• Le montage video

     

    Le montage videomontage

     

     

    Continuons avec cette partie dans laquelle vous allez découvrir les bases du montage vidéo. A partir des prises de vues réalisées lors du tournage, c'est ici que le film prend finalement forme ! Voici les différentes parties qui vous attendent :

    • Montage Vidéo : quelles sont les règles de base du montage ? Quelles transitions et titrages appliquer ?
    • Montage sonore : Comment ajouter de la musique à son film ? Où trouver des musiques libre de droits ?
    • Etalonnage et effets spéciaux : Comment appliquer des filtres vidéos pour donner un look plus esthétique à son film ? Comment débuter facilement dans les effets spéciaux ?
    • Pour aller plus loin : Comme toujours une petite liste de références utiles pour approfondir.
    • Montage > Montage Video

      Le decoupage

      Ne pas hésiter à sélectionner les meilleurs morceaux issus de différentes prises (plutôt que de mettre une seule prise en intégralité), mais encore une fois attention aux faux raccords !

      Pour éviter que le spectateur s’ennuie, varier le rythme ! Par exemple, alterner scènes en musique et scène dialoguées.

      Les transitions

      Oubliez les transitions comme celle-ci dans Star Wars

      Oubliez les transitions compliquées que l'ont peut voir notamment dans Star Wars , c’est extrêmement kitsch (à moins que ce ne soit l’effet recherché). Il n’y a que trois types de transitions valables, qui correspondent à trois utilisations bien définies :

      • Transition franche (c’est-à-dire qu’on passe directement d’un plan à l’autre sans réelle transition): utilisée dans 99% des cas.
      • Fondu au noir : généralement utilisé entre deux scènes, il suggère une ellipse temporelle, à la limite spatiale.
      • Fondu enchaîné : On peut l’utiliser dans une scène évoquant une forte intensité émotionnelle, ou pour suggérer le rêve…

      Les Titres et generiques

      Je ne peux ici que vous conseiller la sobriété. Il n’y a rien de plus simple et classe qu’un titre blanc sur fond noir. Pour trouver des polices typographiques sympa, je vous recommande les sites internetDafont et Font Squirrel, tous deux gratuits.

      Sinon, des logiciels comme After Effects proposent parfois (ça dépend des versions) des bibliothèques de titres animés intéressants. D’autre part, les sites Video Copilot ou Ayatowebproposent des tutoriaux pour After Effects pour réaliser des titres et logos animés très impressionnants et professionnels, mais il faudra apprendre à utiliser ce logiciel !

      Evitez les génériques finaux à rallonge. C’est assez exaspérant quand dans un film de 3 minutes, il y a 1 minute de générique… Adaptez donc la longueur de votre générique à celle du film total.

    • Montage > Montage Sonore

      La musique

      De nos jours la plupart des films (notamment hollywoodiens) aiment jouer sur la musique. Bien choisie et habilement insérée, elle peut créer de fortes impressions sur le spectateur. Débutant, on est souvent tenté de simplement ajouter sur une piste notre chanson préférée et de mettre un decrescendo à la fin de la scène. Grave erreur ! La scène sera d’autant plus réussie si la musique joue avec les images, par exemple :

      • Le début de la scène correspond au début de la musique,
      • Les changements de plan s’accordent avec la pulsation,
      • De même, une évolution dans la scène est accompagnée d’une modulation de la musique (principalement valable pour la musique classique),
      • Et surtout : la fin de la scène correspond à la fin de la musique.

      Vous me direz, ma scène ne fera jamais pile poil la longueur de la musique… C’est là où ça devient intéressant. Le montage devient alors un jeu entre montage des images et montage de la musique, voici une suggestion sur comment procéder :

      • On commence par assembler grossièrement les différents clips sans la musique.
      • On insère ensuite la musique. Si celle-ci dure trois minutes et la scène une minute, on prend par exemple les trente premières et dernières secondes de la musique, en s’arrangeant pour que la coupure tombe an début d’une mesure en passe inaperçue.
      • Parfois c’est impossible, on ne pourra obtenir par exemple qu’une musique de 1min10s. Deux solutions s’offrent à nous : soit on accélère la musique (pas trop conseillé si on veut éviter les "voix d’écureuil"), soit on adapte notre montage vidéo pour qu’il dure 1min10s (en ajoutant des plans ou en allongeant ceux qui avaient été coupés). Au passage on peut essayer de faire en sorte que les pulsations de la musique soient en accord avec les coupures de plans (mais là ça devient vraiment très difficile).

      Attention, il est illégal d'utiliser des musiques sous copyright dans vos films (à moins que vous ne le diffusiez à personne d'autre que votre famille). Vous avez donc plusieurs solutions :

      • composer votre musique vous-même ( généralement difficile...).
      • Utiliser des musiques libres de droit (c'est-à-dire dont les artistes ont cédé tous leurs droits, mais ce type de musique coûte très cher) ou dans le domaine public, par exemple pour des artistes morts il y a plus de 70 ans. C'est le cas de la musique classique, cependant les enregistrements que l'ont trouve sont généralement la propriété de l'interprète.
      • Utiliser des musiques sous licence Creative Commons : il s'agit de licences qui vous autorisent à utiliser les musiques dans vos films à condition de ne pas en faire une exploitation commerciale, et de citer les noms des artistes. Les musiques Creative Commons sont en téléchargement gratuit. C'est à mon sens le meilleur choix.

      Le site Vimeo vient de sortir son Music Store : un moteur de recherche très puissant qui permet de filtrer par style, genre, ambiance, des milliers de musiques avec différents licences, en téléchargement gratuit ou payant. Extrêmement utile !

      Le son

      Bruit : si le son est bruité, la technique la plus simple est d’appliquer des filtres de type Passe-haut (supprime les sons graves), passe-bas (supprime les sons aigus) ou passe-bande pour essayer de couper la composante indésirable. Malheureusement, le résultat n’est souvent pas fameux, en général le bruit s’étend sur tout le spectre et ses effets affectent souvent le son qu’on veut garder (par exemple, si on applique un passe-haut pour supprimer un bruit de fond grave, la voix subira souvent un léger effet « radio »…)

      Il existe des plug-ins plus puissants dédiés à la suppression de bruit (par exemple de-noisier dansAdobe Premiere), mais le résultat, certes meilleur, n’est pas non plus parfait.

      Bruitages et effets sonores : Ne pas hésiter à ajouter des bruitages : explosions, coup de feu, bruits d’ambiance, etc. De nombreux sites web permettent d’en télécharger gratuitement, je vous recommande Sound-fishing.net. Attention certains sons sont parfois en mono et de mauvaise qualité.

      Normalisez le son ! Cela signifie faire en sorte que le volume soit le même tout au long du film. Encore une fois des plug-ins peuvent le faire automatiquement, mais je vous conseille de le faire à la main. En pratique, lorsque le montage du film est fini, réglez le volume de votre PC sur une valeur normale, puis visualisez votre film en entier. Adaptez alors le volume de chaque clip pour que tout soit parfaitement audible sans avoir à jouer sur le volume du PC.

       

      Une astuce en ce qui concerne l'habillage sonore : Avant de clôturer le montage, fermez les yeux et écoutez en entier votre film. On a souvent tendance à se focaliser sur les images et on oublie le son, cette astuce va vous permettre de détecter des éventuelles erreurs de montage sonore (un son parasite sur un certain plan, les bruits de fond mal égalisés, etc.) et vous assurer que la piste est bien harmonieuse. Ca peut paraître un peu stupide, mais c'est en fait très utile !

    • Montage > Etalonnage et effets speciaux

      L’etalonnage

      L’étalonnage, c’est le travail sur l’aspect et les couleurs de l’image. Si vous avez déjà regardé un making of, vous avez sans doute été frappé par la différence entre les images brutes au moment du tournage et celles du film final. C’est le travail d’étalonnage, qui améliore la qualité de l’image, la rend visuellement plus esthétique et contribue à créer des ambiances.

      L'étalonnage en action

      Voici donc quelques conseils pratiques pour réaliser un étalonnage sommaire pour nous autres les amateurs. Tout d’abord, évitez le Noir et Blanc du genre « je fais un film en N&B parce que c’est stylé ! », en général ça n’apporte rien, c’est la fausse bonne idée pour rendre son film "stylé". Ce n’est pas non plus inconcevable si c’est un choix réfléchi et qu’on a bien pris le temps de voir ce que ça pouvait apporter au film.

      Etalonnage rudimentaire : commencez par augmenter légèrement la luminosité et le contraste, ceci permet de supprimer le voile grisâtre qui apparait souvent avec un caméscope numérique, et de rendre les couleurs plus vives. Cet effet doit être réglé plan par plan pour « normaliser » l’aspect des plans entre eux (par exemple si un nuage a caché le soleil pendant le deuxième plan, la luminosité sera très différente). On peut ensuite jouer sur les dizaines d’effets et de filtres à disposition dans les logiciels de montage, à vous d’expérimenter,mais évitez cependant les effets trop marqués. Essayez notamment les effets de « teinte » ou « filtre photo » selon le logiciel, ils permettent de modifier légèrement les couleurs et créer une petite ambiance : le jaune réchauffe l’ambiance, le bleu refroidit, le vert pour Matrix, etc. les autres réglages importants sont Niveaux (ou Levels en anglais : permet de s'assurer qu'on utilise bien toute la dynamique des couleurs disponibles) et Courbes (permet d'amplifier des couleurs dans une luminosité donnée).

      Etalonnage Elaboré : pour aller plus loin, il existe de nombreux plug-ins très puissants qui permettent de modifier l’étalonnage (par exemple Magic Bullet Looks). Des centaines de réglages sont possibles, certains simulent même des modèles de caméras célèbres. Les préréglages sont intéressants, mais il faut réussir à bien les doser.

      exemple de ce que peut faire Magic Bullet Looks

      Les effets speciaux

      Vaste sujet que voici, ce n’est évidemment pas l’objet de ce siteweb. Voici cependant une brève introduction. En cinéma, on distingue les effets spéciaux 2D et 3D (bien que ceux-ci soient parfois mêlés…) :

      • 2D : le logiciel de référence est After Effects. Très puissant, on peut avec un peu de temps apprendre à s’en servir tout seul en suivant des tutoriaux. On peut très facilement incruster des images tournées sur fond vert, faire du tracking (exemple : remplacer le contenu d’un panneau ou écran alors que celui-ci bouge), découper et assembler des vidéos (exemple : créer des clones d’une même personne), faire des matte painting (modifier le paysage dans le fond d’une vidéo), réaliser toutes sortes d’animations (exemple : sabre laser…). Il existe aussi des banques de données d’explosions, tirs, fumée, etc. tournés par des professionnels sur fond bleu ou noir. Ce sera beaucoup plus réaliste que les effets synthétisés par After Effects.
      • 3D : là, c’est beaucoup plus ardu, et je ne m’y connais pas vraiment. Mais même sans trop s’y connaitre on peut arriver à faire des trucs : des centaines de sites proposent des modèles 3D très réalistes à télécharger. Il « suffit » ensuite de les animer et de les incruster sur notre vidéo réelle. Il existe des logiciels très puissants qui analysent les images pour extraire les mouvements de la caméra, et ainsi incruster le modèle 3D (un vaisseau spatial par exemple) de manière très réaliste !

       

      A moins que votre objectif avoué soit de faire des effets spéciaux, je ne saurais que trop vous conseiller d’y aller mollo avec les effets spéciaux dans votre film : quand on débute, ils sont généralement assez moche et peu réalistes, les spectateurs sont davantage amusés 

    « Tournage > L'eclairageEncodage »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :