• Un thriller signé Hamina!

    Le court-métrage Hypnotisia présenté à la presse : Un thriller signé Hamina

    D'une durée de 37 minutes, le court-métrage «Hypnotisia» a été présenté, lundi, en avant-première la presse nationale, et ce, à la salle Ibn Zaydoun de l'Office national Riadh El-Feth (OREF).

    Ce court-métrage de fiction est signé, en texte et réalisation, par Marouane Lakhdar Hamina, fils du célèbre metteur en scène Mohamed Lakhdar Hamina. Le film relate l'histoire d'une tueur en série qui fait trembler Alger et sa rue Tanger, jusqu’au mont de Notre-Dame d’Afrique. C’est une adaptation de la nouvelle «La mort en huit chiffres» de Didier Daeninckx, du recueil «Main courante», édité par les éditions Verdier. Un personnage parfaitement incarné par le jeune Rachid Allaf, étoile montante du 7e art algérien. Obsédé par la chaleur du sang, ce tueur choisit ses victimes, des jeunes filles blondes attachées à la vie. Dounia, jeune femme à la fois forte et fragile, travaille bénévolement à la permanence de l’association «S. O. S. Déprime», où elle soulage, avec son collègue Karim, un jeune infirmier, les souffrances de personnes en détresse, victimes des affres de la vie et de la société. Pendant qu'elle assurait, seule, cette permanence, elle reçut un coup de fil d'un inconnu. Ce dernier, sûr de lui, entama une longue discussion avec elle. Dounia essaie, coûte que coûte, de lui tenir tête et de le calmer. Ce fut, dès lors, l’affrontement verbal avec ce mystérieux interlocuteur qui la harcèle au bout du fil et la menace.
    Sortira-t-elle indemne face aux menaces distillées par cet obscur personnage dans ce huis-clos intense et haletant ? Dans une déclaration à la presse en marge de l'avant-première de son court-métrage, Marwan Lakhdar Hamina a répondu à une question relative à son choix : «J'ai toujours été fasciné par Freud et par Yong et par l'inconscient qui nous dirige ; je voulais aller dans l'inconscient d'un personnage détraqué, même si tout le monde a une part d'ombre». S'agissant du choix des acteurs, des amateurs, le réalisateur explique: «Je pense que le comédien est frais et spontané par rapport au professionnel qui a déjà une expérience». Jouxtant sur un montage alterné, Marwan Lakhdar Hamina explique : «Il y avait un côté esthétique, la réalité voulait que ça soit en couleur et que S.O.S déprime soit en noir et blanc, mais moi j'ai joué sur le contre-sens».
    Il y a lieu de noter que «Hypnotisia» est une production
    du Centre Algérien de Développement du Cinéma (CADC), en collaboration avec Sunset Entertainment. Le projet est sous l'égide du ministère de la Culture et des Arts. Notons que ce court-métrage a fait l’objet d’une deuxième projection qui a été réservée aux officiels et aux invités d'honneur dimanche en fin de journée.
    Sihem Oubraham

    « SALLES DE CINÉMA DE MÉDÉA Un écrin du patrimoine en perditionJusqu’au 23 mars : exposition de photographie «Bou-Saâda, regards croisés» »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :