• Les 10 acteurs principaux d'Hollywood les plus importants de tous les temps

    Le top 10 des acteurs principaux d'Hollywood les plus importants de tous les temps.

     

    Recommander l'article Commentaires sur l'article Imprimer l'articleShare this article on FacebookShare this article on TwitterShare this article on LinkedinShare this article on RedditShare this article on Pinterest

    En établissant ce Top 10 des acteurs principaux d'Hollywood les plus importants de tous les temps, j'ai essayé d'être aussi objectif que possible (par exemple, mon acteur préféré personnel est Robert Mitchum, qui est 10e sur cette liste) en appliquant les critères suivants : l'importance de leurs rôles spécifiques, la variété de leur œuvre, leur influence sur d'autres acteurs (pour autant qu'on puisse la retracer) et les réalisateurs avec lesquels ils ont travaillé. Commençons :

    10) Robert Mitchum (1917-1997)

    Robert Mitchum est connu pour son jeu apparemment laconique. Outre ses excellentes performances dans les films noirs (Crossfire (1947), Out of the Past (1947)) et les westerns (Man With the Gun (1955), Rio Bravo (1959), El Dorado (1966)) des années 50, il est probablement plus connu pour ses interprétations de psychopathes sadiques dans Night of the Hunter (1955) de Charles Laughton et dans Cape Fear (1961) de J.L. Thompson, qui sont toutes deux des performances tangiblement sordides et parmi ses meilleures. Mitchum considérait le métier d'acteur comme une profession et le fait d'être une star comme une chose de moindre importance. Lorsqu'il a refusé le rôle principal dans The Wild Bunch (1969) de Sam Peckinpah et qu'il a préféré jouer un rôle comparable dans 5 Card Stud (1968) d'Henry Hathaway à celui qu'il avait dans Night of the Hunter, il a affirmé que les deux étaient des westerns.

    9) Robert de Niro (1943)

    La coopération entre Robert de Niro et son ami et réalisateur Martin Scorsese a été cruciale pour le succès des deux artistes. Dans leur premier projet commun, Mean Streets (1973), qui raconte l'histoire d'un groupe de jeunes adolescents new-yorkais qui se battent pour gagner leur vie en faisant du prêt usuraire, Robert de Niro (qui a été formé à la "méthode d'acteur") vole la vedette dans le rôle du violent et imprévisible Johnny Boy. Leur véritable percée a lieu avec Taxi Driver en 1976, dans lequel de Niro joue le rôle du vétéran introverti du Vietnam Travis Bickle, qui erre dans les rues avec son taxi, se transformant lentement en un horrible vengeur du monde détraqué dont il est témoin. De Niro a remporté son deuxième Oscar (Le Parrain II (1974), son premier en tant que second rôle) pour son rôle du boxeur légendaire Jake LaMotta dans Raging Bull (après avoir persuadé Scorsese de réaliser le film). Ses meilleurs films des années 90 sont sans aucun doute Goodfellas (1990) et Heat (1995). Dans le premier, De Niro est parfaitement interprété par Scorsese dans le rôle de Jim Conway, un truand irlandais d'âge mûr, très impitoyable et réputé, qui est le mentor de Ray Liotta. Dans Heat, l'épopée policière magistrale de Michael Mann, il incarne le grand criminel Neil McGauley, opposé (pour la première fois dans un film ensemble) à l'autre icône du cinéma, Al Pacino, dans le rôle de son ennemi juré. Dans le film Jackie Brown (1997) de Quentin Tarantino, De Niro a sous-joué, donnant ainsi à ses collègues plus d'espace pour exceller.

    8) Burt Lancaster (1913-1994)

    La carrière cinématographique de Burt Lancaster débute dans les années 40 avec les mélodrames étouffants de Robert Siodmark (The Killers (1946), Criss Cross (1949)). Après quelques films "légers" au début des années 50, il revient au genre du film-noir dans le film sombre Sweet Smell of Success (1957) dans lequel il joue le rôle du cynique et puissant chroniqueur J.J. Hunsecker qui détruit la relation de sa sœur avec son petit ami. On se souvient également de son rôle dans Birdman of Alcatraz (1962) et de sa performance récompensée par un Oscar dans Elmer Gantry (1960). Lancaster a également construit une carrière impressionnante en Europe où il a travaillé avec les réalisateurs italiens Luchino Visconti (Le Léopard et La Pièce de conversation) et Bernardo Bertolucci (1900). Son dernier rôle important fut dans le chef-d'œuvre de Louis Malle, Atlantic City U.S.A. (1980).

    7) James Stewart (1908-1997)

     

    James Stewart, l'homme longiligne à la célèbre voix traînante, a été un acteur principal important pendant trente ans et une star modeste et appréciée. Sa première performance marquante fut dans Mr Smith Goes to Washington (1939) de Frank Capra dans lequel il jouait un sénateur gangster, timide et idéaliste qui dénonce la corruption. Les années 50 ont été la période la plus décisive de sa carrière d'acteur. Ses performances saisissantes dans les westerns d'Anthony Mann (ils en ont fait 5 ensemble) dans lesquels il incarne principalement des hommes sinistres et cyniques (L'éperon nu (1953) et surtout L'homme de Laramie (1955)) sont diamétralement opposées à la plupart de ses travaux avant et après cette série de films. Stewart a tourné quatre films avec le maestro du suspense Alfred Hitchcock. Les deux plus beaux (probablement pour l'acteur et le réalisateur) sont Rear Window (1954), magnifiquement mis en scène, avec Stewart dans le rôle d'un photographe immobilisé qui a une jambe cassée et qui est témoin d'un meurtre en regardant dans ses jumelles, et Vertigo (1958), mystère énigmatique et sombre dans lequel il incarne un détective névrosé qui tombe amoureux de la femme errante de son ami qu'il doit suivre à la trace. La vieille star hollywoodienne a apporté à ses meilleurs rôles un niveau d'énergie névrotique que peu d'acteurs de la Méthode ont pu égaler.

    6) Montgomery Clift (1920-1966)

    "Il est un peu bizarre, vous ne trouvez pas ?" John Wayne fait remarquer à sa secrétaire après avoir rencontré Montgomery Clift, sa co-star dans Rivière Rouge (1948). Plus tard, lorsque le film fut terminé, il fut conquis par le grand professionnalisme du jeune acteur "méthodique". À 15 ans, Clift jouait déjà de petits rôles professionnels. Avec sa stature élancée, son visage fin et ses yeux expressifs, il devient rapidement un héros romantique, surtout lorsque des rumeurs persistantes font état d'une relation avec Elizabeth Taylor. Avec elle, il a joué dans trois films (A Place in the Sun (1951), Raintree Country (1957) et Suddenly, Last Summer (1959)) et ils sont restés amis pour le reste de sa vie. Dans les années 50, Clift était l'acteur le plus recherché mais il était très réticent et critique sur les rôles qu'il choisissait. Pendant la production de Raintree Countree, Clift a eu un terrible accident de voiture, qui l'a endommagé à la fois physiquement et émotionnellement. Sa vie après cet accident a été décrite comme le plus long suicide de l'histoire d'Hollywood (alcoolisme et toxicomanie). Malgré sa dépendance, il a continué à jouer et a livré des performances mémorables et déchirantes dans Le Jugement de Nuremberg (1961) et Les Misérables (1961). Il a été nommé quatre fois aux Oscars et est mort d'une crise cardiaque à l'âge de 46 ans.

     

    5) Henry Fonda (1905-1982)

    Henry Fonda incarnait l'intégrité à l'écran (et aussi dans sa vie personnelle). Presque tous les personnages qu'il incarnait respiraient la dignité, qu'il s'agisse du jeune fermier dirigeant sa famille dans Les raisins de la colère (1940) de John Ford, du vagabond Gil Carter défendant un condamné contre une foule en délire dans L'incident de Oxbow (1943) de William Wellman, de Wyatt Earp dans Ma chère Clémentine (1946), du musicien Manny Balestrero accusé à tort de meurtre dans Le mauvais homme (1957) d'Alfred Hitchock ou du juré n° 8 dans Douze hommes en colère (1957). Dans Il était une fois dans l'Ouest (1968) de Sergio Leone, il a prouvé qu'il pouvait également jouer un méchant dépravé et sans scrupules. Le seul "défaut" de sa magnifique carrière d'acteur est qu'il est très rarement apparu dans des comédies alors qu'il était connu comme un homme d'humour dans sa vie personnelle. Pour son interprétation du professeur à la retraite Norman Thayer Jr. dans On Golden Pond (1981), il a finalement remporté un Oscar.

    4) James Dean (1931-1955)

    D'innombrables livres ont été publiés et des films sont sortis sur James Dean, dont les sujets varient de l'homme derrière la légende, ses préférences sexuelles, sa soi-disant pulsion de mort et son rôle de symbole de la jeunesse désabusée. Avec un héritage de seulement trois films, Dean a joué des personnages qui incarnaient la solitude, la frustration et la colère auxquels un jeune public (la génération d'après-guerre) pouvait s'identifier. Il a été éduqué dans le style Method Acting, comme son idole Marlon Brando, et en raison de sa jeunesse troublée (sa mère, à laquelle il tenait beaucoup, est décédée lorsqu'il avait 9 ans), il pouvait très facilement éprouver de l'empathie pour ses personnages. Dean l'a prouvé dans son rôle de Cal Trask dans À l'est d'Eden (1955) d'Elia Kazan, dans les scènes chargées d'émotion où il tente de gagner le respect de son père (Raymond Massey), ou dans celui de l'adolescent incompris Jim Stark dans La Fureur de vivre (1955) de Nicolas Ray, qui forme une "famille de substitution". Dans son dernier rôle (avant son tragique accident de voiture), celui de Jett Rink dans le mélodrame épique Giant (1956) de George Steven, il a également montré sa capacité à jouer des hommes d'âge mûr.

    3) Humphrey Bogart (1899-1957)

    Humphrey Bogart, qui allait devenir une légende grâce à ses rôles de détectives privés hargneux et sardoniques, Phillip Marlowe et Sam Spade, a commencé sa carrière d'acteur dans les années 20 à Broadway. Il a percé avec sa performance dans le film La forêt pétrifiée (il avait déjà joué dans la version théâtrale l'année précédente) en 1936, dans le rôle du sauvage Duke Mantee (inspiré de John Dillinger). Dans les années 40, il devient l'un des acteurs les plus dominants d'Hollywood avec d'excellentes performances dans High Sierra (1941), Le Faucon maltais (1941), Casablanca (1942), Le Grand Sommeil (1946), Key Largo (1948), Le Trésor de la Sierra Madre (1948) et The African Queen (1951). Les personnages que Bogart a interprétés à la fin de sa carrière, comme Dead Reckoning (1947), In a Lonely Place (1950) et The Harder They Fall (1956), étaient des types aigris et dégoûtés, et constituent son œuvre la plus audacieuse et la plus originale.

    2) James Cagney (1899-1986)

    La thèse selon laquelle un rôle de film doit être une projection de la personnalité de l'acteur s'applique particulièrement à James Cagney. Sa capacité à incarner des héros, des méchants sympathiques et des égoïstes psychotiques avec une énergie électrisante est inégalée dans l'histoire du cinéma. Son premier grand rôle dans The Public Enemy (1931) de William Wellman, où il incarne le gangster Tom Powers, fait de lui une star instantanée. Dans les années qui suivent, il continue à jouer des gangsters (Angels With Dirty Faces (1938), Roaring Twenties (1939)) pour le studio Warner Brothers, connu pour ses films sordides et réalistes. En 1942, Cagney remporte l'Oscar du meilleur acteur pour son rôle dans la comédie musicale Yankee Doodle Dandy qui témoigne de sa diversité. Après la comédie Un, deux, trois en 1961, il se retire pour ne revenir qu'une seule fois dans le film Ragtime (1981) dans le rôle du chef de police autoritaire Waldo.

    1) Marlon Brando (1924-2004)

    Ce qui frappe dans l'impressionnante carrière de Marlon Brando, c'est qu'il a également joué dans de nombreux films superflus. L'acteur, qui influencera fortement des acteurs comme James Dean, Robert de Niro, Jack Nicholson, Paul Newman et bien d'autres, a tiré sa méthode de jeu du système Stanislawski. Brando a été l'un des premiers membres de l'Actors Studio fondé par Lee Strasberg et Elia Kazan. Avec Kazan, il réalise le film révolutionnaire Un Tramway nommé désir (1951), dans lequel il incarne le charismatique mais violent Ed Kowalski (nominé pour l'Oscar du meilleur acteur), qu'il avait déjà interprété dans la version de Broadway basée sur le livre éponyme de Tenessee Williams. Au cours des années suivantes, ses rôles dans Viva Zapata ! (1952), Julius Caesar (1953) et On the Waterfront (1954) sont tous nominés pour l'Oscar du meilleur acteur (8 fois dans toute sa carrière), ce dernier lui étant décerné. En 1961, il réalise et joue dans le western excentrique One-Eyed Jack's, après que Stanley Kubrick se soit retiré du projet, avec son ami de toujours Karl Malden. Dans les années 70, il revient avec des performances emblématiques dans Le Parrain (1972), Dernier Tango à Paris (1972) et Apocalypse Now (1976). Après ces films, les apparitions de Brando sont courtes, coûteuses et imprégnées d'autodérision. Son dernier rôle important a été dans Une saison blanche et sèche (1989), dans lequel il incarne un avocat spécialisé dans les droits de l'homme qui se bat contre le système d'apartheid en Afrique du Sud.

     

    « Semaine du film documentaire à la cinémathèque d’Alger : Plongée dans le Patrimoine et l’histoireEcrire un scénario! »
    Partager via Gmail Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :