• Hadj Smaine

     

    http://algerieartist.kazeo.com
    Hadj Smaine est un acteur et metteur en scène algérien né en 1932 à Constantine, en Algérie. 
    En ce temps là, Constantine était considéré comme un lieu donnant une grande place à la religion, à la culture, à l'art, et aux traditions algériennes arabo-musulmanes. Hadj Smaine grandit à Constantine parmi sa famille et côtoyant des amis aimant l'art et la culture en général; le cinéma, la musique, le scoutisme, le sport tel la natation à Sidi M'Sid. Avec les amis scouts, Hadj Smaine jouait des petites scénettes s'inspirant des films qu'ils regardaient dans les salles de la ville. Entre amis, ils allaient au ciné-club de Constantine (ex. Université Populaire, Centre Abdelhamid Ben Badis actuellement). L'Université Populaire qui était en même temps le conservatoire de la ville de Constantine, avait des locaux attribués à des associations pour les musiciens, pour le théâtre amateur, pour les scouts entre autres. 

    L'Université Populaire avait aussi d'autres fonctions administratives car elle dépendait d'une structure étatique; l'Administration Coloniale Française. 

    Hadj Smaine incarnant l'inspecteur Tichout dans Les Enfants de Novembre de Moussa Haddad 
    Hadj Smaine et les regrettés Ouhadda, Hassan El-Hassani, et Boualem Raïs dans Chronique des années de braise de Mohamed Lakhdar-Hamina 

    Hadj Smaine et feu Mohamed Oueniche dans Les Enfants de Novembre de Moussa Haddad 
    Au fil du temps, Hadj Smaine avait intégré la troupe de théâtre "Les Milles et une Nuits" avec d'autres amis du scoutisme; Feu Hassan Belhadj (premier directeur du Cinéma Algérien, grand comédien, patriote et ancien collaborateur à M'Hamed Yazid) et Abdelkrim Menaï (ancien éclaireur des scouts musulmans). Après plusieurs années de pratique théâtrale, Hadj Smaine quitte la troupe "Les Milles et Une Nuit" afin de créer un théâtre sans "sketch", semblable à celui qui se pratiquait en Europe et dans le monde arabe (en Égypte plus particulièrement). 

    Entre autres, Hadj Smaine a été membre des troupes théâtrales suivantes : 

    Les Milles et Une Nuits 
    Les Compagnons du Vieux Rocher 
    L'équipe théâtrale algérienne d'avant l'Indépendance (de 1957 à 1958) 
    La troupe de la Maison de Jeunes de Hussein Dey (avant 1962) 
    Les Capucines d'Alger (avant 1962) 
    Le Théâtre national d'Algérie (à l'Indépendance). 

    Filmographie 

    1965 : La Bataille d'Alger, (La Bataglia di Algeri) de Gillo Pontecorvo 
    1966 : Le Vent des Aurès de Mohamed Lakhdar-Hamina 
    1968 : Patrouille à l'est de Amar Laskri 
    1974 : Chronique des années de braise de Mohamed Lakhdar-Hamina 
    Les Aventures d'un héros , Moughamarat Batal de Merzak Allouache 
    Beni Hendel, Les Déracinés de Lamine Merbah 
    La Dernière Image de Mohamed Lakhdar-Hamina 
    1977 : El Harik de Mustapha Badia 
    1978 : El Intihar de Mustapha Badia 
    1986 : L'Homme qui regardait les fenêtres de Merzak Allouache 
    1982 : Mariage de dupes de Hadj Rahim 
    1987 : Cri de pierre de Bouguermouh 
    1970 : Les Enfants de novembre de Moussa Haddad 
    1971 : L'Après pétrole 
    2010 : Axis of Evil ou l'Axe du Mal de Anouar Hadj Smaine en tant que Producteur Executif 

    fr.wikipedia.org - Hadj Smaine 
     

    votre commentaire
  • Aicha Adjouri dite Keltoum

     
    http://algerieartist.kazeo.com
    Keltoum, son vrai nom Aicha Adjouri, née le 4 avril 1916 à Blida, et décédée le 11 novembre 2010, est une actrice algérienne.

    Figure du théâtre et de cinéma. Dès son très jeune âge, elle avait été attirée par la danse et le théâtre.

    À plusieurs reprises, étant enfant, elle s'était sauvée de chez ses parents pour aller voir et suivre des acteurs et danseurs ambulants.

    C'est Mahieddine Bachtarzi qui la découvrit à Blida, en 1935, et lui offrit sa chance et, en dépit des préjugés de sa famille, Keltoum ne la laissa point échapper.

    Une grande tournée en France et en Belgique ne tarda pas à prouver tant au directeur de la troupe qu'à l'artiste qu'ils ne s'étaient pas trompés. Anvers, Liège, Bruxelles, Paris, Lyon, Marseille l'applaudirent.

    À Nice, elle dansa, un soir, devant 20 000 personnes, au jardin Albert 1er. C'est au cours d'une tournée au Maroc qu'elle affirmera son talent de comédienne.

    Elle devait ensuite créer de nombreuses pièces, soit aux côtés de Bachtarzi, soit avec Rachid Ksentini ou Habib Réda. L'aventure de la première saison arabe de l'Opéra d'Alger eut lieu en 1947. Depuis, c'est à Keltoum que furent confiés les principaux rôles féminins, qu'il s'agisse de comédie ou de tragédie.

    La radiodiffusion en langue arabe la compta parmi ses pensionnaires les plus écoutés. Le cinéma ne pouvait manquer de l'attirer. Elle y fit ses débuts dans La Septième porte Svoboda.

    C'est au moment où elle s'apprêtait à signer de nouveaux contrats qu'un incident (à la suite d'une dépression nerveuse Keltoum se précipita dans le vide du haut de sa villa de Bologhine et se fractura les vertèbres) vint interrompre, le 30 mai 1951, sa carrière..., mais pas pour longtemps. En 1952, elle reprit le rôle de Desdémone dans Othello, la fameuse pièce de William Shakespeare, traduite en arabe par Ahmed Toufik EI-Madani.

    En 1956, elle arrêta ses activités artistiques et ne reprit qu'en 1963 avec le TNA jusqu'à sa retraite. Son vrai premier rôle, elle le joua dans la pièce de Bachtarzi, Mariage par téléphone, en compagnie de Rachid Ksentini.


    Elle joua tout à fait par hasard dans un film allemand, en 1945, mais sa carrière cinématographique ne commencera que vingt ans plus tard, en 1966 avec Le vent des Aurès de Mohammed Lakhdar-Hamina dans lequel elle tient magistralement le rôle d'une mère qui cherche désespérément son fils raflé par l’armée française pendant la guerre.

    Keltoum 1975

    Elle joua dans plus de soixante-dix pièces de théâtre et dans au moins une vingtaine de films, enregistra cinq disques avant 1962 (Ya ouled El Ourbane, Ahd Thnine, etc.); elle arrêta de chanter après la naissance de son enfant en 1954. Depuis 1981, elle n'avait pas eu la possibilité de camper un rôle et quand, en 1987, Fawzia Aït El-Hadj l'appela pour jouer dans Mort d'un commis voyageur, huit jours avant la « générale » de la pièce, on lui signifia sa mise à la retraite.

    Elle fut choquée par cette décision, elle qui croyait encore être pleine de ressources et rappelait à juste titre qu'elle n'avait vécu avec sa famille que pendant 13 ans, alors qu'elle avait passé 50 ans dans le théâtre. Elle fit une dernière apparition aux côtés de Rouiched dans El Bouwaboune (1991).

    Filmographie

    1966 : Le vent des Aurès de Mohammed Lakhdar-Hamina

     

    1968 : Hassan Terro : de Mohammed Lakhdar-Hamina

     

    1972 : Les violeurs : de Lamine Merbah

    1972 : Décembre de Mohammed Lakhdar-Hamina

     

    1976 : Sans Racines : de Lamine Merbah
    1982 : Hassan Taxi : de Mohamed Slim Riad
    1989 : Hassan Niya : de Ghaouti Ben Dedouche
    1986 : Les Folles années du twist de Mahmoud Zemmouri

    fr.wikipedia.org - Keltoum

    Keltoum,une grande figure du theatre et du cinema algerien

    EnvoyerImprimerPDF

    Keltoum, nom d'actrice d'Aïcha Adjouri, est une actrice algérienne, née le 4 avril 1916 à Blida, et morte le 11 novembre 2010.


    Biographie

    Figure du théâtre et de cinéma, elle avait été, dès son très jeune âge, attirée par la danse et le théâtre. À plusieurs reprises, étant enfant, elle s'était sauvée de chez ses parents pour aller voir et suivre des acteurs et danseurs ambulants. C'est Mahieddine Bachtarzi qui la découvrit à Blida, en 1935, et lui offrit sa chance et, en dépit des préjugés de sa famille, Keltoum ne la laissa point échapper.

    Une grande tournée en France et en Belgique ne tarda pas à prouver tant au directeur de la troupe qu'à l'artiste qu'ils ne s'étaient pas trompés. Anvers, Liège, Bruxelles, Paris, Lyon, Marseille l'applaudirent. À Nice, elle dansa, un soir, devant 20 000 personnes, au jardin Albert 1er. C'est au cours d'une tournée au Maroc qu'elle affirmera son talent de comédienne. Elle devait ensuite créer de nombreuses pièces, soit aux côtés de Bachtarzi, soit avec Rachid Ksentini ou Habib Réda. L'aventure de la première saison arabe de l'Opéra d'Alger eut lieu en 1947. Depuis, c'est à Keltoum que furent confiés les principaux rôles féminins, qu'il s'agisse de comédie ou de tragédie. La radiodiffusion en langue arabe la compta parmi ses pensionnaires les plus écoutés. Le cinéma ne pouvait manquer de l'attirer. Elle y fit ses débuts dans La Septième Porte Svoboda.

     

    C'est au moment où elle s'apprêtait à signer de nouveaux contrats qu'un incident (à la suite d'une dépression nerveuse Keltoum se précipita dans le vide du haut de sa villa de Bologhine et se fractura les vertèbres) vint interrompre, le 30 mai 1951, sa carrière..., mais pas pour longtemps. En 1952, elle reprit le rôle de Desdémone dans Othello, la fameuse pièce de Shakespeare, traduite en arabe par Ahmed Toufik EI-Madani.

    En 1956, elle arrêta ses activités artistiques et ne reprit qu'en 1963 avec le TNA jusqu'à sa retraite. Son vrai premier rôle, elle le joua dans la pièce de Bachtarzi, Mariage par téléphone, en compagnie de Rachid Ksentini. Elle joua tout à fait par hasard dans un film allemand, en 1945, mais sa carrière cinématographique ne commencera que vingt ans plus tard, en 1966 avec Le vent des Aurès de Mohammed Lakhdar-Hamina dans lequel elle tient magistralement le rôle d'une mère qui cherche désespérément son fils raflé par l’armée française pendant la guerre. Elle joua dans plus de soixante-dix pièces de théâtre et dans au moins une vingtaine de films, enregistra cinq disques avant 1962 (Ya ouled El Ourbane, Ahd Thnine, etc.); elle arrêta de chanter après la naissance de son enfant en 1954. Depuis 1981, elle n'avait pas eu la possibilité de camper un rôle et quand, en 1987, Fawzia Aït El-Hadj l'appela pour jouer dans Mort d'un commis voyageur, huit jours avant la « générale » de la pièce, on lui signifia sa mise à la retraite. Elle fut choquée par cette décision, elle qui croyait encore être pleine de ressources et rappelait qu'elle avait passé 50 ans dans le théâtre. Elle fit une dernière apparition aux côtés de Rouiched dans El Bouwaboune (1991).

    Filmographie

    • 1966 : Le Vent des Aurès de Mohammed Lakhdar-Hamina
    • 1968 : Hassan Terro de Mohammed Lakhdar-Hamina
    • 1972 : Les Violeurs de Lamine Merbah
    • 1972 : Décembre de Mohammed Lakhdar-Hamina
    • 1976 : Sans Racines de Lamine Merbah
    • 1982 : Hassan Taxi de Mohamed Slim Riad
    • 1989 : Hassan Niya de Ghaouti Ben Dedouche
    • 1986 : Les Folles Années du twist de Mahmoud Zemmouri

     

     

    Mise à jour le Lundi, 31 Décembre 2012 14:42- See more at: http://www.blida.us/component/content/article/39-la-culture-/152-keltoum-#sthash.ZpIUfaYk.dpuf

     

    votre commentaire
  • Zineida Bouyahiaoui

     
    Jeune actrice qui s'est illustrée dans le Téléfilm "Al Dikra Al Akhira" (le dernier souvenir), dans le rôle d'une jeune écolière perdue entre les ressentiments des uns et des autres, et la perte tragique de sa mère. 

    Dailymotion 

     

    Youtube 
     
     

    fr-fr.facebook.com - Zineida Bouyahiaoui 


    votre commentaire
  • Abdelhalim Rais

     
    http://algerieartist.kazeo.com
    Abdelhalim Rais est un acteur algérien, connu pour son rôle de martyre de la révolution algérienne dans le film L'Opium et le Bâton d'Ahmed Rachedi.

    Filmographie

    1978 : Autopsie d'un complot

    1975 : Chronique des années de braise

    1971 : L'Opium et le Bâton

    1971 : Les Aveux les plus doux

    1965 : La nuit a peur du soleil


    fr.wikipedia.org - Abdelhalim Rais

    votre commentaire
  • Fatiha Berber

     





    Fatiha Berber, dont les débuts artistiques remontent à la fin des années 50, est comédienne et actrice. 

    Elle a débuté sa carrière avec le chant et la danse. 

    Fatiha Berber, qui est présidente de l’association "Les amis de Rouiched", a également interprété des rôles principaux dans de nombreux films notamment dans "Fait divers" et "Hassen taxi", ainsi que dans plusieurs téléfilms dont "El Bedra" (La graine) et "El la’ib" (Le joueur). 



    1959-1963 : O.R.T.F (Spectacle transmis en direct). 
    1961 : La loterie : opérette d’Abderrahmane Aziz. Mise en scène par Mustapha Gribi. 
    1960 : Mariage d’une muette : Mahieddine Bachtarzi. Mise en scène par Mustapha Gribi. 
    1959 : Les Dhinn : opérette de Mustapha Gribi . Mise en scène par l’auteur. 
    1959 : Les femmes savantes : de Molière (rôle d’Henriette). Mise en scène par Mustapha Gribi. 
    1963 : Comédienne au théâtre national algerien. 

    Long Métrages :

    2001 : L’autre monde de Merzak Allouache 



    1996 : 100% arabica de Mahmoud Zemmouri 
    1996 : Tombal de Stafond Incerti 
    1994 : Raï de Thomas Gilou 
    1978 : Hassan taxi de Rouiched, réalisé par Mohamed Slim Riad. 
    1973 : Faits divers de Mahmoud Othman 
    1961 : Jacinthe dans Les Fourberies de Scapin de Molière mise scène par André Michel. 

    Cours Métrages :

    1997 : Les innocents de Pauline Degrenne. 

    Téléfilms :

    2009 : Le Médaillon de Baya El Hachemi. 



    2007 : El Badra II (La graine) de Djamel Eddine Hazourli. 
    2006 : Le joueur de Djamel Fezzaz. 
    2003 : Fella wal barie de Hafsa Koudil. 
    1998 : Aid El Kbir de Karin Albou 


    1994 : Mélodie de l’espoir de Djamel Fezzaz. 
    1994 : Démon au féminin de Hafsa Koudil. 
    1993 : Les coeurs oppressés de Belkacem Ouahdi. 
    1992 : Dernier jour de gréve de Hadj Rahim. 
    1992 : Un mercredi soir de Yahia Debboub. 
    1992 : La gazelle de Djamel Fezzaz. 
    1991 : La destinée de Djamel Fezzaz. 
    1990 : Une famille comme les autres de Amar Tribech. 
    1989 : La médaille d’hassan de Rouiched, réalisé par Hadj Rahim. 
    1988 : L’après pétrole de Mohamed Hilmi. 
    1976 : Aayech betnach de Hilmi, réalisé par Djamel Bendedouche. 
    1972 : La bureaucratie de Djamel Bendedouche. 
    1971 : Apprendre ou a laisser de Mohamed Hilmi, réalisé par Djamel Bendedouche. 
    1969 : Une femme exemplaire de Kechroud, réalisé par Farouk Mezouane. 
    1965 : Nos mères d’Abdelhamid Rais, réalisé par Mustapha Badie. 

      

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique