• La suite de Carnaval Fi Dechra ?

    .Monodrame Le dernier candidat 
    La suite de Carnaval Fi Dechra ?

     

     

    Abdellah Saber, c’est, peut-être, le personnage de Makhlouf El Bombardi dans le film Carnaval Fi Dechra qui devient un candidat à l’élection présidentielle.
    En cette chaude période de campagne électorale pour l’élection présidentielle, le titre du monodrame, Akhir El Moutarachihine (Le dernier candidat), interprété par Kamel Bouakkaz, prend une actualité inattendue. Ce monodrame ou «monologue», d’une durée d’une heure, mis en scène par Ahmed Laggoun, sur un texte de Abdelghani Maâzouz, d’après une idée de Kamel Bouakkaz, relate les mésaventures d’Abdellah Saber, un Algérien, de condition modeste et sans instruction, qui décide de se porter candidat à l’élection présidentielle. Il vise un double objectif : changer radicalement sa situation sociale et oublier ses déboires en amour. Son conseiller est son voisin Dda Belaïd surnommé «Mots-Croisés», parce que passionné de ce jeu de lettres. Sur scène, le comédien dans la peau du simple citoyen ou du candidat, déroule différentes situations qui vont peu à peu nous donner une idée des motivations du «dernier candidat». Avec Kamel Bouakkaz, naturellement, l’humour est toujours au rendez-vous. Les personnages vont des simples habitants du quartier au «candidat» se lançant dans un discours populiste, schizophrénique ou passionné, voire «enflammé». 
    Il faut aussi beaucoup de patience à notre cher Saber pour résister aux coups bas de ses adversaires politiques beaucoup plus rompus que lui dans le domaine politique. Adellah Saber a un programme «ambitieux, comme celui d’institutionnaliser le «tqariidj» littéralement «bouteillage» qui vient de «remplir les bouteilles», qui, dans le parler populaire, veut dire épier et espionner les gens. Abdellah Saber, c’est peut-être le personnage de Makhlouf El Bombardi dans le film Carnaval Fi Dechra, candidat à l’élection présidentielle. 
    Présenté dernièrement au Théâtre national algérien Mahieddine-Bachtarzi à Alger, le monodrame ou plutôt la monocomédie Le dernier des candidats est une production de la coopérative Kalam oua Kinaâ (plume et masque). 
    K. B.

    « LOUBIA HAMRA DE NARIMANE MARICharlie Chaplin »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :