• LES BALLES DU 14 JUILLET 1953 DE DANIEL KUPFERSTEIN Retour sur une histoire inconnue

    LES BALLES DU 14 JUILLET 1953 DE DANIEL KUPFERSTEIN
    Retour sur une histoire inconnue

     

    Les balles du 14 juillet 1953 est un film documentaire historique qui vient d’être réalisé par le cinéaste Daniel Kupferstein, un Français qui a séjourné en 2012 à Béjaïa, Ghazaouet, Nedroma, Aïn-Sefra et Tiout, d’où il a recueilli et assemblé des témoignages des familles et des proches des disparus et des blessés lors de ces émeutes qui se sont déroulées, rappelons-le, un certain 14 juillet de l’année 1953.

    Ce jour-là, un drame terrible, un vrai carnage, au moment où Paris célébrait la fête nationale dans une saine ambiance populaire et dans la joie traditionnelle, de sanglantes échauffourées se sont produites place de la Nation. 
    Deux mille Nord-Africains défilant devant l’état-major communiste place de la Nation déclenchent une échauffourée. Pour se dégager, le service d’ordre a fait usage de ses armes. Sinistre bilan : sept personnes (six Algériens et un Français) ont été tuées et 126 autres, dont plusieurs gravement atteintes, ont été transportées à la hâte dans les hôpitaux. «Cette histoire est quasiment inconnue en France comme en Algérie, a indiqué le cinéaste. Pratiquement, personne n’est au courant de son existence. Comme si une page d’histoire avait été déchirée et mise à la poubelle. Ce film est l’histoire d’une longue enquête contre l’amnésie. Enquête au jour le jour, pour retrouver des témoins, pour faire parler les historiens, pour reprendre les informations dans les journaux de l’époque, dans les archives et autres centres de documentation afin de reconstituer au mieux le déroulement de ce drame mais aussi pour comprendre comment ‘ce mensonge’ d’Etat a si bien fonctionné. Avant que les derniers témoins ne disparaissent, il est temps que l’histoire de ce massacre sorte de l’oubli», a encore indiqué le réalisateur. Pour rappel, le film documentaire les balles du 14 juillet 1953 est programmé en projection à travers plusieurs villes en France, notamment après le 3 octobre à Besançon, à l’occasion de l’ouverture des 17es rencontres du cinéma du CCCPO au cinéma Kursaal, salle d’art et d’essai, place Granvelle : le 14 octobre à Paris XIVe, dans le cadre des rencontres Pro d’Addoc avec l’historien Emmanuel Blanchard, au cinéma l’Entrepôt et le 31 octobre à Paris XVe à 19h au Centre culturel algérien, 171, rue de la Croix Nivert 75015. Notons enfin parmi les sept morts le défunt Daoui Larbi, né en 1924 à Aïn-Sefra tué par balle. Il a été inhumé dans son village natal le 21 juillet 1953. 
    La cérémonie de sépulture a été faite sous haute sécurité française, selon le rite musulman. M. Kupferstein, qui a séjourné à Aïn-Sefra à la fin du mois d’août 2012, a recueilli toutes les informations nécessaires de la famille du défunt, notamment son frère, ses cousins et les militants PPA d’alors, et s’est rendu sur la tombe du chahid. Espérons que la Télévision algérienne présentera ce film au public algérien à l’occasion des festivités marquant le 60e anniversaire de la Révolution. 
    B. Henine

    « 1RES JOURNÉES DU COURT MÉTRAGE DE AÏN TÉMOUCHENT Deux longs métrages seront projetésTunisie Deuxième concours de courts métrages »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :