• Semaine du film algérien en force

    MAISON DES CULTURES DU MONDE DE BERLIN

    Semaine du film algérien en force

    Par 
    Taille du texte : Decrease font Enlarge font
    Scène du film MascaradesScène du film Mascarades

    La ville de Berlin a accueilli, du 26 au 30 mars 2014 dernier, une belle manifestation dédiée au 7e art algérien dont le commissaire n'était autre que Ahmed Bedjaoui....

    Les cinéphiles allemands ont eu à apprécier un cinéma venu du Sud en portant leur regard sur une dizaine de films algériens entre anciens et récents. Cet événement culturel a été programmé par Haus der Kulturen der Welt, Centre des arts contemporains.
    Il semblerait qu'une attention particulière a été accordée aux oeuvres qui reflètent le combat des Algériens durant la guerre de Libération. Pour preuve Chroniques des années de braise, de Mohamed Lakhdar Hamina, Palme d'Or à Cannes en 1975 n'a pas été oubliée. D'autres longs métrages, mais aussi des courts et des documentaires aux thèmes variés ont été présentés au public berlinois. On peut citer Le Charbonnier (1976) de Mohamed Bouamari, Omar Guatlatou (1976) de Merzak Allouache, La Zerda ou les chants de l'oubli (1982) de Assia Djebbar, Automne, octobre à Alger (1992) de Malik Lakhdar Hamina, Indigènes (2006) de Rachid Bouchareb, Zabana! de Saïd Ould Khelifa, Baraket! de Djamila Sahraoui, Délice Paloma de Nadir Moknache, La Maison jaune (2006) de Ammor Hakkar, Cartouches Gauloises (2007) de Mehdi Charef, Mascarades (2008) de Lies Salem, Hors-la-loi (2010) de Rachid Bouchareb, Jours de cendre (2013) de Ammar Si Fodhil, mais aussi le documentaire El Gusto de Safinez Bousbia et Jours d'avant le court métrage de Karim Mouassaoui qui vient de recevoir récemment le Prix l'Hadrumed d'or à Sousse, en Tunisie.
    Le programme respecte un équilibre entre les anciens et les nouveaux, les femmes et les hommes réalisateurs et consacre une place importante aux jeunes réalisateurs à travers des moyens et courts métrages de fiction. Plusieurs réalisateurs et une réalisatrice ont été invités par les organisateurs à présenter leurs films et à participer à un panel sur le dynamisme de la production algérienne.
    L'ouverture s'est faite dans la très belle salle de la Maison des cultures du Monde de Berlin, en présence d'un public très nombreux, estimé à plus de 600 personnes. Au cours de cette cérémonie, le commissaire a souligné le dynamisme et la diversité qui caractérisent la production algérienne, ainsi que les aides massives que l'Etat algérien, à travers l'Aarc, accorde aux projets cinématographiques dans leur ensemble.
    Au cours de cette soirée inaugurale à laquelle ont assisté des représentants de l'ambassade d'Algérie, le dernier film de Amor Hakkar, La Preuve a été projeté. De l'avis de Ahmed Bedjaoui, le film a été chaleureusement et longuement applaudi par les spectateurs. Une discussion d'une heure a suivi la projection. Elle a montré que le cinéma algérien suscitait beaucoup d'intérêt et de curiosité. De l'avis du public et des responsables de la Maison des cultures du Monde, cette soirée a été un grand succès. Le public berlinois, féru de cinéma, a dû se régaler et c'est tant mieux..

    « Trois productions algériennes au festival Vues d?Afrique de Montréal.le faiseur de films tourne à Oran »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :