•  

         LES PREMIÈRES ANNÉES (1895-1906)



    Profitant de leur longueur d´avance sur les appareils concurrents et devant l´enthousiasme du public pour leur invention, les frères Lumière filment sans arrêt. Le catalogue des productions se remplit très rapidement. Ils tournent toutes sortes de films mais principalement des saynètes montrant la vie de tous les jours. Les films sont populaires et durent moins d´une minute mais grâce au talent des deux frères en photographie, le cadrage est soigné et il y a un effort de mise en scène.

    Dès janvier 1896, devant l´incroyable demande, ils décident de former des opérateurs qui, très rapidement, sont chargés de présenter l´appareil dans les capitales du monde entier et de ramener des images de ces pays. Le monde s´ouvre et les images circulent.

    De l´autre côté de l´Atlantique, l´Américain Thomas Edison organise une projection publique à New York le 23 avril 1896 avec son "Vitascope", un appareil similaire au Cinématographe. Ainsi, lorsque le Cinématographe arrive aux Etats-Unis en juin, il n´obtient ni le succès ni la reconnaissanceespérés. Au contraire, Thomas Edison affirme que le Cinématographe n´est qu´une contrefaçon, une simple copie de son Vitascope. Il est prêt à tout pour conserver le monopole d´exploitation du cinéma sur "son" territoire. La police s´en mêle, les appareils français sont confisqués et les opérateurs des Lumière doivent littéralement fuir l´Amérique avant d´être arrêtés.

    En France, trois concurrents apparaissent :

    Georges Méliès, magicien renommé et directeur de théâtre. Devant le refus des frères Lumière de lui vendre le Cinématographe, il crée son propreappareil début 1896 puis sa compagnie, la "Star film". Il réussit à combiner ses talents d´illusionniste aux possibilités du cinéma, parfois même en découvrant certains effets par hasard tel l´effet de superposition (lorsqu´un film reste bloqué dans la pellicule et imprime ou plutôt surimprime deux images différentes). Le résultat est saisissant. Mélies est sans aucun doute le père des premiers effets spéciaux. Pour réaliser ses films, il crée le premier studio du monde à Montreuil. On lui doit également les premières images en couleur (la pellicule est peinte à la main). Son plus grand succès est "Voyage dans la lune" (1902) inspiré du livre "Voyage au centre de la terre" de Jules Verne.



     

    Léon Gaumont, un bourgeois, propriétaire du Comptoir général de la photographie puis de la "Gaumont et compagnie" en 1895. Son entreprise fabrique et distribue des appareils similaires au Cinématographe. Il confie la production de ses films à sa secrétaire, Alice Guy, première femme cinéaste au monde.

    Charles Pathé. C´est un jeune homme issu d´un milieu modeste qui s´est enrichit en vendant le Phonographe d´Edison puis son Kinétoscope. Avec ses frères, il crée la société Pathéfrères. En 1899, il engage Ferdinand Zecca qui s´avère être une source incroyable d´imagination et de créativité avec un sens du spectacle grand public extraordinaire.

    Mais après une première année d´exploitation exceptionnelle, le cinéma traverse sa première crise le 4 mai 1897. Lors d´une vente de charité organisée par la haute société à Paris, le cinématographe prend feu suite à une mauvaise manipulation. Un énorme incendie se répand et c´est la panique. Malheureusement, l´évacuation est difficile car les portes sont étroites. Sur 1200 participants, 121 trouvent la mort dont 110 femmes. Dès lors, le cinéma devient dangereux et la haute société le boude.

    Le cinéma est condamné à rester dans les foires parmi la femme à barbe et le briseur de chaînes. Au mieux, il trouve sa place dans les arrières salles des cafés. C´est une attraction populaire. Son public est composé d´enfants, de femmes, de vieillards, d´ouvriers. Les films sont donc essentiellement des comédies populaires, des histoires grivoises et des films fantastiques de Méliès.

    L´exposition universelle de 1900 à Paris pendant laquelle on inaugure la tour Eiffel, fait une place d´honneur au cinématographe en projetant des films sur un écran de 16 x 21 m mais sitôt la fête finie, le cinéma retourne sur les routes avec les forains.


     

    Et déjà, le public se lasse du manque d´imagination des films. Ils sont "las de voir éternellement les trains entrer en gare, les bébés déjeuner, les ouvriers sortir des usines, les arroseur s´arroser". Le public réclame davantage de fictions. Les frères Lumière décident alors de retourner à leur premier amour, la photographie. Ils arrêtent définitivement la production de films en 1905.

    Il en va de même pour les films de Georges Méliès. Artiste et poète, il produit des oeuvres de grande qualité. Ses films sont surprenants, esthétiquement magnifiques (et parfois en couleur), mais ils sont jugés trop complexes par le public qui peu à peu, préfère le cinéma grand spectacle de Ferdinand Zecca. De plus, Méliès produit peu en comparaison de ses concurrents Pathé et Gaumont. Son style se renouvelle peu et ses oeuvres sont sans arrêt plagiées. Des contrefaçons de ses films sortent avant même qu´il ne puisse vendre les siennes. Son entreprise commence à traverser une crise financière et peu à peu, il se retire du marché. Il meurt dans une grande pauvreté. Son plus grand succès est Voyage dans la lune inspiré du roman de Jules Vernes.

    Restent donc Pathé et Gaumont avec leurs nombreux opérateurs notamment Ferdinand Zecca chez Pathé et Alice Guy chez Gaumont.


    COMPRÉHENSION DE TEXTE
    Répondez aux questions suivantes :

    1. Qu´est-ce qu´un opérateur ? 
    2. Pourquoi le cinématographe doit-il fuir les Etats-Unis ?
    3. De quel milieu social sont issus Léon Gaumont et Charles Pathé ?
    4. Comment Charles Pathé s´est-il enrichi ?
    5. Pourquoi le cinéma est-il considéré comme dangereux ?
    6. L´exposition universelle permet-elle au cinéma d´être mieux considéré ? 
    7. Qui compose le public du cinématographe après l´incident ?
    8. Pourquoi les frères Lumière arrêtent la production de films ?
    9. Pourquoi Méliès a-t-il des problèmes financiers ?



         ESPACE FILMS


    >>>> Cliquez sur le titre du film pour voir l'extrait :
    Film Lumière sur New York 
    Le Voyage dans la lune de Georges Méliès (film complet : 12 minutes) 
    Le Monstre de Méliès, 1903 (2.07mn) 
    Le Diable noir de Méliès, 1905 (3.53mn) 
    Alibaba et les 40 voleurs de Ferdinand Zecca, 1905 (5mn - en anglais) 
    La Fée aux choux d'Alice Guy, 1896 (5mn)


    Autres liens utiles : 
    Georges Méliès 
    Ferdinand Zecca 
    Alice Guy 
    Les archives des industries Pathé et Gaumont 
    Charles Pathé
    Liste des films français sortis dans les années 1910 et avant 

     

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire

  •      L´INDUSTRIALISATION & LE TEMPS DU MUET (1907-1929)



    Les années 1907 et 1908 marquent un tournant important dans l´histoire du cinéma et lui permettent enfin d´ acquérir ses premiers titres de noblesse. Deux évènements majeurs sont à l´origine de ce changement :

    - En 1907, Charles Pathé, alors principal producteur et distributeur de films (il possède les 3/4 du marché français et 1/3 du marché américain) change de stratégie de distribution. Il décide de ne plus vendre ses films mais de les louer. Par cette nouvelle forme de distribution, il oblige rapidement le cinéma à se sédentariser car l´exploitation itinérante devient trop compliquée. Peu à peu, des salles de cinéma s´ouvrent et Charles Pathé dira plus tard : "Les frères Lumière ont inventé le cinéma, moi je l´ai industrialisé".

    - En 1908Sortie du film "L´Assassinat du duc de Guise" réalisé par la société Film d´Art des frères Laffite. L´objectif de cette production est de revaloriser le cinéma et d´atteindre les classes sociales les plus élevées. Tous les éléments ont été réunis pour satisfaire un public exigeant : l´histoire se base sur des faits historiques, les acteurs ont été recrutés à la Comédie Française et la musique a été composée par le célèbre compositeur Saint-Saëns. Le résultat final ressemble plus à une pièce de théâtre filmée qu´à un film mais la haute bourgeoisie s´extasie devant l´oeuvre. Le cinéma touche désormais toutes les classes sociales et sa mise en scène s´oriente vers plus d´académisme.


    L´année suivante, en 1909, Pathé a une autre idée de génie : il crée le "Pathé journal", un programme d´actualités nationales et internationales. Le monde est enfin à portée de mains et les spectateurs apprécient cette précieuse source d´informations en images. Parallèlement, la longueur des films s´allonge et les premiers longs–métrages apparaissent.

    Ainsi, en l´espace de quelques années, on passe d´un cinéma nomade avec un public de forains à un cinéma en salle ciblant un public à la fois populaire et bourgeois.

    S´adaptant à son public, le concept des films change également y compris pour les comédies qui représentent une partie importante des productions de l´époque. Des gags de la tarte à la crème, on passe à un vrai genre, probablement le premier, le burlesqueMax Linder en est le représentant. Il incarne un dandy fêtard à qui il arrive toutes sortes de mésaventuresprincipalement amoureuses. Max Linder est sans nul doute la première starmondiale du cinéma et ses films se regardent dans le monde entier. Les années 1910 marquent le début du "star system" si bien valorisé par le tout jeune Hollywood, ce petit bout de campagne californien.




    En 1912, 85% des films proviennent de France et la société Pathé domine largement le marché mondial. Elle a des agences dans le monde entier (dont 22 aux USA où elle détient 50% des parts de marché). La ville de Vincennes, près de Paris, où Pathé a installé son siège social est la capitale mondiale du cinéma.

    Mais la guerre éclate en 1914 obligeant l´industrie cinématographique à presque totalement s´arrêter faute d´hommes (appelés au front) et de locaux(réquisitionnés).

    À la sortie de la guerre en 1918, après quatre ans de quasi-inactivité, la France a perdu sa place de leader mondial et ne la retrouvera jamais. Elle nepossède désormais que 10% du marché mondial (contre 85% en 1912). Face à la concurrence américaine mais aussi italienne, Pathé et Gaumont réduisent peu à peu leur production. Certains films résistent cependant à la concurrence notamment les films à suspense. Les aventures de certains personnages tiennent en haleine les spectateurs d´une semaine sur l´autre. Les films du cinéaste Louis Feuillade (Gaumont), "Fantomas, l´empereur du crime" (1913), "Les Vampires" (1915) ou "Judex" (1917) ont particulièrement marqué leur époque.

    Et puis, le cinéma a beaucoup évolué à la fin de la guerre, notamment sous l´influence d´Hollywood et du cinéaste de génie, l´Américain David W. Griffith avec ses films "Naissance d´une nation" (1914) ou "Intolérance" (1916). Griffith a donné une autre dimension au cinéma notamment par sa décomposition de l´action et "son sens de l´épique". On commence désormais à parler d´ art.

    Petit à petit, les cinéastes du monde entier commencent à étudier les possibilités qu´offrent la caméra. Le cinéma devient autre chose qu´un simplespectacle. Il peut aussi "exprimer l´âme humaine, ses rêves, ses souvenirs, ses pensées" ...

    Le cinéma des années 20 est extrêmement riche dans l´exploration des possibilités d´expression et d´effets visuels. Les Soviétiques (Eisenstein, Koulechov, Vertov), les Américains (Griffith, Porter, Bitzer), les expressionnistes allemands (Fritz Lang, Murmau, Wiene) apportent tous leur pierre à "l´outil cinéma".

    En France, ces jeunes cinéates novateurs s´appellent Abel Gance (J´Accuse, 1919, La Roue, 1922, Napoléon 1927), Marcel l´herbier (L´Argent, 1928), Jean Epsein (Coeur fidèle, 1923 - La Chute de la maison Usher 1928), Jacques Feyder (L´Atlantide,1921), René Clair ( Entr´acte 1924),Louis Delluc (La Fièvre, 1922), Germaine Dulac (La Fête espagnole, 1919) ou le duo Louis Bunuel-Salvador Dali (Un Chien Andalou, 1928 - L'âge d´or, 1930).

    Dans ce contexte créatif, le cinéma s´impose comme art. L´appellation de "7ème art" (du théoricien Riciotto Canudo) apparaît au milieu des années 20. Les publications commencent à abonder, des revues sont créées, la première histoire du cinéma est publiée.

    Louis Delluc participe très activement à cette valorisation du cinéma. En seulement 5 ans d´activité (il meurt à 33 ans d´une pneumonie), il invente le concept des ciné-clubs, écrit de nombreuses publications sur le cinéma, fonde deux revues ("La revue du ciné-club" puis "Cinéa") et réalise 7 films. Il est considéré être le fondateur de la critique cinématographique. Depuis 1937, un prix "Louis Delluc", sorte de "Goncourt du cinéma",récompense le meilleur film français de l´année.

    À la fin des années 20, le cinéma se veut donc plus intellectuel et plus artistique. Mais, un nouvel élément vient à nouveau changer sa face en 1927. Dans le film américain "Le Chanteur de jazz", l´acteur dit quelques phrases ... Le cinéma parlant est né et une nouvelle ère commence.



    COMPRÉHENSION DE TEXTE
    Répondez aux questions suivantes :

    1. Que décide de faire Charles Pathé en 1907 ? Quelle influence a cette décision sur le cinéma ? 
    2. Pourquoi le film "L´Assassinat du duc de Guise" est-il important ?
    3. Qui est Max Linder ? 
    4. Que change la première guerre mondiale pour le cinéma français ?
    5. Comment le cinéma évolue-t-il à la fin de la guerre ? 
    6. Que recherchent les cinéastes dans les années 20 ?
    7. Qui est Louis Delluc ?
    8. Que se passe-t-il en 1927 ?



         ESPACE FILMS


    >>>> Cliquez sur le titre du film pour voir l'extrait :
    Le Pathé journal, 1932
    Les Vampires de Louis Feuillade, 1915 (13mn) 
    Bout de Zan vole un éléphant de Louis Feuillade, 1913, (7m) 
    Un Chien Andalou de Salvador Dali et Luis Bunuel, 1929 (15mn) 
    Vive la vie de garçon avec Max Linder, 1912 (9mn) 
    Combat de Boxe avec Max Linder, (5mn) 
    Intolérance de David W. Grifftith, 1916 
    Naissance d'une nation de David W. Griffith, 1915
    Napoléon d'Abel Gance, 1927 (film entier - 3h24) 
    Entr'acte de René Clair, 1924 (2mn) 
    Le Chanteur de jazz/The Jazz singer 1929 (4.49mn) 


    Autres liens utiles : 
    Liste des films français sortis dans les années 20 
    Les archives des industries Pathé et Gaumont 
    Louis Delluc 

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire

  •      LES ANNÉES 30



    Le cinéma des années 30 doit faire face à de nombreux challenges :

    - Tout d´abord, survivre dans un contexte économique difficileminé par le chômage, suite au crash boursier de 1929. Les deux plus grandes maisons de production de l´époque, Gaumont et Pathé, font faillite toutes les deux dans le milieu des années 30 ce qui permet à de nombreuses petites sociétés d´apparaître sur le marché. 
    - S´adapter à l´arrivée des films parlants et satisfaire la demande du public. Cela veut dire s´équiper en matériel, investir et faire face aux diversproblèmes de langues si l´on veut continuer à exporter.
    Fonctionner dans un contexte social tendu avec la croissance des thèses antisémites et le développement du nazisme et du fascisme en Europe.

    Malgré ces difficultés, le cinéma des années 30 est particulièrement dynamique et les salles de cinéma sont une merveilleuse source dedivertissement et d´évasion face à cette réalité oppressante.

    Le début des années 30 est riche en comédies légères où l´on caricature la société de l´époque : les bidasses, les légionnaires, les mauvais garçons, les ouvriers, les aristocrates, les banquiers (plus ou moins véreux). La victoire du "front populaire" aux élections de 1936 redonne également espoiraux Français et cela se ressent dans le milieu du cinéma.

    Mais rapidement, l´avenir s´assombrit et les oeuvres deviennent de plus en plus pessimistes. Les films expriment les angoisses de la guerre qui approche. C´est la période du "réalisme poétique", subtil mélange de romantisme et de pessimisme où la fatalité s´impose toujours aux héros.Jean Gabinacteur vedette, incarne la représentation pessimiste de l´homme qui se suicide presque toujours, ne pouvant échapper à la mort. Le film "Quai des brumes" de Marcel Carné sorti en 1939 a d´ailleurs été considéré responsable de la défaite de la France de 1939 par le gouvernement de Vichy à cause de son pessimisme.


    Les plus grands réalisateurs de l´époque se nomment Jean Renoir (La Grande illusion, La Règle du jeu), Marcel Carné (Hôtel du nord, Quai des brumes, Le Jour se lève), Julien Duvivier (Pépé le moko, La Belle équipe). Tous leurs films sont réalisés en studio et les cinéastes privilégient l´esthétisme des films (décors, lumières) et les beaux dialogues. La distribution est également capitale et certaines têtes d´affiches font salle comble.

    Dans ce contexte difficile, trois grands réalisateurs se démarquent par un style moins classique :
    - Jean Vigo, "le Rimbaud du cinéma Français" car il meurt très jeune après avoir seulement réalisé deux chefs d´oeuvres : "Zéro de conduite" et "L´Atalante" 
    - Marcel Pagnol, écrivain marseillais connu pour son humour méridional. Ses oeuvres sentent bon la Provence et le pittoresque de ses petits villages ("Regain", "Angèle", "La Femme du boulanger", la trilogie : "Marius", "Fanny", "César") 
    - Sacha Guitry, homme de théâtre à l´humour cynique, qui adapte ses pièces à l´écran avec grand succès ("Le Roman d´un tricheur", "Ils étaient neuf célibataires").

    En 1939, les pays "libres" décident d´organiser un festival du cinéma pour faire concurrence au festival de Venise critiqué pour son manque d´indépendance par rapport au gouvernement de Mussolini. Son but est d´"encourager le développement de l´art cinématographique sous toutes ses formes et de créer entre les pays producteurs de films un esprit de collaboration". Le festival de Cannes est né mais la guerre éclate début septembre et le premier festival devra attendre 1946.

    Acteurs vedettes : Fernandel, Jean Gabin, Raimu, Michel Simon, Louis Jouvet, Jules Berry
    Actrices vedettes : Gaby Morlay, Arletty, Viviane Romance, Michèle Morgan, Danielle Darrieux, Simone Signoret


            
           


    COMPRÉHENSION DE TEXTE
    Répondez aux questions suivantes :

    1. Quelles sont les difficultés au début des années 30 ?
    2. Pourquoi, malgré les difficultés, le cinéma est-il très dynamique ?
    3. Quelles sortes de films sont populaires ?
    4. Qu´est-ce que le "réalisme poétique" ?
    5. Comment se terminent les films du réalisme poétique ?
    6. Pourquoi le film "Quai des brumes" est-il considéré responsable de la défaite de la France ?
    7. Que privilégient les réalisateurs de l´époque ?
    8. Pourquoi Jean Vigo est-il surnommé "le Rimbaud du cinéma français" ?
    9. Pourquoi les pays libres créent-il le festival de Cannes ?


         ESPACE FILMS


    >>>> Cliquez sur le titre du film pour voir l'extrait :
    La femme du boulanger de Marcel Pagnol, 1938 
    Ils étaient neuf célibataires de Sacha Guitry, 1939 
    La Règle du jeu de Jean Renoir, 1939 : Extrait (début du film, 5 mn) - Bande-annonce (1.34mn en anglais) 
    Pépé le Moko de Jean Duvivier, 1937 (1.55mn) 
    L'Atalante de Jean Vigo, 1934 (3mn) 
    Zéro de conduite de Jean Vigo, 1933 (10mn) 
    Marius de Marcel Pagnol, 1931 : Extrait 1 (la partie de cartes - 8mn - anglais sous-titré) - Extrait 2 (7 mn) 
    Le Million de René Clair, 1931 (10mn) 


    Autres liens utiles : 
    Liste des films français sortis dans les années 30 
    Annuaire des stars (mondiales) de 1930 à 1960

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  •   



         DURANT LA DEUXIÈME GUERRE MONDIALE (1939-1945)



    Malgré ce que l´on pourrait croire, le cinéma français a continué sur sa tendance des années 30 et a été particulièrement dynamique pendant l´occupation allemande. Cela s´explique pour plusieurs raisons :

    - Tout d´abord, parce que "la drôle de guerre" c´est-à-dire l´invasion de la France par les Allemands a été très courte (septembre 1939 - juin 1940).Dès lors, la France a été divisée en deux : au nord, "la zone occupée" par les Allemands et au sud, la "zone libre" dirigée par le gouvernement de Vichy où sont allés se réfugier les cinéastes notamment dans les studios de Marseille.


    - Ensuite, malgré la fuite aux Etats-Unis de certains grands noms du cinéma français tels les réalisateurs Jean Renoir, Julien Duvivier, René Clair, Jacques Feyder, ou les têtes d´affiche comme Jean Gabin, Michèle Morgan ou Dalio, on assiste à une émergence de nouveaux talents tels Henri-Georges Clouzot (Le Corbeau), Robert Bresson (Les Dames du bois de Boulogne) , Jacques Becker (Goupi les mains rouges), Jean Grémillon(Remorques, Lumière d´été), Claude Autant-Lara (Douce)

    - Parce que les films américains ont rapidement été interdits en France

    - Dans ce contexte économique, politique et social difficile, les Français ont plus que jamais besoin de s´évader, de rêver, d´oublier ce qui se passe dehors et le cinéma devient leur distraction préférée.

    - Enfin, le cinéma est aussi un moyen de contrôler les esprits et un outil de propagande redoutable. La censure allemande contrôle les sorties et censure bien sûr toute tendance nationaliste. Certains éléments de résistance transparaissent pourtant. Dans le film "Les Visiteurs du soir" de Marcel Carné, les deux amoureux sont malheureusement transformés en statue de pierre par le diable, mais leur coeur continue de battre.

    Plus de 200 longs-métrages ont été produits pendant cette période ce qui est considérable. Les films font la part belle à l´amour ("La Fille du puisatier" de Marcel Pagnol), au fantastique ("Les Visiteurs du soir" de Marcel Carné) et au suspense ("Le Corbeau" ou "L´Assassin habite au 21" de Henri-Georges Clouzot).

    C´est également pendant cette période de guerre que Marcel Carné produit l´un des chefs-d´oeuvre du cinéma français, considéré par beaucoup comme le plus beau film français : "Les Enfants du paradis".


           
           


    COMPRÉHENSION DE TEXTE
    Répondez aux questions suivantes :

    1. Qu´est-ce que la "drôle de guerre" ?
    2. Pourquoi les cinéastes vont-ils à Marseille ?
    3. Pourquoi la guerre est-elle favorable au cinéma français ?
    4. Pourquoi le cinéma devient-il l´attraction préférée des Français ?
    5. Comment les Allemands utilisent-ils le cinéma ?
    6. Quels genres de films sont produits pendant la guerre ?


         ESPACE FILMS


    >>>> Cliquez sur le titre du film pour voir l'extrait :
    Les Enfants du paradis de Marcel Carné, 1943 : Extrait 1 (2mn) - Extrait 2 (3mn) - Extrait 3 (4mn) - Extrait 4 (4mn) 
    L'assassin habite au 31 de Henri-Georges Clouzot, 1942 
    Les Dames du bois de Boulogne de Robert Bresson, 1945 
    Remorques de Jean Gremillon, 1941 
    Goupi les mains rouges de Jacques Becker, 1943 
    Douce de Claude Autant-Lara, 1943 


    Autres liens utiles : 
    Liste des films français des années 40

     

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  •  

         L'APRÈS-GUERRE (1946-1958)



    Dès la libération, le cinéma de l´après-guerre célèbre évidemment la victoire sur les Allemands et honore ses héros : les résistants. Le film collectif "La Libération de Paris" est réalisé en 10 jours en août 1944. Au premier festival de Cannes en 1946, le prix du jury est attribué à "La Bataille du rail" de René Clément, véritable ode aux résistants français. Mais il est encore trop tôt pour analyser le passé et ses zones d´ombresnotamment la collaboration, sujet toujours délicat de nos jours. Le film de Henri-Georges Clouzot, "Le Corbeau" sorti en 1943 et qui aborde le sujet de la délation est rapidement interdit et son réalisateur est obligé de se faire oublier pendant 2 ans.


         

    Petit à petit, dans cette période de reconstruction, le cinéma reprend ses habitudes et son classicisme qui sera bientôt tant critiqué par La Nouvelle Vague sous le terme de "qualité française". Le film de Marcel Carné "Les Enfants du paradis" sorti dès 1945 est considéré par les professionnels comme l´un des plus beaux films du cinéma français, peut-être même le plus beau. Le savoir-faire des anciens (Carné, Renoir, Duvivier) est évident mais le cinéma vieillit sans vraiment savoir se renouveler. Les règles sont bien établies et il est quasiment impossible d´accéder à la réalisation sans avoir été assistant (on apporte le café et les croissants) pendant de nombreuses années. Le cinéma s´enlise dans la routine... Une deuxième génération de classiques apparaît dont le maître du suspense, Henri-Georges Clouzot (le Hitchcock français) mais aussi Christian Jacque, René Clément, Claude Autant-Lara, Jacques Becker, Jean Delannoy, Jean Cocteau...

    Le cinéma français est d´autant plus fragile que les accords Blum-Byrnes signés en 1946 à Washington imposent aux Français un quota d´importation de films américains en échange de l´effacement de leur dette. Les Français, privés de films américains pendant la guerre, se ruentsur un cinéma Hollywoodien alors à son apogée avec ses stars (Charlton Heston, Marlon Brando, John Wayne, Cary Grant, Liz taylor puis James Dean, Marylin Monroe) et ses maîtres (Alfred Hitchcock, John Ford). Hollywood produit 3 000 films entre 1945 et 1965.

    La France a aussi ses stars. Elles se nomment Gérard Philippe, Jean Marais, Yves Montand, Michel Simon, Fernandel, Lino Ventura chez les hommes, Michèle Morgan, Simone Signoret, Martine Carol côté femmes.


    Malgré la concurrence américaine, certains genres connaissent un grand succès :
    les polars, genre typiquement français, mélange de film policier et de film noir : Quai des orfèvres (47) et Les Diaboliques (55) de Henri-Georges Clouzot ou Touchez pas au grisby (54) de Jacques Becker, Ascenceur pour l´échafaud (58) de Louis Malle 
    les films de cape et d´épée : Fanfan la Tulipe (52), Le Bossu (59), Les Trois mousquetaires (60)
    les comédies Le Petit monde de Don Camillo (52), L´Auberge rouge (51), Les Vacances de Monsieur Hulot (53) et Mon oncle (58) de Jacques Tati 
    le fantastique : la Belle et la bête (46) de Jean Cocteau, La Beauté du diable (50) de René Clair
    l´adaptation d´oeuvres littéraires : La Symphonie pastorale (46), La Chartreuse de Parme (47), Le Plaisir (52), Le Rouge et noir (54), Gervaise (56),Le Diable au corps (47)


    Dans ce contexte, fort en concurrence mais relativement classique, quelques réalisateurs (Alain Resnais, Robert Bresson, Jacques Tati, Jean-Pierre Melville, Louis Malle, Jean Rouch, Chris Marker) se démarquent par leur style moins conformiste, plus personnel et amorcent la transition vers le cinéma dit d´auteur. En 1956, Roger Vadim choque avec son film "Et dieu créa la femme" dans lequel il bouscule les conventions et ose donner une nouvelle image de la femme, celle d´une femme libérée, maître de son destin amoureux. Le film révèle une jeune actrice, une belle inconnue, elle s´appelle Brigitte Bardot.


            
           


    COMPRÉHENSION DE TEXTE
    Répondez aux questions suivantes :

    1. Que célèbre le cinéma à la sortie de la guerre ?
    2. Pourquoi le film "Le Corbeau" est-il interdit ?
    3. Qu´est-ce que la "qualité française" ?
    4. Qu´imposent les accords Blum-Byrnes aux Français ?
    5. Pourquoi les Français se ruent-ils sur les films américains ? 
    6. Quels sont les genres de films populaires à l´époque ?
    7. Comment se démarquent certains réalisateurs ?
    8. Pourquoi le film de Roger Vadim choque-t-il ?


         ESPACE FILMS


    >>>> Cliquez sur le titre du film pour voir l'extrait :
    Les Diaboliques de Henri-Georges Clouzot, 1955 (10mn, début du film) 
    Le Bossu de André Hunebelle, 1959 
    Les Vacances de Monsieur Hulot de Jacques Tati, 1953 
    Mon Oncle de Jacques Tati, 1958 
    Touchez pas au Grisby de Jacques Becker, 1954 
    Le Salaire de la peur de Henri-Georges Clouzot, 1953 
    Jeux Interdits de René Clément, 1952 
    La Belle et la bête de Jean Cocteau, 1946 
    Journal d'un curé de campagne de Robert Bresson, 1951 
    Et Dieu créa la femme de Roger Vadim, 1956 
    Casque d'or de Jacques Becker, 1952 
    L'Auberge rouge de Claude Autant-Lara, 1951 
    La Traversée de Paris de Claude Autant-Lara, 1956 


    Autres liens utiles : 
    Liste des films français des années 50 






    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique