• Movie The Devil Made Me Do It!

    Prime Video: The Devil Made Me Do It

    Le troisième épisode de la très célèbre série " The Conjuring " et le huitième film de la franchise d'horreur de l'univers Conjuring - The Conjuring : The Devil Made Me Do It - était prêt à sortir en septembre 2020, mais la pandémie de COVID-19 l'a retardé jusqu'en juin 2021, date à laquelle il est sorti simultanément aux États-Unis et sur HBO Max. Malheureusement, il n'a pas pu sortir à nouveau dans les salles indiennes à cause de la pandémie. Comme la durée de diffusion sur HBO Max a été très courte, les fans indiens de la franchise se sont demandés où regarder le film, compte tenu de la façon dont ils ont été ravis et intrigués par les histoires de maisons hantées de The Conjuring (2013) et The Conjuring-2 (2016) avec le couple d'enquêteurs paranormaux Ed Warren et Lorraine Warren, interprétés brillamment par Patrick Wilson et Vera Farmiga dans tous les films de la trilogie et dans l'un des films de la franchise Conjuring Universe. Enfin. Amazon Prime Video a commencé à diffuser ce film à partir du 15 décembre 2021, et le plaisir de l'horreur est revenu en force en Inde.

    Comme d'habitude, l'histoire de ce film est également basée sur une affaire judiciaire réelle de 1981 où l'accusé de meurtre, Arne Johnson, a plaidé non coupable sous prétexte que "le diable l'a poussé à le faire", affirmant qu'il était possédé par le démon lorsqu'il a commis l'acte ; ce type de défense est une première dans l'histoire judiciaire américaine. Ed et Lorraine Warren ont témoigné pour Arne car ils étaient convaincus de la possession démoniaque et ont donné toutes leurs preuves en termes d'images et de vidéos capturées. Cependant, comme une telle prémisse ne peut jamais avoir de base légale, l'accusé a été reconnu coupable et condamné à 15-20 ans de prison ; mais il est sorti de prison en cinq ans grâce à son comportement exemplaire et au fait qu'il a épousé sa petite amie alors qu'il était encore en prison. Les procédures judiciaires sèches ne peuvent jamais être un sujet approprié pour un film de suspense et d'horreur et, par conséquent, une intrigue palpitante et un scénario ont été construits autour de cette affaire.

    Le film s'ouvre sur la scène la plus effrayante du film et peut-être l'une des plus effrayantes de l'histoire du cinéma d'horreur. La scène montre l'exorcisme d'un petit garçon, âgé d'environ 10 ans, nommé David Glatzel, en présence de la famille sinistrée, Ed et Lorraine, et de l'exorciste. Les développements chaotiquement horrifiants qui s'ensuivent méritent d'être regardés plutôt qu'expliqués, avec pour résultat qu'Ed est blessé et fait une crise cardiaque tandis que le personnage d'Arne Johnson (joué par Ruairi O'Connor), petit ami de la sœur aînée de David, Debbie Glatzel (jouée par Sarah Catherine), regarde dans les yeux du violent David et invite le démon à quitter David et à le posséder, ce qui, de manière assez incroyable, se produit. Selon mon expérience des films d'horreur, il s'agit d'un nouveau rebondissement qui soulève quelques questions : il semble rendre le rôle des exorcistes plutôt douteux et un démon ou un fantôme est censé posséder quelqu'un dans un but précis, alors pourquoi devrait-il quitter sa précieuse victime ? Quoi qu'il en soit, il s'agissait d'un prologue nécessaire pour que le personnage d'Arne Johnson puisse assassiner quelqu'un et être jugé.

    Par rapport aux deux premiers films de la trilogie, absolument captivants et pleins de tension, le troisième manque de fluidité dans la narration, qui est entravée par des flashbacks, des coupes rapides et des scènes laissées à moitié traitées, qui sautent à d'autres scènes pour revenir ensuite à la première. Cela peut être interprété comme un traitement stylistique du réalisateur, mais cela n'aide pas la narration en gardant à l'esprit l'implication continue des spectateurs. Par exemple, Ed Warren qui a subi une crise cardiaque s'est probablement reposé pendant environ un mois (non clairement indiqué) au cours duquel le démon en Arne a préféré ne rien faire d'atroce. Cependant, dès qu'Ed se rétablit, il communique avec Lorraine dans un rêve télépathique pour prévenir la police d'une tragédie imminente dans la maison de l'employeur et propriétaire d'Arne. Et inévitablement, Arne, dans un soudain élan de possessivité, assassine le propriétaire et est arrêté par la police.

    C'est alors que se produit le véritable tournant de l'histoire : Lorraine, grâce à ses pouvoirs psychiques et intuitifs, visualise un lien sinistre entre l'acte d'Arne et le meurtre et le suicide de deux jeunes filles ces derniers jours. La police n'a pas encore retrouvé le corps de la deuxième fille qui aurait tué son amie dans un accès de possession démoniaque et se serait ensuite suicidée. Ainsi, pour la première fois dans l'histoire de la trilogie, la police se joint à l'enquête avec l'aide paranormale d'Ed et de Lorraine, et finit par trouver le corps submergé de la seconde fille, tandis que Lorraine les conduit à travers une scène d'ombre et de lumière dramatiquement élaborée, qui mérite d'être vue.

    Une fois la "connexion" confirmée, Lorraine et Ed retournent à la maison de David, et Lorraine découvre un totem de sorcière dans les chambres souterraines de la maison, remplies de rats. L'angle des pratiques occultes intervient ici, à nouveau pour la première fois, et Lorraine, convaincue que la connexion fonctionne dans les deux sens et qu'elle est en train d'accomplir une malédiction impliquant d'autres meurtres, se met à la recherche de la source du mal - qu'il s'agisse d'un esprit maléfique ou d'un être humain diabolique doté de pouvoirs surnaturels doit être évité ici, de peur de devenir un spoiler. Si la première moitié du film est très engageante et pleine de tension, la seconde moitié devient plutôt prévisible. L'apogée, malheureusement, ne parvient pas à choquer les spectateurs.

    Mais le film vaut vraiment la peine d'être regardé grâce aux performances intenses, comme d'habitude, du couple Wilson-Farmiga, ainsi qu'aux sauts de puce qui arrivent quand on ne s'y attend pas et ne reviennent pas quand on s'y attend, gardant les spectateurs en haleine, notamment une scène délicieuse et effrayante où David saute sur un matelas bouillonnant comme s'il était rempli d'eau et où il lui arrive quelque chose d'inattendu. La suite, différente des deux autres films mentionnés ci-dessus, nous rappelle le brillant film d'horreur-mystère-suspense sud-coréen "The Wailing", dont nous avons parlé récemment.

    The Conjuring : The Devil Made Me Do It" n'est pas réalisé par James Wan, qui a créé la franchise d'horreur "The Conjuring Universe" avec son Atomic Monster Productions et New Line Cinema de Warner Bros Entertainment, achevant ainsi les efforts déployés pendant 20 ans par Tony DeRosa-Grund et son équipe pour réaliser une série de films sur les dossiers surnaturels d'Ed et Lorraine Warren, et réalisant le premier film de la franchise "The Conjuring" en 2013. L'énorme succès commercial de cette première aventure a conduit à la production de suites et de préquelles d'horreur surnaturelle les unes après les autres : Annabelle en 2014, The Conjuring-2 en 2016, Annabelle Creation en 2017, The Nun en 2018, The Curse of La Llorona en 2019, Annabelle Comes Home en 2019 et The Conjuring : The Devil Made Me Do It en 2021 ; ce dernier est réalisé par Michael Chaves qui a fait ses débuts de réalisateur avec un film de la franchise, " The Curse of La Llorona ". L'univers Conjuring est devenu la deuxième franchise d'horreur la plus lucrative de l'histoire d'Hollywood et l'une des plus acclamées par la critique. La quasi-totalité des huit films ont été d'énormes succès commerciaux dans le monde entier, avec des critiques positives ou mitigées. La franchise travaille actuellement sur deux autres films d'horreur : le premier s'intitule " The Crooked Man " et le titre du second, qui serait une suite de " The Nun ", doit encore être annoncé.

    Chinmay Chakravarty est un professionnel spécialisé dans le domaine de la création, avec plus de deux décennies d'expérience dans l'écriture journalistique, la coordination des médias, l'écriture de scénarios de films, le doublage de films, la réalisation de films et de vidéos, la gestion de festivals internationaux de films et l'édition de livres et de revues. Il est capable de fournir des services professionnels dans ces domaines connexes. Officier de l'Indian Information Service, il a quitté le poste de directeur du Press Information Bureau, Kolkata, en novembre 2019. A publié son premier livre solo " Laugh and Let Laugh " en 2017 et son deuxième livre " The Cheerless Chauffeur and Other Tales " en 2021.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    « Box-office nord-américain : « Uncharted » toujours en têteApprendre à devenir acteur grâce aux cours de théâtre »
    Partager via Gmail Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :