• «Grand silence» : la presse française rend hommage à l'acteur Jean-Louis Trintignant

    «Grand silence» : la presse française rend hommage à l'acteur Jean-Louis Trintignant

    La presse française rendait sobrement hommage, samedi, à Jean-Louis Trintignant, «figure majeure et farouche» du cinéma et du théâtre français qui avait joué dans quelque 120 films avant de s’éteindre, vendredi, à l'âge de 91 ans.
    Cigarette aux lèvres et le regard ailleurs, il apparaît dans un cliché de 1974 en noir et blanc en une de Libération, avec ces mots : «Jean Louis Trintignant, le grand silence», une référence au western spaghetti éponyme de Sergio Corbucci (1968) dans lequel l’acteur incarne un vengeur muet.
    C’est pourtant de sa «voix inimitable», que se souvient Patrice Chabanet pour le Journal de la Haute Marne, «une mélodie à elle toute seule, (qui) trahissait une grande maîtrise dans l'expression : pas d'envolée lyrique, pas un mot de trop», écrit-t-il dans son éditorial célébrant cette «légende française». «Jean-Louis Trintignant : et Dieu créa l'acteur»: pour combler ce silence, France Inter consacre une soirée spéciale de près de deux heures à cette «figure incontournable du cinéma et du théâtre français».
    Au fil de rediffusions d’entretiens souvent émouvants, on pourra l'entendre «longuement, dans la durée, pour le plaisir d’écouter cette voix», suggère Laurent Delmas. En une, le Figaro évoque un «grand homme de cinéma et de théâtre», «sauvage et subtil», un «être hypersensible et frêle (qui) a tourné dans quelque 130 films et connaissait 1 500 poèmes par cœur». Pourtant, note le Monde, «en dépit de sa voix de velours et de sa présence unique, le comédien n’aura réussi son grand rendez-vous avec la scène qu’au soir de sa vie».

    «Part d’ombre»
    «Avec un charisme hors du commun, Jean-Louis Trintignant faisait partie de ces rares comédiens nés pour donner leur génie à un réalisateur ou un metteur en scène. Une personnalité entière qui n’a jamais trahi sa passion avec des rôles médiocres ou pour de l’argent», abonde Jean-Michel Servant dans son éditorial en hommage à «l’éternel élégant» pour le Midi-Libre. Mais c’était «plus qu’un jeu d’acteur impeccable. Il possédait une part d’ombre mystérieuse, impénétrable, incommensurable», lit-on encore dans le Midi-Libre, qui consacre trois pages au Gardois. Les médias ne manquent pas de rappeler le drame personnel de l’acteur, qui avait dit dans un livre d’entretiens publié en 2018 être «mort le 1er août 2003», date du décès de sa fille Marie Trintignant sous les coups de Bertrand Cantat.
    «Après ‘‘Un homme et une femme’’ … Un homme et sa fille», ose sur un ton léger le dessinateur Alex, qui figure des retrouvailles au paradis en une de Libération Champagne.
    «Comble du tragique, cette perte aura aussi donné, durant les vingt dernières années de sa vie, une dimension sublime à ses personnages», note Jean-Michel Servant. Dans son article intitulé «L'amour dans l'âme» pour Libération, Anne Diatkine s'attarde sur cette personnalité «majeure et farouche», «obsédée par l'idée du suicide et marquée par les tragédies intimes» qui «sans tapage et des centaines de fois en soixante ans arrêtait le cinéma, annonçait qu'il ne ferait plus jamais l'acteur».
    «Malheureusement, aujourd'hui, il ne se contredira plus. Plus aucun metteur en scène, plus aucun cinéaste ne fera le voyage vers sa maison près d'Uzès, dans la garrigue où il vivait avec son épouse Marianne Hoepfner, une ancienne pilote de course, pour le persuader de revenir sur un plateau, qu'un personnage a absolument besoin de lui ou que, tout simplement, jouer lui ferait du bien.»

    « Jean-Louis Trintignant dans L’Opium et le BâtonLe Petit Nicolas en animation récompensé au Festival d'Annecy »
    Partager via Gmail Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :