• Photographies de la vie après le terrorisme HOCINE ZAOURAR

    RECUEIL L'ALGÉRIE DÉVOILÉE DE HOCINE ZAOURAR

    Photographies de la vie après le terrorisme

    Taille du texte : Decrease font Enlarge font

    Le photographe Hocine Zaourar signe aux éditions Aglaë, spécialistes du livre d'art, L'Algérie dévoilée, un recueil de photographies de lieux, de paysages et de tranches de vie représentant l'Algérie revenant à la vie après les années du terrorisme. Ce beau livre, préfacé par le plasticien et sculpteur français, Pascal Convert, ambitionne d'abord de mettre en valeur le travail du photographe de presse, mais aussi de restituer l'esprit du retour à la vie, à l'espoir par la réappropriation des lieux au début des années 2000. Une trentaine de photos de la ville d'Alger prises entre 2001 et 2012 dans des lieux symboliques de la capitale comme la place des Martyrs, le quartier de Bab El Oued ou encore le square Port-Saïd.
    A travers l'oeil du photographe, ce retour progressif de la vie dans la ville se traduit par ces clichés pris un jour d'éclipse solaire, montrant des rues d'Alger quasiment désertées par la population.
    Progressivement, la population de la capitale réinvestit l'espace public de la capitale comme le café Malakoff, lieu de rencontre des artistes de la musique chaâbie ou les parcs d'attraction s'emplissant à nouveau des cris de joie des enfants et retrouvant, peu à peu, leur raison d'être. 
    L'objectif de Hocine Zaourar s'est aussi longuement attardé sur la Casbah d'Alger où la vieille cité semble renouer avec l'espoir porté par des grappes d'enfants de l'ancienne Médina jouant au football, au baby-foot ou sortant de l'école. Les petites ruelles couvertes avec la lumière au bout du tunnel, sont omniprésentes dans cette représentation de la Casbah.
    Cette série d'une trentaine de photos consacrées à la Casbah n'omet pas cependant de montrer la face hideuse de ce patrimoine de l'humanité tombant en ruine sous l'effet ravageur de l'abandon comme en témoignent ces poutres d'étayement posées à la fin du siècle dernier et restées à ce jour en l'état...
    Hocine Zaourar a également intégré des photographies prises dans des localités de Kabylie tels que Toudja, Azzefoun ou Tigzirt pour montrer les transformations en cours -pas toujours heureuses- dans ces sites balnéaires où la vie, un temps suspendu, reprend ses droits.
    Une autre série de photos dédiées à Constantine montre, elle, la fascination du photographe pour les ponts de la ville. Autre symbole du retour de l'espoir, Hocine Zaourar publie des photos d'un village de terre de Berrouaghia (région au sud d'Alger durement éprouvée par le terrorisme des années 1990) et où le photographe a aussi immortalisé des scènes de fêtes populaires et des musiciens ambulants animant les places et les marchés. L'Algérie dévoilée se referme sur une sorte de carte postale populaire montrant des petits ports de pêche un jour de mauvais temps et de mer déchaînée, les cimes enneigées de Chréa envahies de skieurs, des concours de plongeons dans une localité côtière algéroise ou encore une caravane de Touareg d'Illizi.
    Cet ouvrage est aussi une manière de réhabiliter le photographe de presse dont le travail est bien moins valorisé que celui de la photographie d'art.
    Photographe de presse depuis les années 1970, Hocine Zaourar est l'auteur de la célèbre photographie de la Madone de Bentalha prise le 23 septembre 1997, au lendemain du massacre perpétré par des terroristes dans la localité de Bentalha, dans la banlieue est d'Alger.
    Cette photo, qui avait fait la «une» de 750 quotidiens dans le monde a valu à son auteur cinq prestigieux Prix internationaux dont le World Press Photo 1998 dans la catégorie portrait et le Prix Bayeux de correspondants de guerre 1998.
    N'ayant exposé ses oeuvres que trois fois à Alger, entre 1974 et 1988, Hocine Zaourar a pris part à plusieurs expositions dédiées à la photographie et à l'art contemporain dans les plus grandes villes d'Europe et des Etats-Unis.

    « Rubrique Culturelle SORTIR?.La femme a révolutionné le cinéma espagnol »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :