• L'incontournable dimension politique dans le cinéma arabe

    L'incontournable dimension politique dans le cinéma arabe

    par Ziad Salah

    Dans une conférence de presse, Bouziane Benachour, le chargé de communication du FOFA a déclaré que cette manifestation essaye de rester en dehors des pesanteurs politiques. Probablement, notre confrère voulait dire que les considérations politiques n'ont pas présidé la sélection des films en compétition. Cependant, les films qui ont été projetés ont, chacun à leur manière, abordé cette dimension, démontrant que l'art, notamment le plus populaire de tous, ne peut pas demeurer en dehors des préoccupations des sociétés dans lesquelles il évolue. C'est justement le cas de «Parfums d'Alger» de Rachid Benhadj, où la préoccupation esthétique n'a pas été sacrifiée sur l'autel de l'engagement politique. Le film revient sur une période charnière de l'Algérie actuelle: la décennie noire. Mieux, le film se permet de bousculer certaines constantes puisqu'il accuse «le moujahid» de traitrise en usant de la symbolique. En effet, le père (rôle assumé par Sidi Ahmed Agoumi) va violer la fille de son compagnon de lutte qu'il a adopté. Et du coup, il va provoquer la dislocation de sa famille puisque sa fille va s'exiler en France et son enfant rejoindra les hordes terroristes. Une lecture des causes de la crise algérienne par Benhadj. On retrouvera ce thème d'éclatement familial mais cette fois ci à cause du terrorisme dans le film algérien «Yemma» de Djamila Sahraoui. Au sein de la même famille, un garçon va rejoindre les terroristes et l'autre s'enrôlera dans l'armée. Mais heureusement que la mère, endeuillée suite au meurtre de son fils par les terroristes et l'autre frère se rangent du côté de l'ordre et renient l'enfant terroriste. 

    Nous retrouverons la dimension politique dans les deux films syriens, les plus attendus de ce festival en raison de l'actualité dans ce pays. «My last friend» de Joud Said, montre la montée en puissance d'une autre génération d'éléments des services secrets sans scrupules. Comparativement à l'ancienne génération, ils sont formés dans des écoles étrangères, notamment russe. C'est cette génération qui va s'illustrer par sa cruauté durant la guerre qui ensanglante ce pays. Quant au film libanais «33 jours» de Jamal Shoorje, il est produit par et pour les besoins de propagande du Hizboallah et de l'Iran coproducteur de cette œuvre. D'ailleurs on attribue les prouesses techniques de ce film à la contribution iranienne. Le film jordanien «When I saw you» de Anne Marie Jacir est lui aussi à mettre sur le compte du cinéma engagé. Ce film revient sur les conditions de vie des Palestiniens dans un camp en Jordanie et sur les conditions difficiles de la naissance de la résistance armée palestinienne dans ce pays. Au-delà, le film montre cette préoccupation de retour au pays natal très ancrée chez les Palestiniens à commencer par les enfants. Même le film marocain «la cinquième corde», le plus plaisant de tous puisqu'il s'attaque visiblement au patrimoine musical dans ce pays peut s'apprêter à une lecture politique. Au-delà du patrimoine musical, c'est la transition vers la modernité qui est traitée dans ce film. Conflictuelle, cette transition est réussie sans grands heurts. Selma Bergach, encore jeune, fait preuve de beaucoup d'optimisme dans son premier film. En tout cas, ce festival, malgré les écueils de l'organisation, a montré un cinéma arabe digne d'intérêt. 
    « Le FOFA AN VII : L'urgence de passer à la vitesse supérieureDECOUPAGE TECHNIQUE »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :