nouveau jouet et l’on veut en explorer toutes les possibilités. Résultat : on perd le spectateur par des effets de transition ou des modifications de couleurs qui n’apportent rien à l’histoire. Utilisez ces effets à bon escient. 
    -  N’utilisez pas la première et les 5 dernières minutes d’une cassette vidéo :
    La bande vidéo contenue dans une cassette est en général soumise à des tensions assez fortes qui peuvent déformer le signal vidéo qui est inscrit dessus, même pour les appareils numériques. Cela est surtout vrai en début et en fin de bande. 
    -  Tournez sur batterie :
    Certaines caméras permettent de se brancher directement sur le courant 220V. Mais ce courant est souvent source de bruit parasite lors de l’enregistrement du son. Mieux vaut donc utiliser les batteries. 
    -  Numérotez vos batteries :
    En numérotant vos batteries, vous pourrez mieux gérer leur charge. Prenez l’habitude de les utiliser dans l’ordre numérique pour éviter les mauvaises surprises. 
    -  Protégez votre caméra :
    Si vous tournez en extérieur, protégez votre caméra du sable et de l’humidité. Il existe des sacs spéciaux qui sont parfaitement étanche mais ils sont assez cher et ne peuvent être utiliser que pour un modèle de caméra. Vous pouvez aussi simplement emballer de manière provisoire votre caméra avec un film de plastique fin type film alimentaire. 
    -  Ne fumez pas lorsque vous tournez :
    Lorsque vous cadrez, ne fumez pas en même temps ! Nous avons perdu un certain nombre de plans à cause de cadreurs qui fumaient lors de prises et l’on voit alors l’écran traversé par des volutes de fumées qui n’ont en général rien à y faire...

     

    votre commentaire
  • Outils pour sous-titrage

    Cette section regroupe les outils pour manipuler les sous-titres et les intégrer dans les clips vidéos. Vous trouverez ici des logiciels pour couper ou fusionner des fichiers de sous-titres, des éditeurs pour modifier les textes et temporisations des sous-titres ainsi que des outils de conversion de format et des filtres Direct Show pour afficher les pistes de sous-titres sur PC.

    DivX Subtitle Displayer (DSD.exe): Logiciel de sous-titrage DivX
    Lemony (lemony_trial.zip): Logiciel complet de sous-titrage
    SubRip (SubRip_1.17.1.exe): Rippe les pistes sous-titre
    Sub Station Alpha (SSAinstall.exe): Titrage, sous-titrage, karaoke
    SubTitle Tuner (SubtitleTuner.zip): permet de régler le nombre de lignes de sous-titres
    Subtitle Workshop (subtitleworkshop251.zip): logiciel complet et gratuit d'édition de sous-titres
    Time Adjuster (ta.zip): outil de sous-titrage
    Txt2Vobsub (txt2vobsub.exe): génère des sous-titres vobsubs[idx/sub] à partir de sous-titres .srt ou .txt
    VobSub (VobSub_2.23.exe): plugin sous-titres pour VirtualDub, Avisynth et AviUtl, inclut un filtre DirectShow

    Retour


    votre commentaire
  • Les bases : comment Réaliser un Film…Un Bon Film


    pouce

    Il y a deux semaine j’avais mis en ligne : comment réussir à faire un bon film. Voici donc la deuxième partie de cet article : Comment réaliser un film…un bon film.

    5 ème point : le tournage

    Ce que je peux voir, la plupart du temps dans les courts-métrages qui traînent sur le net, ce sont des films difficilement regardables (image qui bouge etc…) bref, loin de ce que l’on appelle un bon film. Beaucoup de jeunes réalisateurs se cachent derrière un manque de moyens  alors que savoir faire un cadre et poser sa caméra ne demande pas des milliers ou des millions d’euros !

    Pour que votre film soit un bon film, il faut qu’il soit regardable. Cela veut dire une image stable, nette, ni surexposée ou sous exposée.

     

    Voici quelques conseils rapides sur comment réaliser  un film :

     

    -       Il faut des mouvements fluides. Si vous faîtes un panoramique, évitez qu’il y ait des à-coups.

    -       Évitez de laisser l’auto focus car vous risquez d’avoir des flous, des mises aux points intempestives

    -       Ne zoomez pas. JAMAIS ! si vous tournez avec un reflex, changez de focale. On se rapproche ou on se recule du sujet filmé. On ne zoome ou on ne dé zoome jamais.

    -       Utilisez un pied pour vos plans fixes

    -       Pour les plans à « l’épaule » soyez bien stable sur vos positions, les deux pieds bien posés au sol. Si vous filmez avec un caméscope, ayez les coudes bien serrés contre votre corps pour éviter de trop bouger.

    -       Attention à votre diaph ! Passez en Manuel si vous devez filmer de l’intérieur d’une maison vers une ouverture de porte (porte d’entrée par exemple). L’entrée de lumière fera exploser votre diaph et rendra folle votre caméra qui cherchera à compenser, vous perdrez le point aussi…bref…la cata

    -       Faites un Master, c’est à dire un plan qui couvre toute votre séquence. En général c’est un plan plutôt large.

    -       Multipliez les axes et les valeurs mais ne les surmultipliez pas. Il ne sert à rien de faire 15 plans avec 15 axes différents si votre séquence ne fait que 20 secondes….soyez malin et réfléchissez au moyen le plus rapide, aux plans et axes qui seront les plus efficaces.

    -       On ne filme jamais à contre jour ! (sauf pour un effet particulier)

     

    Dernier conseil de tournage sur comment réaliser un film :

    -       attention à vos raccords mouvements

    -       et à vos raccords tout court (costumes, objets etc… )

    -       respectez les règles élémentaires du tournage (règle des 180°, des 30° etc..) nous reviendrons aussi sur tout ça dans un autre article.

     

    6e point : Le son

    Oui, vous avez raison, ce point fait partie du tournage mais je trouve primordial de lui consacrer un point particulier.

    Beaucoup d’entre vous utilisent le son du micro intégré à la caméra et c’est une très grosse erreur.

    -       Le son est lointain

    -       Le micro prend absolument toutes les ambiances

    -       La réverbération de chaque pièce ou lieu donne une « couleur » différente à chaque séquence, ce qui a pour but d’être immontable et affreux à écouter

    Il faut donc d’autres solutions pour avoir un son plus pro et ne pas dépenser toutes vos économies.

    Ce qu’il faut faire :

    -       louer un micro pro et l’adapter sur la caméra

    -       prendre un micro pro, une bonnette et une perche

    -       louer une mixette (appareil qui gère le son en direct pendant les prises

    -       louer ou acheter des HF

     

    Si j’ai un conseil à vous donner, c’est de louer le matériel car pour un moindre coût vous aurez du matos top pour un résultat à la hauteur de vos espérances.

     

    Oui mais quel matériel ?

    Pour percher si vous avez une entrée 48volt sur votre caméra  (appareil photo), vous pouvez brancher un Neumann KMR81. Si vous n’avez pas de prise 48volt,il vous faut en plus du Neumann KMR81 une mixette du type : Sound Devices 302.

     

    En les louant votre budget devrait vous dire merci :o )

    Je vous conseille aussi de louer des HF (micro cravate) pour les prises de son si percher n’est pas possible.

    Si vous ne voulez pas percher où que vous n’avez pas les moyens, je vous conseille d’investir dans des HF. Vous pouvez en trouver pour une centaine d’euros comme le : AZDEN WLX-PRO

     

    Dernier conseil pour réussir un bon film :

    -       Faites des sons seuls

     

    Un son seul est une prise de son, un son témoin de tous les lieux dans lesquels vous tournez sans que l’équipe ne fasse aucun bruit, comme si la pièce ou le lieu était vide. Cela vous permettra, au montage, de gommer certaines imperfections sonores. Cette technique ne fonctionne que si vous perchez ou si vos dialogues sont pris par HF. Il faut que la piste des dialogues ou de l’action soit différente de l’ambiance ;o) nous reviendrons sur ce point dans un futur article.

    Nous pourrions parler du montage et du mixage mais franchement si vous suivez tous les points ci-dessus, vous aurez abattu un travail incroyable. Comme je dis souvent « Rome ne s’est pas bâtie en un jour ». Prenez votre temps et essayez de vous améliorer sans cesse. Je suis là pour vous aider.

     

    7e Point : L’éclairage

    Je sais que vous faites presque tous l’impasse sur ce point ! Pourtant avoir un peu de lumière, autre que la lumière ambiante, peut être (est) décisif pour obtenir une image convenable.

    De plus cela ne demande pas non plus un déploiement de moyens extraordinaires.

     

    Je ne suis pas expert en lumière, mais vous pouvez vous en sortir « pour les petits décors en intérieur avec :

    -       2 ou 3 mandarines de 800 watts

    -       1 ou 2 Fresnel de 300 watts

    -       Si votre budget le permet : HMI (reproduit la lumière du jour)

     

    Fresnel

    Fresnel

    Mandarine

    Mandarine

    Attention les mandarines, ça chauffe dur ;o) utilisez des gants pour les transporter ou pour régler les volets.

    Il vous faut aussi tout le matériel autour : ciné foil (genre alu très épais noir qui ne prend pas feu) ; des gélatines (de couleurs) ; des pinces à linge (pour faire tenir le ciné foil et la gélatine sur les projo ;o)

     

    ciné foil

    ciné foil

    Gélatines

    Gélatines

    Voila pour cette deuxième partie sur les bases/ les étapes sur comment réaliser un film. Dans les prochaines semaines nous iront plus loin…;o)


    votre commentaire
  • Les Bases pour réaliser un film…un bon film

     

    pouce

    comment réaliser un filmun bon film est un titre d’article qui peut surprendre, tant le sujet est vaste, je vous l’accorde ! Pourtant vous êtes très nombreux à me poser cette question. J’ai mis pas mal de temps à vous répondre car, comme vous pouvez vous en douter, c’est une question à laquelle il est difficile de répondre.

    Mais qu’à cela ne tienne, je me lance.

    Néanmoins, une petite précision s’impose : cet article est destiné aux réalisateurs en herbe qui désirent se lancer. Si vous avez un projet de long-métrage ou de téléfilm, cet article est aussi pour vous il est vrai que votre projet sera géré par une production et une équipe de professionnels qui mettront tout en œuvre pour que votre film soit diffusable,  mais n’oubliez pas que c’est vous qui allez réaliser.

     

    Si vous ne voulez pas réaliser, cela ne vous empêche pas de vous tenir au courant…savoir comment réaliser un film…un bon film peut toujours servir pour vous ou quelqu’un de votre entourage. Le but de ce blog c’est le partage des connaissances…Mais surtout je vais vous donner des trucs et astuces que vous pourrez utiliser aussi pour vos films de vacances. Pour  tenir un camescope (ou un téléphone) correctement vous devez aussi obéir à certaines règles ;o)

    1er point : le scénario

    Certes, pour réaliser un film, il faut un bon scénario, une bonne histoire, des personnages inoubliables, des personnages secondaires intéressants, un méchant vraiment méchant etc…Mais réellement il faut surtout que votre histoire tienne la route. Il faut qu’elle soit « plausible » et que vos personnages le soient aussi.

    Mais cela ne fait pas tout ! Vous aurez beau écrire le scénario du siècle, si tout le reste ne suit pas vous ferez un bide.

     

    Oui mais le reste c’est quoi ?

    Donc imaginons que le scénario soit prêt.

    2e point : la préparation

    J’ai l’habitude de fanfaronner ;o) en disant qu’un film bien préparé est un film terminé ! Bon, j’exagère peut-être un peu mais dans le fond ce n’est pas totalement un mensonge. Si vous avez pensé à tous les problèmes et que vous les avez anticipés, si votre dépouillement, plan de travail et vos feuilles de services sont prêts et que vous les avez vérifiés, alors vous pouvez vous dire quele tournage va bien se dérouler.

    Évidemment vous avez fait des repérages des lieux, fait votre découpage et plan au sol, bref vous êtes au top ! Vous avez tout anticipé, vous êtes presque prêt àréaliser votre film.

    3e point : le casting

    C’est le premier gros handicap qui vous met dedans. Dites-vous que si les points 1 et 2 sont maîtrisés et que votre casting est médiocre, encore une fois cela sera la catastrophe. Jouer la comédie n’est pas donné à tout le monde.

    La solution :

    -       Essayer de prendre des apprenties comédiennes

    -        des élèves du conservatoire

    -        ou carrément des comédiens.

     

    N’ayez pas peur d’aller vers eux. S’ils sentent que vous essayez de mettre toutes les chances de votre côté, vous devriez pouvoir les convaincre.

    Les comédiens sont la vitrine de votre film. C’est d’eux que les spectateurs vont se souvenir, surtout si vos « comédiens » jouent mal.

    4e point : La direction d’acteur

    Ce point rejoint un peu le point précédent. Si vous avez de vrais comédiens, les diriger devrait être plus simple et les dialogues seront dits avec justesse. Si jamais vous n’en avez pas et que vos comédiens sont « amateurs », il faudra leur donner  quelques conseils de base :

    -       qu’ils sachent leur texte

    -       qu’ils ne sourient pas, gênés d’être devant la caméra

    -       qu’il n’y ait pas de regard caméra (il ne doivent à aucun moment regarder la caméra)

    -       qu’ils s’habilleront avec des vêtements qui ne sont pas les leurs (ils jouent un personnage)

    -       Ne leur donnez pas trop d’indications de jeux, mais plutôt une ligne directrice

    -       Faites des répétitions car il est difficile pour un « amateur » de penser à son texte, à ses déplacements et aux intentions qu’il doit avoir

    -       Une fois l’intention ou la direction de jeu donnée, demandez leur de se remémorer  une situation similaire (qu’ils ont vécu) pour les aider à être un peu plus juste

     

    La prochaine fois nous verrons les points 5, 6 et 7 pour réussir un bon film. Nous parlerons donc :

    De tournage :

    - tous les trucs et astuces pour tourner convenablement.

    De son :

    -       Comment faire une prise de son et avec quel matériel. Je vous donnerai une petite liste de matériel

    De l’éclairage :

    -       Presque toutes les apprenties réalisatrices font l’impasse sur ce point. Je vais vous donner une petite liste de projecteurs à avoir ou à louer ;o)

     

    Dans ces articles, j’essaie de vous donner quelques conseils pour réussir votre film. Évidement nous survolons le sujet. Je vais faire des articles plus poussés sur tous ces sujets : tournage, éclairage, montage, son etc…

    Si vous avez aimé cet article, la meilleure manière de me le dire est de cliquer sur le bouton « Like » en haut de l’article. Vous pouvez aussi lire d’autres articles en retournant dans le plan du site, en cliquant sur le lien.

    A bientôt.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique