• HOMMAGE À SALIMA LABIDI ET BOUBEKEUR MAKHOUKH

    HOMMAGE À SALIMA LABIDI ET BOUBEKEUR MAKHOUKH

    Un devoir de mémoire s’impose

    Par : Kouceila Tighilt

    Le théâtre régional Kateb-Yacine de Tizi Ouzou a abrité, avant-hier, à l’occasion de la Journée nationale de l’artiste, une modeste cérémonie en hommage à deux figures du cinéma et du théâtre algériens, l’actrice Salima Labidi et le dramaturge Boubekeur Makhoukh dit Bob. Une dizaine de photographies retraçant le riche parcours de ces deux figures a été exposée à l’entrée du TRTO. Après la projection d’un diaporama sur le parcours de ces artistes, des amis de Salima Labidi et de Boubekeur Makhoukh, ainsi que des membres de leurs familles sont montés sur les planches du théâtre pour apporter des témoignages sur la vie sociale et professionnelle des deux artistes. Dans son témoignage, le directeur du Théâtre régional de Béjaïa, Omar Fetmouche, a rappelé la nécessité d’un travail de mémoire envers ces artistes, notamment Boubekeur Makhoukh dont l’œuvre colossale doit être sauvée de l’oubli. “Boubekeur Makhoukh est un artiste au grand talent. Il s’est voué au théâtre pour enfant et il était un très bon musicien. Ses nombreuses œuvres doivent être resituées et sauvegardées, d’où la nécessité de créer un comité qui se chargera de cette mission.” Le dramaturge Tayeb Bouamer a, quant à lui, plaidé pour une fondation qui portera le nom de Makhoukh. Né le 6 mars 1954 au village Tifilkout dans la commune d’Illiltène (wilaya de Tizi Ouzou), Boubekeur Makhoukh a traduit et interprété diverses œuvres dont Les mercenaires de Lâadi Flici, Clando Baza, de Hamid Goudarzi, Le roi des bons, d’Henriette Bichonnier… Il est surtout connu pour ses adaptations comme Ghabou lafkar, Zerdeb et Hafila tassir. Gravement malade, Boubekeur Makhoukh décède le 31 mai 1998 à l’hôpital de Nantes en France et a été  enterré à Annaba le 8 juin 1998. 
    Les acteurs Nassima Ben Miloud, Slimane Boubekeur et Amina Bendjoudi, tous des comédiens qui ont travaillé avec Salima Labidi, notamment dans la série télévisée Axxam n Dda Meziane, se sont succédé sur scène pour témoigner de la vie et du parcours de la défunte et de son dévouement dans le travail. Née 1949, Salima Labidi fera ses premiers pas au théâtre radiophonique à la Radio nationale Chaîne II. Elle jouera dans plusieurs productions dont Ahlil, ahlil et Yak ennighak réalisées par Rachid Harhar, Elmichoir, de Messaoud Al Ayeb. Elle est connue du public pour son rôle dans le feuilleton Axxam n Dda Meziane, de Mahfoud Okkacha. Salima Labidi est décédée le 4 avril 2013, à l’âge de 64 ans, des suites d’une longue maladie. L’hommage a été clôturé par une représentation théâtrale de la pièce La terre et le sang, tirée du roman éponyme de l’écrivain Mouloud Feraoun, traduite en tamazight par Mouhand Aït Ighilt et mise en scène par Omar Fetmouche.

    K. T.

    « Festival d'Alger du cinéma Maghrebin?C?EST EUX LES CHIENS? DE HICHAM LASRI »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :