• On a tous besoin d’un bon avocat !

    michael clayton On a tous besoin dun bon avocat !

    Cet article est ma participation au festival La croisée des blogs d’Octobre, hébergé ce mois ci par Mikael sur le blog Wikoaching.

    Le thème de ce mois est : Peut-on réussir sans apprendre à se défendre ?

    logo croisee blogs 435 300x95 On a tous besoin dun bon avocat !

    Quand on est attaqué, on doit apprendre à se défendre.

    Il y a quelques mois, mon ancienne école m’a attaqué en justice pour avoir publié mon avis sur sa formation. J’y parlais notamment de ma troisième année décevante et des changements qui avaient eu lieu dans l’organisation et l’ambiance de l’école. Ce procès a eu lieu alors que j’étais parti et je n’ai donc pas eu l’occasion de me défendre. Du moins pas immédiatement. J’ai dû par contre faire appel à un avocat pour m’assister dans ma défense et contester le jugement émis en mon absence. Cette affaire est toujours en cours…

    Cette école va encore plus loin que ce que j’imaginais et vous pouvez aller visiter le sitewww.soutienrobertcordier.com pour prendre connaissance de l’affaire : la gérante de cette école à viré son fondateur Robert Cordier et une grande partie du corps professoral…

    J’ai appris dans cette affaire beaucoup de choses sur le dénigrement et sur moi-même. Quand la gérante m’a envoyé sa première lettre, j’aurais pu supprimer immédiatement mon article et passer à autre chose. Je n’ai pas voulu le faire pour deux raisons :

    La première c’est que je voulais continuer à informer les futurs élèves acteurs afin qu’ils fassent leur choix avec discernement. Ce qui se passe actuellement avec Robert Cordier me donne raison sur la direction mercantile que prend l’école.

    La deuxième raison pour laquelle j’ai choisi de ne pas céder aux menaces est que je crois que c’est bon pour ma progression personnelle.
    Je vais vous avouer que lorsque j’ai reçu cette lettre, j’ai eu peur. J’ai faillit me jeter sur mon ordinateur et supprimer l’article en question. Puis je me suis repris, je me suis dit : »Binh, si tu te laisses manipuler par la peur et les menaces, tu vas faire un énorme pas en arrière dans ton développement personnel ! » J’ai pris le risque de la publier et cette affaire est allée plus loin. Je me rends compte en écrivant cela que cette publication était également une réaction à la peur et à la menace, et non une action réfléchie avec recul.

    Avec les suites de cette affaire, j’ai dû apprendre à me défendre avec l’aide d’un avocat.

     

    Un acteur défend son personnage.

    Qu’est-ce que cette affaire a à voir avec le jeu d’acteur me direz-vous ? Et bien je crois qu’un acteur doit être capable de prendre des risques pour défendre ce qui est juste. Un acteur doit s’impliquer pour défendre des causes auxquels il croit. Si j’avais cédé, j’aurais transmis à mon inconscient, et à vous, le message qu’il valait mieux rester tranquille plutôt que de s’impliquer pour défendre nos convictions. Je ne croit pas qu’on puisse devenir acteur avec cette attitude.
    Je crois qu’un acteur doit défendre ses convictions et ses valeurs.

     

    Une belle histoire, celle pour laquelle les spectateurs vont payer leur place, c’est d’abord l’histoire d’un personnage qui se bât pour quelque chose. Il se bât pour se défendre, défendre sa famille, les gens qu’il aiment ou une cause à laquelle il croit. Il se bât pour des valeurs.

    Quelles valeurs est-ce que je défends à travers ce personnage ?

    Il me semble intéressant de se poser la question. Les êtres humains se battent pour leurs valeurs. Pour quoi vous battez-vous ?

    Quand on aborde un rôle, on ne peux pas juger notre personnage. On doit l’accepter tel qu’il a été écrit et tenter de comprendre ses motivations. Quoi que fasse notre personnage, il le fait pour une raison qui est juste à ses yeux. Il défend ses valeurs.

    Les personnages qui nous parlent le plus sont ceux qui défendent les même valeurs que nous. Même si on joue un personnage très éloigné de nous dans son comportement, on doit trouver des valeurs communes avec notre personnage. Ces valeurs vont nous permettre de nous impliquer émotionnellement et de défendre notre personnage. A travers notre personnage, nous défendons nos valeurs.

     

    Nous devons donc apprendre à nous défendre et à défendre nos valeurs afin de pouvoir plaider la cause de notre personnage et le défendre. Les acteurs que j’admire sont par ailleurs des personnes très engagées dans leur vie. Ce métier peut apporter une grande notoriété et je crois qu’il est de notre devoir de nous en servir pour défendre des causes justes.

    « Tu es intelligent, tu dois mettre ton intelligence au service des autres. » Je crois que c’est vrai pour chacun d’entre nous.

     

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • L’acteur est un Samouraï au service de son art

    hagakure integral Lacteur est un Samouraï au service de son artDans mon dernier article : Gagnez des batailles au quotidien, je parlais d’une citation de Lao Tseu sur la pluie.

    Et bien en fait, je l’ai retrouvée, ce n’était pas de Lao Tseu, mais de Jocho Yamamoto. C’est un extrait du Hagakuré, le livre secret des SamouraÏs (si vous avez vu le film Ghost Dog avec Forest Witthaker vous savez de quoi il s’agit ) :

     

    Il existe ce qu’on appelle « l’attitude pendant l’orage ». Quand on est pris sous une averse soudaine, on peut, soit courir le plus vite possible, soit s’élancer pour s’abriter sous les avancées des toits des maisons qui bordent le chemin. De toutes façons, on sera mouillé.

    Si on se préparait auparavent mentalement, à l’idée d’être trempé, on serait en fin de compte fort peu contrarié à l’arrivée de la pluie.

    On peut appliquer ce principe avec profit dans toutes les situations.

     

    Le Hagakuré est un livre contenant des principes philosophiques à destination des Samouraï qui veulent se parfaire dans la Voie. J’aime lire le Hagakuré car les principes qu’il contient peuvent très bien s’appliquer à l’art de l’acteur. Le lire me renforce dans ma détermination et j’y trouve souvent de bons conseils.

     

    A l’époque féodale japonaise, le samouraï était entièrement dévoué à son maître, le Daimyo. Il était prêt à mourir pour lui et toute sa vie était consacrée à la recherche de la perfection dans cette dévotion envers son maître.

    En considérant que le Daimyo est l’art dramatique, le Cinéma ou le message que vous avez à transmettre, le Hagakuré prend tout son sens. L’acteur est un Samouraï au service de son art.

    Voici un autre extrait du Hagakuré qui est très révélateur de l’engagement que l’on doit avoir en tant qu’acteur :

    On m’a dit qu’un maître de Sabre déjà avancé en âge avait dit ceci :

    « Le Samouraï doit s’entraîner toute sa vie » et il y a, à cela, une raison. Tout au début, même en cas de pratique régulière, on n’a pas l’impression de progresser. On se sait malhabile et on voit les autres à son image.

    A ce stade, inutile de préciser que l’on n’est d’aucune utilité au service du Daimyo.

    Quand on atteint un stade moyen, on n’est pas encore d’une grande utilité mais on prend conscience de ses déficiences et on commence à remarquer les imperfections des autres.

    Quand un Samouraï atteint un niveau supérieur, il est capable de prendre, de sa propre initiative, des décisions en n’importe quelle situation, de sorte qu’il n’a plus besoin des conseils des autres. Il acquiert plus de confiance en ses possibilités, se réjouit d’être loué et déplore les insuffisances des autres. Un tel Samouraï est, on peut le dire, utile au Daimyo.

    Puis au delà de ce niveau, i y a ceux dont l’expression du visage ne révèle jamais ce qu’ils pensent, qui ne font jamais étalage de leur habileté, qui feignent l’ignorance et l’incompétence. Qui plus est, ils respectent l’habileté des autres. Pour beaucoup, là est l’ambition la plus haute.

    Mais à un niveau encore plus élevé, il existe un domaine qui dépasse l’habileté du commun des mortels. Celui qui s’engage à fond dans la Voie de ce domaine, prend conscience que son entraînement sera illimité et qu’il ne pourra jamais être satisfait de son travail.

    C’est pourquoi un Samouraï doit connaître ses faiblesses et passer sa vie à les corriger sans jamais avoir le sentiment d’en faire suffisamment. Il doit naturellement jamais être trop confiant mais il ne doit pas non plus se sentir inférieur.

    Yagyu, le maître de la Voie du Sabre, auprès du Shogun Tokugawa disait :  » je ne sais pas comment surpasser les autres. Tout ce que je sais, c’est comment me surpasser ».

    Il se disait : « Je suis aujourd’hui meilleur qu’hier, demain je serai encore supérieur ».

    Un vrai Samouraï consacre tout son temps au perfectionnement de lui-même. C’est pourquoi, l’entraînement est un processus sans fin.

    Une fois acceptée l’idée que notre entrainement d’acteur est un processus sans fin, on peut apprécier le chemin, et chaque pas que l’on fait nous apporte la joie de la réussite. Le but cesse d’être lointain et devient quotidien, on apprend la patience, la constance et la persévérance.

    En continuant à prendre des cours cette année, je me suis résolu à continuer d’en prendre encore pendant toute ma vie. Je me suis rendu compte qu’en réalité, ce qui compte le plus ce n’est pas de réussir, d’être connu, d’être une « star », mais d’être moi-même. Et être soi-même en toutes circonstances est un but bien plus élevé…

    Ces articles vont également vous 

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • 4 façons d’augmenter son niveau de croyance

    Croire est la première étape vers la réalisation de nos rêves. Croire en soi, croire en ses rêves, croire en sa bonne étoile… Y croire est indispensable pour pouvoir accomplir quoi que ce soit. 

    jean dujardin et son oscar de meilleur acteur 300x197 4 façons daugmenter son niveau de croyance

     

    Si vous voulez devenir acteur, vous devez d’abord croire que vous pouvez devenir acteur. C’est ce que Will Smith disait dans sa vidéo, c’est ce que tous ceux qui ont accomplit quelque chose dans leur vie disent : j’y croyais avant de le réaliser.

     

    1. Ne mettez pas de limite de temps sur les choses

    L’univers a son propre agenda dont vous n’avez pas idée. Si vous mettez une limite de temps sur les choses, vous abaissez votre niveau de croyance. Vous pouvez croire que vous aurez un premier rôle un jour dans votre vie, mais si vous voulez que cela soit le cas avant l’année prochaine, votre niveau de croyance risque de baisser. Plus vous croyez qu’une chose peut arriver, plus vite elle arrivera. Vous savez que vous allez devenir acteur, simplement vous ne savez pas encore quand.

     

    2. Inspirez vous de ceux qui l’ont fait

    D’autres personnes ont réussi à faire ce que vous voulez faire avant vous. Au lieu de regarder les milliers d’acteurs aigris ou qui abandonnent, regardez ceux qui persévèrent et réussissent. D’autres sont devenus acteurs avant vous, vous pouvez devenir acteur vous aussi ! Lisez des biographies et des auto-biographies, regardez des reportages et des interviews, etc…

     

    3. Utilisez des images motivantes

    Notre cerveau fonctionne principalement par images. C’est bien pour ça qu’on parle d’imagination, non ?

    Schwarzenegger raconte dans son autobiographie qu’il avait couvert sa chambre de posters de bodybuilders quand il a commencé à s’entraîner. Entourez vous d’images qui représentent ce que vous voulez, vous devez vous sentir bien en regardant ces images.

    Le cerveau ne fait pas vraiment la différence entre ce qui est imaginaire et ce qui est réel. C’est d’ailleurs pour ça qu’on peut être vrai dans des circonstances imaginaires. Sans cette capacité du cerveau à réagir à l’imagination de la même manière qu’à la réalité, on ne pourrait pas être acteur.

    En vous entourant d’images positives de ce que vous voulez, votre cerveau y réagira comme si c’était réel. Et ce sera bientôt le cas…

     

    4. Fixez vous des objectifs atteignables

    Les personnes qui ont de grands rêves ont parfois tendance à oublier que le sommet s’atteint par étape. Il n’y a pas d’ascenseur, il faut prendre l’escalier. Commencez par des objectifs auxquels vous croyez à 100% et une fois que vous les aurez atteints, passez aux suivants.

    Le succès construit la confiance et la confiance génère l’activité.

    Mieux vaut se fixer un petit objectif et l’atteindre que se fixer un gros objectif et échouer. Une fois le premier objectif atteint, le suivant sera plus accessible.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Découvrez les 4 niveaux de compétence à traverser pour devenir acteur

    daniel day lewis 246x300 Découvrez les 4 niveaux de compétence à traverser pour devenir acteurDevenir acteur suppose d’apprendre un certain nombre de choses, un grand nombre de choses. Il y a énormément de compétences à développer pour parvenir à vivre une situation et à en rendre compte pour le spectateur. Cela suppose entre autre de pouvoir comprendre une scène, de l’analyser, d’être capable d’en dégager les ressorts dramatiques, puis de les intégrer et de jouer tout cela de manière vraie et naturelle.

     

    Tout apprentissage passe par 4 étapes par rapport auxquelles il est indispensable de vous situer. En vous situant en fonction de ces 4 étapes, vous serez en mesure de passer de l’une à l’autre pour arriver à la dernière étape.

     

    1. L’incompétence inconsciente

     

    Vous ne savez pas que vous ne savez pas. C’est la première étape, vous n’avez même pas conscience de ce que vous avez à apprendre parce que vous n’y connaissez absolument rien. Si vous êtes à ce niveau mais que vous pensez être compétent, vous resterez coincé à ce niveau et vous ne comprendrez pas pourquoi vous ne réussissez pas.  Pour apprendre quoique ce soit, vous devez déjà être au deuxième niveau, vous devez prendre conscience de votre incompétence et passer au niveau de …

     

    2. L’incompétence consciente

     

    Vous savez que vous êtes incompétent et cela vous permet de rechercher la compétence. Vous recherchez l’information qui vous permettra de devenir compétent en lisant, en parlant avec des personnes compétentes, en prenant des cours, en observant etc… Petit à petit, vous apprenez ce que vous devez faire pour devenir compétent. Et en le faisant, vous passez au niveau suivant…

     

    3. La compétence consciente

     

    Vous savez ce que vous devez faire pour être compétent. Vous savez comment vous préparer pour une scène et quand votre préparation est bonne, la scène est réussie. C’est un niveau auquel il faut passer beaucoup de temps. C’est la répétition consciente des actions vous permettant d’être compétent qui vous permettra d’arriver au dernier niveau …

     

    4. La compétence inconsciente

     

    A force de répétition, vous avez acquis des automatismes vous permettant d’être compétent à chaque fois. Quand vous avez appris à faire vos lacets, vous ne saviez même pas que vous n’en n’étiez pas capable, puis vous avez appris que vous ne saviez pas le faire. Quelqu’un vous a enseigné à le faire et à force de répétition vous en avez fait un automatisme. Maintenant vous n’y pensez plus, vous en êtes au niveau de compétence inconsciente.

    Pour arriver à ce niveau, vous devez soit répéter l’étape 3, la compétence consciente, soit observer et modeler les comportements de personnes qui sont au niveau de compétence inconsciente.

    La même chose se produit quelque soit la compétence que vous souhaitez développer. Nous devons tous passer par ces 4 étapes pour devenir un expert.

     

    Quand je rêvais de devenir acteur, j’étais au niveau d’incompétence inconsciente. Je regardais des films et je me disais que je pouvais le faire. Puis j’ai décidé de devenir acteur, et j’ai pris conscience que j’étais incompétent. J’ai donc pris des cours pour apprendre et développer mes compétences. Cela m’a également permis de prendre conscience de toutes les compétences que je devais développer.

    Actuellement, je me trouve entre le niveau 2 d’incompétence consciente et le niveau 3 de compétence inconsciente. J’apprends ce que je dois faire pour être compétent et en le faisant je développe mes compétences. A force de le faire, j’arriverai bientôt au niveau de la compétence inconsciente.

    Mais il y a peut-être encore des compétences dont je n’ai même pas encore conscience et qu’il me faudra acquérir pour devenir un acteur excellent.

     

    A quel niveau de compétence êtes-vous ? Savez vous ce que vous devez faire pour passer au niveau suivant ?

    Partager via Gmail Pin It

    1 commentaire
  • 3 exercices pour développer son aisance

    Edward 289x300 3 exercices pour développer son aisance

    La justesse et l’aisance

     

    Quand on cherche la justesse dans une scène, un des obstacles qui peuvent nous empêcher de la trouver est la rigidité. Je me rappelle une scène quand j’ai commencé à prendre des cours dans laquelle j’étais excessivement rigide. Quand j’y repense, je pense que j’étais complètement coincé et je n’autorisai pas mon corps à bouger naturellement. Depuis, j’ai heureusement fait quelques progrès, notamment grâce aux quelques exercices que je vais vous présenter ici qui me permettent notamment dedévelopper mon aisance.

    A travers ma pratique de la méditation, j’ai découvert qu’un simple ajustement de ma position pouvait me permettre de me détendre de plus en plus profondément. En fait, ce qu’il se passe c’est que mon intention de me détendre entraîne des ajustements dans ma position corporelle. Ces ajustements permettent de relâcher la tension et me permettent de me relaxer.

    Je crois que chaque acteur doit être profondément à l’écoute de son corps afin de comprendre et de maîtriser son instrument. Notre expression passe par notre corps. Nos émotions passent par notre corps. J’irai même jusqu’à dire que nos émotions sont des mouvements. Il suffit d’installer un sourire sur son visage pour sentir l’émotion correspondante commencer à s’installer. Une position corporelle est une information, nous transmettons naturellement des informations à travers notre corps, nous communiquons par le corps.

    Quand cette communication est bloquée, quand notre corps ne bouge plus de manière naturelle, nous perdons notre justesse et notre aisance.

     

    Nos mouvements corporels sont notre langage

     

    Certains acteurs travaillent leur langage corporel en forçant des expressions mais n’atteignent pas un niveau de congruence suffisant pour être crédible. La congruence est l’accord de notre expression externe avec notre ressenti interne.

    Dans ma recherche personnelle sur le langage corporel, je suis passé par différentes étapes. Quand j’ai commencé à prendre conscience de mon langage corporel, j’ai voulut imprimer un langage de confiance en prenant des attitudes dominantes et ouvertes. Mais je n’étais pas toujours en congruence, et je me sentais très conscient du moindre de mes mouvements. j’étais mal à l’aise.

    A la suite d’un stage, j’ai pris conscience que tout le travail de contrôle de mon corps et de ma respiration que j’avais entrepris était en fait devenu un obstacle à ma progression. Plutôt que de vouloir contrôler mon expression corporelle, je devais plutôt laisser mon corps s’exprimer en lui permettant de s’ajuster afin de trouver la position qui lui est la plus confortable et qui exprime le mieux ce que je suis en train de ressentir. Pour l’énoncer simplement, la justesse se trouve par des ajustements.

    Plutôt que de chercher à contrôler mon corps, j’ai décidé de l’observer davantage. A une époque, j’étais constamment en train de contrôler ma respiration. Aujourd’hui, je me contente de l’observer et de l’encourager à être libre quand je sens qu’elle est bloquée. Je continue à faire des exercices de respiration pour renforcer mes muscles, et le reste du temps je lui porte un regard aimant.

    Rappelez-vous que l’état de relaxation est l’état naturel de notre corps. Nous n’avons pas d’efforts à faire pour atteindre cet état. Imaginez que votre corps est une oeuvre d’art, avec le temps cette oeuvre est exposée à la poussière et la saleté. Pour retrouver son état d’origine, il n’y a rien à ajouter, il faut simplement enlever la poussière.

    Les 3 exercices suivants vous aideront à développer votre aisance en vous permettant d’enlever la poussière et de retrouver le lien avec votre oeuvre d’art :

     

    1. Retrouver l’aisance du corps

     

    Cet exercice peut se pratiquer à différents niveaux et dans différentes positions. Il peut se faire assis ou debout. Prenez une position de départ simple, et prenez conscience de votre respiration. Prenez simplement conscience de la manière dont votre corps respire. Laissez cette respiration se faire à son rythme, et laissez son rythme varier en fonction de vos pensées.

    Votre objectif pour cet exercice est simplement de vous sentir de plus en plus confortable. vous allez donc ajuster votre corps pour trouver le plus de confort possible. Ces ajustements doivent être de plus en plus subtils, et vous aurez la sensation que votre corps bouge de lui même. Cela peut-être un léger mouvement du cou, ou de vos yeux. Vous pouvez regarder dans une direction, changer la position de votre corps et sentir que vous faites de moins en moins d’effort. Les mouvements se font d’eux mêmes, vous autorisez simplement votre corps à s’exprimer subtilement.

    Peut-être aurez vous envie de rire ou de pleurer. Vous pourrez prendre conscience d’émotions dont vous n’aviez pas réellement conscience. Peut-être que votre respiration va s’accélérer ou au contraire ralentir. Si vous ressentez le besoin de vous allonger, faites le. Si vous ressentez le besoin de sauter, faites le. faites tout ce que votre corps vous réclame de faire.

    Dès que vous sentez un effort, revenez à votre respiration et écoutez votre corps bouger. Gardez simplement votre attention à l’écoute de votre corps et de votre respiration. Au bout de quelques minutes de cet exercices, vous devriez vous sentir plus en connexion avec vous même. Votre corps vous remerciera d’avoir été à son écoute et vous donnera d’autres indications pour vous aider à vous sentir de mieux en mieux.

     

    2. Marcher avec le coeur

     

    Posez votre attention sur votre centre moteur au niveau du coeur. Marchez simplement dans la pièce en vous laissant guider, cherchez l’endroit où vous vous sentez le mieux. Vous pouvez également aller vous promener à l’exterieur et marcher en portant votre attention sur  ce que votre corps vous dit de faire. Peut-être que vous allez tourner en rond à un endroit avant de vous mettre à courir dans une autre direction. Laissez vous aller à marcher là où vous voulez aller. Prenez conscience de votre instinct et de ce qu’il vous indique.

    Vous le savez si vous avez lu mon article sur le Hagakuré, je crois que l’art de l’acteur a beaucoup de choses en commun avec les arts martiaux. Dans les arts martiaux, les maîtres arrivent à éviter les combats en évitant les rues où ils risquaient d’être attaqués. Leur intuition les a guidé et leur a fait prendre un autre chemin. Leur présence est telle qu’ils sont capables d’être à l’écoute de la moindre information que leur envoie leur corps. Dans le combat, leur corps réagit avant leur cerveau.

    Dans une scène, votre intuition peut vous guider à la manière d’un maître dans le combat. .

    Cet exercice vous sera très utile si vous cherchez un objet dans une pièce. Connectez vous à votre centre et visualisez l’objet en question. Ensuite laissez vous aller vers l’endroit qui vous attire. Cela vous évitera de retourner toute la pièce pour vous apercevoir que c’était juste sous votre nez… Essayez et donnez m’en des nouvelles !

     

    3. Les mouvements flottants

     

    Debout, imaginez que vous êtes une plantes flottant dans la mer. Laissez vous imprégner par cette image et laissez votre corps flotter.  Devenez cette plante qui se laisse balancer au grès des courants. Laissez vous guider, explorez cette sensation d’être à la fois léger par votre flottement, et à la fois lourd, comme si la densité de l’air autour de vous avait complètement changé pour devenir de l’eau. L’eau supporte le poids de votre corps mais exerce en même temps une résistance à vos mouvements, si bien que vos mouvements sont imprégnés de lenteur et de fluidité. Et pourtant, parfois, le rythme peut s’accélérer ou ralentir, mais vous gardez la même fluidité. Étendez peu à peu cette sensation jusqu’au bout des doigts, en commencant par la colonne vertébrale. C’est le mouvement de votre colonne qui se transmet à vos membres. Vous êtes cette algue ballotée par les flots. Par cet exercice, vous développez la fluidité de vos mouvements.

     

    Ces 3 exercices devraient vous permettre d’acquérir une plus grande conscience des mouvements naturels de votre corps et une plus grande connexion avec votre intuition. En vous mettant à l’écoute de votre corps et en captant de plus en plus de subtilités, vous allez acquérir plus de concentration et de présence. Vous donnez à votre inconscient l’autorisation d’agir pour votre mieux être et avancez vers votre vérité.

     

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique