• La caravane cinématographique «Ana Huna»

    La caravane cinématographique «Ana Huna»

    Cinéma, femmes et inégalité économique

    Une caravane cinématographique «Ana Huna» entame à partir d’aujourd’hui une série de projections de huit courts métrages et films documentaires dans différentes régions du pays pour sensibiliser à la question de l’autonomisation économique de la femme.
    La caravane, dont le lancement a été annoncé jeudi lors d’une conférence de presse, est une composante d’un programme initié par l’agence de coopération internationale allemande pour le développement (GIZ), en collaboration avec le Credif (Centre de recherches, d’études, de documentation et d’information sur la femme) et l’association «Notre culture d’abord».
    La directrice générale du Credif, Rachida Tlili, a souligné à cet égard l’importance du partenariat entre les autorités publiques, la société civile et la coopération  internationale dans la sensibilisation et la diffusion  d’une culture pour le renforcement de l’autonomisation  économique de la femme.
    L’initiative «Ana Huna» est basée sur des films ayant  pour objectifs de motiver les hommes et les femmes en  Egypte, Jordanie, Maroc et en Tunisie à défier les inégalités dans l’économie. «Elle vise à renforcer l’autonomisation économique de la femme et la valorisation des femmes actives», a précisé la représentante de la GIZ  à Tunis, Monia Gastli.
    Huit courts métrages et films documentaires, parmi lesquels trois films tunisiens, font le portrait et  racontent le vécu de femmes actives et déterminées, dont  «Selma» de Mohammed Ben Attia, «Ennajah» de Chiraz Bouzidi  et «Une femme et demie» de Kamel Laaridh. Ces films visent  à inciter le public à participer au débat autour du  renforcement de l’autonomisation économique de la femme.
    D’autres activités sont programmées dans le cadre de la  caravane et de l’initiative «Ana Hunna», dont une session  de formation destinée aux journalistes sur l’intégration  de l’approche genre dans la couverture médiatique centrée  sur la participation économique de la femme (24-26  décembre à Tabarka) et la présentation des résultats d’une  étude réalisée par le Credif  sur «l’autonomisation  économique des femmes: l’emploi et l’entrepreneuriat»,  (18 mars à Gafsa).
    Après avoir donné une présentation de l’association «notre  culture d’abord», M. Mohamed Ben Slema a expliqué  l’importance de l’art et de la culture dans la  sensibilisation à certaines questions sociales dont  l’autonomisation économique des femmes, a-t-il dit. «Notre  objectif est de promouvoir les cultures locales et de  consolider le rôle de la culture comme vecteur de  développement durable et de réduction de la pauvreté», a-t-il encore ajouté.

    Auteur : (TAP)

    Ajouté le : 22-12-201
    « Entretien du lundi - Noureddine Affaya, (chercheur et critique marocain)Djaâfar Gassem prépare Hârûn al-Rachîd pour le Ramadhan 2014 »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :