•  

    CE QUI A ÉTOFFÉ L'HISTOIRE

     

     

     

     

     

     

     

     

    Sur les pages         suivantes, n’oubliez pas de faire glisser votre souris sur les photos         pour découvrir leur légende ...

     

    Accueil

    1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  15  16  17  18  19  20

    Suite


    votre commentaire
  •  

    GENRES CINÉMATOGRAPHIQUES

     

     

     

            Les genres cinématographiques se définissent grâce à un critère thématique, et les films qui les composent, bien qu'ils soient rarement cantonnés à une seule et unique catégorie, affirment cependant un intérêt pour un sujet donné, mis en lumière par l'hypertrophie de certaines scènes sur l'équilibre global de l'œuvre.

     

             
                     
           
                     

    Accueil

           

    votre commentaire
  • HISTOIRE DU CINÉMA 

    Retour Menu

     

     

     

     

    HISTORIQUE

     

     

     

            S'étendant à ce jour sur un peu plus d'un siècle, l'histoire du septième art peut se diviser en sept périodes, et chacune d'entre elles, s'étendant sur une quinzaine d'années en moyenne,  est séparée par des années de transition qui, d'une part, ont été choisies en rapport avec les évènements, plus ou moins marquants, ayant jalonné l'évolution du cinéma, et, d'autre part, prennent en compte, pour une meilleure intégration dans l'histoire universelle, quelques dates importantes du vingtième siècle.

     

     

     

     

     

    .u

     

    L'APOGÉE DU CINÉMA MUET

    1914 - 1929

     

     

     

            Avant que le cinéma parlant ne déferle dans les salles obscures à la fin des années 1920, le muet va connaître ses dernières, mais aussi ses plus glorieuses, années d’existence. C'est aussi à partir de 1914 que les studios hollywoodiens vont, par leur organisation et leur rayonnement, s'imposer comme le temple du septième art et, grâce à l’interruption de la production européenne durant la guerre, ils exporteront de nombreux films, notamment les mises en scène burlesques qui assureront leur triomphe planétaire. Sur le vieux continent, le cinéma évolue différemment selon les pays : l’expressionnisme voit le jour en Allemagne, l'impressionnisme apparaît, lui, en France, tandis qu'en Russie se développe une production privilégiant le travail sur les effets du montage.

     

     

     

        

     

     

            Un Cinéma Pour Égayer La Dure Réalité

            

            En 1914, la guerre éclate sur le vieux continent, et, comme beaucoup d'autres hommes, de nombreux acteurs sont mobilisés. La L'émigrant, de Charlie Chaplin (1917 )production cinématographique européenne est alors presque totalement interrompue, et lorsque le public se réfugie dans les salles obscures pour tenter d'oublier les horreurs du front, il se retrouve  nez à nez avec Charlie Chaplin. Ce jeune américain a su, et c'est là une des raisons de son grand succès, proposer un style original, inventant face à la caméra son personnage malchanceux, facilement reconnaissable avec sa moustache et son chapeau melon. Son allure inimitable lui permet de détrôner en peu de temps l'élégant Max Linder, qui, après avoir été découvert par Charles Pathé, régna sur les écrans jusqu'aux premières heures de la guerre. Le désormais célèbre Charlot, lui, fut, lors de ses débuts, parrainé par le réalisateur Mack Sennett, dont l’intuition a aussi permis de lancer Glorias Swanson, Mabel Normand et Fatty Arbuckle. Parallèlement à sa recherche de nouveaux talents, ce cinéaste américain, metteur en scène des Keystone Comedies, toujours entouré de ses Bathing Girls, tourne des films remplis de bonne humeur, et devient, en peu de temps, l'un des premiers grands maîtres du burlesque, mêlant allègrement courses folles et tartes à la crème.  

     

            A Los Angeles, l'industrie cinématographique est alors en plein essor, et, grâce au ralentissement brutal de laSymbole éclatant des studios hollywoodiens en plein essor  production sur le vieux continent, elle exporte, dans des quantités qui ne cessent de croître, ses diverses mises en scène. C'est donc à partir de 1914 que le septième art américain, jusque là soumis à la suprématie européenne, va s'imposer comme la plus importante, et probablement la plus influente, des cinématographies mondiales. En 1919, les films venus des États-Unis représentent environ 90 pour cent des projections réalisées dans les salles des cinémas européens. Ce développement impressionnant est un des principaux facteurs qui donne naissance à la fascination pour un lieu, aujourd'hui mythique, où sont regroupés tous les studios des plus grandes entreprises de production, Hollywood. C'est en effet pendant la guerre, que le temple du septième art, qui connaîtra ses glorieuses années entre 1920 et 1960, commence à attirer plusieurs cinéastes européens et notamment français.  

     

            Parmi eux, Louis Gasnier, l'un des plus célèbres à cette époque, s’installe sur la côte ouest des États-Unis, après que Pathé lui ait Vampires, de Louis Feuillade (1915-1916)proposé d'aller y diriger une de ses filiales. Fort de l’expérience acquise en ayant, quelques années auparavant, mis en scène les premiers Max Linder, il se lance, dès 1914, dans la réalisation de films à épisodes. Avec les mystères de New-York, dans lequel le public découvre Pearl White, il connaît rapidement un succès prodigieux. Un an plus tard, c'est au tour de Louis Feuillade, le créateur du bondissant  Fantômas, de présenter  Les vampires. Puis, en 1916, deux ans après son triomphe avec Naissance d'une nation, David W. Griffith est à nouveau sous le feu des projecteurs, avec un film intitulé Intolérance, dont l’impressionnante mise en scène regroupe quatre épisodes de l'histoire du monde. Le tournage, lui, engloutira un budget de deux millions de dollars, ce qui est colossal pour l'époque, et réunira devant les caméras plusieurs milliers de figurants.  

     


    votre commentaire
  • algerieartist.kazeo.com

     

     

     

    HISTOIRE DU CINÉMA

     

     

    Cet   art,  éminemment    notoire

    cent  ans  après   son   invention,

       vu    plus    d'une    évolution

    marquer le cours de son histoire.

     

     .   

     

    . . . .

    algerieartist.kazeo.com


    votre commentaire

  •      LA NAISSANCE DU CINÉMA



    Le cinéma est officiellement né à la fin du XIXème siècle, en 1895 pour être plus précis. A cette époque, de nombreux chercheurs tentaient depuis longtemps de mettre les images en mouvement pour recréer la vie s´appuyant sur les progrès en photographie (apparue dans les années 1820) et en biologie humaine. Joseph Plateau avait en effet découvert en 1829 que la rétine mémorise une image plus longtemps que ce qu'elle ne la voit. Le principe de la "persistance rétinienne" permet de donner l´illusion du mouvement lorsque l´oeil est soumis à 12 images par seconde. De nos jours, pour une meilleure qualité d´image, les films au cinéma utilisent 25 images par seconde, 16 au temps du muet.

    Ainsi se succédèrent entre autres, le Thaumatrope, le Phénaskistiscope, le Zootrope, le Praxinoscope ... En 1891, le Kinétoscope de l´AméricainThomas Edison permettait même de visualiser un film mais le système imposait au spectateur de le regarder seuldebout, les yeux collés à une grosse boîte.

    Ce sont deux Français, deux frères, Auguste et Louis Lumière qui furent les premiers à trouver un appareil permettant à la fois de capturer les images et de les projeter à tous ... Louis avait tout simplement eu l´idée de s´inspirer du mécanisme de la machine à coudre. Les deux frèresbrevetèrent leur invention en mars 1895. Ils l´appelèrent le Cinématographe (du grec Kinéma : mouvement et Graphein : écrire)


    La première projection publique et payante du cinématographe eut lieu le 28 décembre 1895 à Paris et marque la naissance officielle du cinéma. Ce soir-là, dans le sous-sol du Grand café, une trentaine de spectateurs payèrent un franc (environ 3,50 euros de nos jours) pour regarder 10 films d'environ une minute chacun. Le premier film, intitulé "Sortie des usines" montre tout simplement les ouvriers et les employés des frères Lumière (propriétaires d´une usine de fabrication de matériel photo) sortant de leur usine. Le succès fut immédiat ...


     

    Des quelques spectateurs venus assister à la projection le premier jour, on passa à des centaines les jours suivants. La salle était comble et lesqueues interminables. Il y avait plus de 18 séances par jour. Les projections commençaient à 10 heures du matin et les gens se bousculaient. Tout Paris se pressait pour voir le cinéma ...

    Subjugué par cette découverte et anticipant les possibilités d´utilisation de cet appareil, Georges Méliès, magicien et directeur du théâtre Houdin à Paris et l´un des 33 premiers spectateurs, voulut immédiatement acheter un exemplaire du Cinématographe mais les frères refusèrent de révéler le secret de leur découverte. Ceux-ci voulaient garder l´exclusivité d´exploitation de leur invention. C´est alors que démarra la course aux contrefaçons et la merveilleuse aventure du cinéma ...

     

    A. COMPRÉHENSION DE TEXTE
    Répondez aux questions suivantes :

    1. Qui sont les inventeurs du Cinématographe ? 
    2. À quoi sert le Cinématographe ?
    3. Quelles sont les différences avec le Kinétoscope d´Édison ?
    4. Où a eu lieu la première projection ? 
    5. Combien a coûté le billet d´entrée ?
    6. Combien de spectateurs y a-t-il eu la première fois ?
    7. Que montre le premier film du cinéma ?
    8. Quelle est la durée moyenne de chaque film ?
    9. Qui est Georges Méliès ? Que voulait-il ?

    B. Affiche du cinématographe
    Regardez l´affiche publicitaire pour le cinématographe et répondez aux questions suivantes :
    1. Qui compose le public ?
    2. Que regardent les spectateurs ?
    3. Quelle est leur réaction ?
    4. Quelle image le cinématographe veut-il donner ?




         ESPACE FILMS


    >>>> Cliquez sur le titre du film pour voir l'extrait :
    Arrivée du train en gare de La Ciotat des frères Lumière, 1896 (48s) 
    The May-Irwin kiss de Thomas Edison, 1896 (21s) : premier baiser du cinéma
    Documentaire : Le cinématographe (vues de l'appareil - dessin animé) 
    Documentaire : Le cinématographe (vues de l'appareil - vidéo) 
    Documentaire : Les frères Lumière : des inventeurs de génie 

    Autres liens utiles :
    Le thaumatrope 
    Le phénaskistiscope 
    Le zootrope 
    Le praxinoscope 
    Le kinétoscope 
    Thomas Edison 
    Les frères Lumière 


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique