• Un long-métrage en tournage au Vieux Rocher

    Un long-métrage en tournage au Vieux Rocher

    Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

    le 22.12.13 | 10h00

     

    C’est depuis dix jours que la ville de Constantine est le théâtre du tournage d’un nouveau long-métrage, au titre romantique : «Qalbi» (Mon cœur).

    C’est un film de Mohamed-Fouzi Delmi, financé par «Merri marque groupe», d’après un scénario co-écrit par le réalisateur lui-même et Nassima Bekouche. Le directeur de la production est Karim Hakim Delmi et celui du casting Yacine Bousseboua. Le premier tour de manivelle a été donné le 9 décembre courant à la place Si El Haouès (ex-Place Générale), à proximité du palais Hadj Ahmed Bey. Selon le réalisateur, le film est une fiction inspirée de la réalité. Beaucoup de problèmes sociaux y sont traités: l’amour, la trahison, l’héritage, la famille, la cupidité, le mariage forcé… Enfin, des tares insupportables qui empêchent la société algérienne d’avancer. «D’habitude je suis plus intéressé par les films d’action, mais cette fois j’ai eu envie de lever un pan du voile qui cache les maux de notre société», nous confie le réalisateur, Mohamed-Fouzi Delmi. Voici un résumé du synopsis tel qu’il nous a résumé par un des acteurs principaux, Salah-Eddine Bouraiou.

    En 2013, Acil (rôle campé par ce dernier) est un jeune homme issu d’une famille riche. Après la rupture de ses fiançailles, il rencontre Narimane (Selma Boukabbabi), dont il tombe amoureux. Croyant avoir trouvé le véritable amour, il l’épouse. Mais Moukim, le cousin de Acil, inspecteur de police (Mohamed-Cherif Bouaker, plus connu par Zinou) et le bien-aimé de Besma, -la sœur de Acil (Sarah Khrief), n’aime pas Narimane, et doute que sa rencontre avec Acil soit fortuite. Celle-ci, déçue de découvrir que c’est Wassel (Rachid Manghour), le fils aîné et frère de Acil, qui contrôle et gère tous les biens de la famille. Elle essaie alors de monter son mari contre son frère et le pousse à revendiquer sa part d’héritage. Acil l’écoute, avant de réaliser la mauvaise action de sa femme. Un accident de la route le laisse alors handicapé. S’ensuivra un complot qui sera déjoué par Moukim… Arrêtons là, et donnons plutôt envie au lecteur de découvrir lui-même ce film qui s’annonce plein de suspense.  
     

    Yousra Salem
    « Festival du Film de Dubaï : le retour de Omar SharifFICA : projection du film, l?autre côté du mur, de Denis Vericel : La vérité d?un peuple opprimé »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :