• CINÉMATHÈQUE D?ALGER Autant en emporte le temps

     CINÉMATHÈQUE D’ALGER 
    Autant en emporte le temps

    Par Brahim Taouchichet
    La Cinémathèque serait-elle condamnée à n’être qu’un luxe dérisoire passé de mode, le souvenir d’un âge d’or fait de débats enflammés autour de films mythiques comme Le retour de l’enfant prodige de Youcef Chanine, Z de Costa Gavras ou les coups de gueule du Sénégalais Sembène Ousmane ?
    Au 26, rue Larbi-Ben-M’hidi, on ne se bouscule plus au portillon. La foule bigarrée tourne le dos ou ignore tout simplement ce que fut jadis l’antre du cinéma algérien, le phare qui éclairait les amoureux du 7e art, le profane et les critiques en herbe. Le shopping vaudrait-il mieux que le vide sidéral d’un édifice qui aura coûté la bagatelle de 340 millions de dinars pour sa restauration et deux ans de travaux. Inaugurée en grande pompe par la ministre de la Culture, la Cinémathèque ne parvient pas à capter le public averti ou a fortiori le grand public. Les insignifiants revenus que génère l’établissement ne parviennent même pas à assurer les salaires des trois femmes de ménage Le reste du personnel vit de subsides de l’Etat. Bien sûr, nous n’ignorons pas que la Cinémathèque n’est pas un caractère commercial ! Plongé dans le clair-obscur, le hall de la Cinémathèque ne brille pas spécialement par une animation qu’exige ce genre de lieu. Symptomatique du malaise que vit cet édifice : l’agressivité du préposé au guichet, grelotant de froid en ce mois de février. Ce comportement est pour le moins surprenant tant sont rares les «cinéphiles ». Ils ne se bousculent pas. Mieux, la note de service excluant toute séance de projection pour moins de 4 personnes (et cela arrive fréquemment) est on ne peut plus claire quant à la désertion d’un public qui ne demande par ailleurs qu’à être reconquis. Mais cela passe par une gestion et une animation idoines. Qui s’en soucie? Sur l’année, quelques hypothétiques «Semaine du film» à thème sont organisées. Elles ont cette particularité de n’attirer que les concernés. Quant au public… Oui, une hirondelle ne fait pas le printemps. Les rares passants qui risquent une séance de projection sont animés de motivations différentes : un couple en mal d’intimité, un oisif à la recherche d’un coin calme pour piquer un somme. Chassées par la pluie un groupe d’étudiantes (le ticket étudiant est à 50 DA) en biologie à Bab-Ezzouar vient s’y réfugier joignant ainsi l’utile à l’agréable. Par nostalgie aussi car l’une d’elles en profite pour revoir en vidéo (que dit la loi à ce propos ?) Maman j’ai raté l’avion de Claris Colombus-USA 1990. L’appareil de projection 35 mm est déjà en panne. Simple hasard, le papillon»— un vulgaire bout de papier — fait office de programme de la journée. Il brille par son manque de visibilité. Il faut tout de même rappeler qu’à une certaine époque le programme de la Cinémathèque figurait sur la presse écrite dans une rubrique clairement identifiée par le lecteur. Comme pour se poser comme témoin de ce temps à jamais perdu, le comédien Aziz Degga fait le pied de grue, pourrions-nous croire, devant les portes vitrées de l’édifice. est là «juste comme ça», se défend-il parce que, dit-il, «la Cinémathèque, c’est fini !» jugement que confirme le triste état d’un lieu qui a vu et vécu le passage de personnalités nationales et internationales de renom du monde merveilleux du cinéma. Pour en savoir plus sur ce désert cinématographique, quoi de mieux que de s’adresser au premier responsable. Au 49, rue Larbi-Ben-M’Hidi, Lyes Semiane, le directeur, refuse tout net d’assumer les quelques questions qui s’imposent et donc sa responsabilité dans la gestion approximative de la Cinémathèque. Ce n’est pas un néophyte. Mais il est vrai aussi que lorsqu’on a été longtemps dans le service de distribution, le niveau est autrement plus élevé s’agissant de l’animation dans laquelle a officié Boudjemaâ Karèche, en qualité d’animateur puis directeur. Il a été «démissionné» en 2004 après 33 ans (1971-2004) de bons et loyaux services. Pour quel motif au fait ? La Cinémathèque c’était sa vie, sa raison d’être. Quant à Namar Mohamed, chargé de la programmation, tremblant de tous ses membres, il décline une quelconque responsabilité. «Je ne suis qu’un simple attaché», glapit-il. Notre étonnement n’est que plus grand face à une telle réaction. Sa peur panique nous laisse songeur. A la tutelle, le ministère de la Culture, on nous affirme sans sourciller que tous les moyens sont mis à disposition pour la relance des activités de la Cinémathèque et que l’on attend «un plan de travail» du directeur qui ne vient pas. Médiocrité ? Panne d’imagination ?
    Jadis, foyer de rayonnement culturel 
    La Cinémathèque, autrefois foyer de rayonnement des idées, n’en finit pas de mourir. Pouls culturel de la capitale, elle n’arrive pas à renaître de ses cendres en dépit des disponibilités financières d’aujourd’hui et des bonnes prédispositions du département de Khalida Toumi. Exsangue suite au choc pétrolier des années 80 du fait de la chute brutale du prix du pétrole, le désengagement de l’Etat, décennie noire et la montée des périls due à la montée des obscurantismes, longtemps laissée à l’abandon, la salle mythique n’est plus que ruines. Autres temps, autres mœurs, désertion du public (phénomène perceptible aussi en Europe) l’a achevée. Le plus grave est toutefois dans l’éclatement de l’intelligentsia, l’exil de nombre de figures des interminables et légendaires débats : communistes, trotskistes, activistes du PRS, étudiants en mal d’expression, cinéphiles passionnés, critiques de cinéma en herbe, romantiques et autres révolutionnaires de salons ou simplement des curieux et de simples mortels. Moins confortable qu’elle ne l’est comme aujourd’hui, la Cinémathèque fonctionnait à guichets fermés, pleines comme un œuf, toutes les séances (plus de 1 000 entrées). C’était au temps des comités de volontariat, la révolution agraire, la gestion socialiste des entreprises. C’est dire aussi que l’esprit ciné-club perdurait bien après qu’elle soit instituée cinémathèque. Elle fonctionne aujourd’hui, nous diton, avec 1 opérateur, 2 contrôleurs ou ouvreurs, 1 caissier et 3 femmes de ménage ! Et dire que d’illustres personnages du monde du cinéma ont fréquenté ce lieu de toutes les convergences : politique, idéologique et professionnelle. Ahmed Bedjaoui y aura vu défiler des sommités à l’image de Youcef Chahine, l’Algéro- Egyptien ; le Suisse Jean-Luc Godard ; le Sénégalais Sembène Ousmane sans oublier Costa Gavras et son fameux film Z; Nicholas Ray, ainsi que le grand comédien français Yves Montand. Ce n’est pas un hasard.
    De la rue Tanger à La Casbah 
    La Cinémathèque est sur un site de prédilection qui accueille aujourd’hui le MaMa (Musée d’arts modernes) et le Cercle culturel de la rue Ben-M’Hidi. En il y a en contrebas la rue Tanger (rue manger, ironise-ton). Plus haut, c’est la pittoresque Casbah, lieu de pèlerinage pour certains, d’exotisme ou de découvertes extraordinaires pour d’autres. C’était un détour inévitable après les débats enfiévrés qui suivaient la projection des films. Le plus souvent, les soirées se prolongeaient à n’en pas finir dans un resto pas loin ou à l’Alhambra, au-dessus de l’ex-Bo0n Marché. Cela faisait partie des us et coutumes spécifiques qui n’existaient nulle part ailleurs dans le pays. Les chroniqueurs qui assuraient régulièrement les comptes rendus faisaient partie de ce beau monde. Leur rôle était essentiel. Abdou Benziane ( Les 2 Ecrans) était de ceux-là. Il serait fastidieux de citer tous ceux encore en vie ou disparus qui ont fait l’âge d’or de la Cinémathèque algérienne. Les titres traditionnels de la presse écrite ( El Moudjahid, Algérie Actualité) constituaient le vivier de cette classe de «roseaux pensants» polémistes et «débatteurs» à souhait. Que dire de grands films projetés en avant-première en présence du réalisateur bien avant leur pays d’origine… Aujourd’hui, le Musée du cinéma hérite de cette période faste 10 000 longs métrages et 5 000 courts métrages. Au ministère de la Culture, si l’on reconnaît l’ampleur de la tâche de restauration de toutes ces œuvres à valeur inestimable, l’on se veut rassurants quant au résultat grâce aux nouvelles technologies. Des spécialistes de France et d’Italie plancheraient sur ce gigantesque chantier. A voir... Cependant, comment substituer au silence des cimetières des années de sang une deuxième naissance qui nous rappellera Momo, le chantre de la Casbah dans Tayia ya Didou de Mohamed Zinet ? Qui pourra assumer ce challenge? Redoutable défi. Le cinéma serait-il devenu un luxe dérisoire et passé de mode ? Fini le bon vieux temps ! Les années 90 c’est la chute du mur de Berlin, la fin de la guerre froide, la grande supercherie de la guerre des étoiles chère à Ronald Reagan, la perestroïka et l’éclatement de l’Union soviétique, le non-alignement remisé au placard de l’histoire. En un mot, le monde n’est plus ce qu’il était. Au romantisme succède la réalité implacable de la rentabilité et de l’argent-roi. Faut-il s’attendre à l’apparition de nouveaux prophètes ou de prêcheurs de la bonne parole filmique ? L’actuel directeur de la Cinémathèque n’ignore sans doute pas tous les défis ; il en est tétanisé. Il n’empêche, les pouvoirs publics piochent dans le trésor l’argent pour la réhabilitation des cinémathèques des autres grandes villes.
    Des multiplexes 
    Ce n’est pas tout. Sur le front de l’actualité, le Premier ministre Abdelmalek Sellal veut mettre à profit sa présence au plus niveau de la hiérarchie de l’Etat pour faire œuvre utile pour le parc cinématographique longtemps laissé en jachère. Il a annoncé la réhabilitation de 386 salles de cinéma. Pas moins ! Le ministère de la Culture devra se décarcasser sec : c’est à lui qu’incombera cette tâche. A l’échelon de base, l’APC d’Alger-Centre y va aussi de sa partition puisqu’il est question de la réouverture imminente des salles l’ABC, El Kahyam, l’Algéria et la restauration des cinémas Dounyazad (rappelezvous les films indous !), Casino et Marivaux. Il va de soi que les machines de projection obsolètes sont appelées à être remplacées par d’autres plus modernes. Serait-ce des lendemains qui chantent ? A revendiquer le bénéfice du doute, il n’y a qu’un pas vite franchi par ailleurs. Nous voudrions bien voir bonne foi dans la démarche de Abdelmalek Sellal sûrement sensibilisé sur la question. Après mise à niveau, les salles de cinéma seront retirées aux exploitants privés et aux APC et, à brève échéance, intégrées dans le dispositif Ansej au profit des jeunes qui seraient formés dans ce sens. Une gageure ? Simple effet d’annonce ? On est en droit de nous interroger sur le bien-fondé d’une telle approche sur le terrain rempli d’embûches du cinéma par ignorance d’un contexte qui ne peut pas être assimilé à celui d’une époque révolue. Sans rire, les choses ont changé, il faut en tenir compte sérieusement si l’on ne veut pas que tout le budget débloqué soit de l’argent jeté par les fenêtres. Le concept des salles de cinéma d’hier est obsolète. Dans d’autres contrées l’on a pris conscience de cela depuis bien longtemps. En dépit d’affiches des plus attractives, les salles continueront à accueillir peu de monde par la simple raison que toutes les artères de la ville — de jour comme de nuit — sont congestionnées. Ni l’APC ni la wilaya ne peuvent dégager un espace aux alentours. Parce qu’il n’y en a pas ? Cela décourage donc les plus hardis. Ce public de plus en plus récalcitrant, difficile à séduire, préfère le confort domestique naviguant sur internet ou zappant sur les centaines de chaînes TV. La réflexion ne devrait-elle pas porter aujourd’hui sur le concept de multiplexe ? De quoi s’agit-il ? Il consiste en un complexe cinématographique disposant d’au moins 8 salles d’une capacité d’accueil minimale de 1 000 à 1 500 fauteuils chacune, confortables et de dimension importante, dotées d'écrans de grande taille qui offrent au spectateur une très grande qualité de projection, de vastes espaces d'accueil, des services annexes comme des salons de thé, cafés, librairies. En outre, Il dispose de facilités d'accès et de stationnement. C’est pourquoi, pour une ville comme Alger pour ne citer que cette grande agglomération, ces complexes devraient être installés dans la périphérie, près des grands centres commerciaux et des axes routiers. Ça serait aussi de nouveaux centres de vie culturelle. Ne soyons pas frileux, observons l’extraordinaire engouement vers Ardis. Citons également le centre commercial de Bab Ezzouar malgré l’espace squatté par les gardiens improvisés du stationnement. C’est en satisfaisant à ces conditions seulement qu’il faudra espérer récupérer le public perdu depuis longtemps. 

    « La Cinémathèque d?Alger, de son âge d?or aux années du déclinCinémathèque algérienne (La) »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :