•  
    LECON DE SCENARIO #6
    Les fondamentaux de la dramaturgie
    Par Jean Marie ROTH
    en partenariat avec scenario-mag.com
    site dédié à l’écriture de scénarios


    Le site Scenario-mag.com, qui vous propose cet article, vous fait découvrir ou redécouvrir un film à travers le scénario pour mettre en valeur et promouvoir le travail du scénariste. Ce site propose également une newsletter avec toute l'actualité du scénario et du storyboard.



    L'idée

    Tout film, quel qu'il soit, prend pour base une idée.  Il s'agit du résumé, en une ligne, de l'enjeu principal de l'intrigue.

    Ex : Deux policiers recherchent un psychopathe qui choisit ses victimes en fonction des sept péchés capitaux.

    Il s'agit de l'idée de "Seven". Bien entendu, en donnant juste cette idée à 10 scénaristes différents, vous obtiendrez 10 films totalement différents. C'est pourquoi une idée n'est pas juridiquement protégeable.

    A dire vrai, la formulation exacte de votre idée n'a de raison d'être que pour vous. Elle vous sert de repère constant, tout au long de votre travail.  A chaque instant de l'écriture, vous devez vous demander si ce que vous écrivez correspond bien à votre idée.  Ainsi, moins votre idée sera claire, plus vous risquerez de tomber dans le terrible piège du hors sujet. Et ça, ce n'est pas une bonne idée.



    Le genre

    N'importe quelle idée peut être traitée sous n'importe quel genre. Ainsi, l'idée de "Seven"  Deux policiers recherchent un psychopathe qui choisit ses victimes en fonction des sept péchés capitaux peut tout aussi bien servir de support à un thriller qu'à une comédie loufoque. Rien ne l'empêche. Cependant, en règle générale, il est préférable de ne pas trop jouer avec les genres et d'opter pour le plus évident. Celui qui est induit par l'idée. Finalement, un psychopathe comique… ça fait mauvais genre.


    La théorie

    Tout film, à quelques très rares exceptions près, contient ce que le dramaturge appelle une "théorie". Il s'agit en quelque sorte de la morale de l'histoire… même si celle-ci n'a rien de moral. Demandez-vous, le plus honnêtement du monde, quel est votre message final. Un scénariste ne peut se permettre de rester neutre, il lui faut prendre position, définitivement, face à son idée. Il ne peut se permettre de conclure son film en accordant une place au doute.  On peut dire que si votre message correspond à votre théorie, le film en est la démonstration. Comme pour l'idée, il convient d'être clair face à sa théorie. Comme pour l'idée, elle doit se résumer en une phrase.

    Ex : La naïveté permet de gagner sur les événements de la vie.  Il s'agit de la théorie de Forrest Gump.

     

     

     

     

     

     
    La loi des trois actes

    Toute narration, quelle qu'elle soit, s'élabore de façon ternaire. Un scénario se construit en trois actes principaux. : prémisses - développement - conclusion. Parfois, surtout en matière de télévision, le second acte peut être scindé en trois sous actes, ce qui donne pas pour autant cinq actes.


    Les noeuds dramatiques

    Tout film, toute histoire, contient son lot de Nœuds dramatiques.  Il s'agit des événements essentiels ponctuant l'histoire et permettant à la narration de progresser.

    Ex : Jean découvre que sa femme le trompe - Mylène perd son emploi - Georges est assassiné - Louis tombe amoureux - etc.

    Ils existe deux types de Nœuds : les majeurs et les mineurs.

    " Les Noeuds Majeurs sont des événements fondamentaux arrivant aux personnages principaux.

    " Les Nœuds mineurs sont des événements de moindre importance arrivant aux personnages principaux, ou des événements essentiels survenant aux personnages secondaires.



    Les prémisses

    Vous avez quinze minutes pour convaincre le spectateur et quelques pages pour fasciner le producteur.

    Dans les prémisses vous devez présenter les personnages principaux, leur style de vie habituel et l'élément qui va permettre de lancer l'intrigue.

    Ex : Robert rentre chez lui. Sa femme a disparu.



    Le développement

    C'est en quelque sorte le plat de résistance. Tout ou presque y est montré, l'essentiel y est dit, les éléments vitaux y sont présentés...

    - fond des personnages : leur caractère, leurs caractéristiques, leur moralité, leurs croyances et coutumes... etc...
    - conflits intérieurs et extérieurs des personnages (doutes - cas de conscience - problématiques diverses - antagonismes).
    - personnages secondaires sauf exception, il faut présenter l'intégralité des personnages secondaires avant le dénouement.

    Questions : De multiples interrogations sont soulevées dans le film tout au long de cet acte central. Qui fait quoi ? Pour qui ? Pourquoi ? Comment ? Avec qui ? Où ? A quel moment ? Qui pense quoi ? Qui dit quoi ? Qui cache quoi ?

    Réponses : Si vous attendez les 15 dernières minutes du film - celles réservées au dénouement - pour répondre à toutes les questions posées, il faudra projeter la fin en accéléré. N'hésitez surtout pas à déblayer régulièrement le terrain en répondant à certaines questions.
    La fin de certains personnages

    Une fois encore, vous ne pouvez tout réserver pour la fin. Ainsi, certains personnages trouvent-ils leur conclusion avant le dénouement.


    Le denouement

    Vous avez généralement une quinzaine de minutes pour tout régler sans confusion. Les nœuds dramatiques non encore explicités le sont dans cette dernière partie.  Les questions encore ouvertes y trouvent réponse.  Chaque élément présenté précédemment, sans qu'on ne sache vraiment pourquoi, prend utilité en ces ultimes minutes.  Pourquoi ce film ? Que démontre-t-il ?


    Le personnage

    Le personnage est le moteur du film. C'est par lui que tout arrive. Il est en quelque sorte votre ambassadeur face au public. Sans personnage : pas de film ! D'où l'importance primordiale de le connaître le plus parfaitement possible. Quel est son style de réaction habituel ? Quel est son mode naturel d'expression physique et linguistique ?, Comment évolue-t-il physiquement ?, Comment exprime-t-il ses émotions ?, Comment résout-il ses principaux problèmes ?, Comment sort-il des principaux nœuds dramatiques ?


    Les trois dimensions du personnage

    > Physique : Homme, femme, âge, grand, gros, petit, laid, beau, cheveux longs, courts, chauve.
    Psychologique : Il s'agit là de déterminer le fond profond (si je puis dire) de votre personnage
    > Sociologique : Un pauvre anciennement riche n'agira pas comme un pauvre anciennement pauvre.


    La crédibilité du personnage

    Le personnage doit être à la fois commun, ce qui le rend identifiant, tout en étant différent, ce qui le rend séduisant. C'est de ce juste mélange que naîtra la crédibilité de votre personnage.


    Les nécessités

    Si le personnage est le moteur du film, la nécessité en est le carburant. Il existe différentes sortes de nécéssités.

    La nécessité directe : Un personnage veut quelque chose. Et c'est tout.

    La nécessités opposées : Le vilain bandit veut échapper au gentil policier (ou le contraire).La quête de l'objet unique.

    Deux amoureux veulent la même fille ; la France et l'Italie veulent la Coupe d'Europe ; Indiana Jones veut l'Arche d'alliance, au même titre que les nazis.

     

     

     

     

     

     
    Les provenances possibles des nécessités

    Elles viennent du film : C'est le cas le plus fréquent.  Les nécessités sont ici conséquentes à des événements survenus au sein même du film. Elles sont la suite directe d'événements précédant le film : Dans Le silence des agneaux, la nécessité de Jodie Foster est de retrouver un dangereux psychopathe. Mais ce besoin existait avant le début du film puisqu'un premier meurtre avait déjà été commis.

    Elles surgissent inopinément du passé : Dans La femme d’a coté, de François Truffaut, deux amants se retrouvent, vingt ans après avoir été séparés et n'avoir pas pu vivre leur passion.


    La gestion des nécessités

    Aussi évident cela puisse paraître, il ne faut jamais hésiter à s'interroger sur les nécessités de son personnage : Que veut-il ?, Pourquoi le veut-il ?, Jusqu'à quel point le veut-il ?

    Après quoi il faudra se demander : Que va-t-il faire pour atteindre son but ? => ACTION, Comment va-t-il le faire ? => MANIERE


    Les qualités essentielles aux nécessités

    Pour que les nécessités présentées aux spectateurs, et imposées aux personnages, fonctionnent de façon efficace, il faut qu'elles soient :

    CREDIBLES - Un peu dans le sens où un riche voulant à tout prix devenir pauvre sera difficile à suivre.

    EVIDENTES - S'il faut utiliser les trois quarts du film à expliquer les motivations profondes du personnage, le spectateur décroche en ayant l'impression d'avoir perdu son temps.

    UNIVERSELLES - Le spectateur doit immédiatement s'identifier au personnage en souffrant avec lui ses difficultés et en se réjouissant de ses victoires...


    L'aspect dramatique et cinématographique de la nécessité

    ACTION (ce qu'il fait) : Imaginons que mon personnage veuille effectuer le casse du siècle.  Je peux très bien le montrer en train d'en parler à ses copains. Je peux, oui... mais c'est nul ! Mon traitement est davantage théâtral que cinématographique.

    Par contre, si je le présente en action, prenant des mesures, chronométrant les trajets, vérifiant les plans, etc... le spectateur saisit mieux l'ampleur de la motivation et n'a plus de doute sur le fait que ce qu'on lui montre est bien un film.

    IMMINENCE (quand il le fait) Si mon personnage peut attendre plusieurs mois avant de mettre son plan en action, l'intérêt ne sera alors que d'ordre technique : comment va-t-il s'y prendre ?

    CARACTERE MORAL (pourquoi il le fait) De la nécessité à l'obstacle

    Face à son désir, à sa nécessité, le personnage doit rencontrer un problème. C'est ce que l'on appelle "dramatiser". Roméo veut épouser Juliette, mais les familles ne sont pas d'accord. Jules a un important rendez-vous de travail mais sa voiture ne démarre pas. Bruce veut bien sauver le monde une nouvelle fois, mais la routine l'épuise.

     

     

     

     

     

     
    Le conflit

    Le conflit est un obstacle de nature humaine. On recense plusieurs types de conflits.

    CONFLIT REACTIONNEL : Les intérêts de votre personnage s'opposent à ceux d'une ou plusieurs personnes de son entourage. Pierre veut se rendre chez Marie, mais Max l'en empêche.

    CONFLIT D'IDEES – EXTERNE : Deux personnages ne sont pas du tout du même avis.
    Jacques prétend que d'avoir couché avec la femme de Bruno est une chose tout à fait normale. Bruno n'est pas d'accord.

    CONFLIT D'INTERET PROPRE : Le jeu en vaut-il la chandelle ? Cette question se pose sans aucune connotation d'ordre moral. Pour mes vacances, plutôt le Brésil ou Melun sud ?

    CONFLIT MORAL : Culpabilisation, problèmes éthiques... Dès lors que votre personnage se pose une question du style "pourrai-je encore me regarder dans une glace après avoir fait ça ?" il se trouve en situation de conflit moral.

    CONFLIT D'IDEES – INTERIEUR : Le doute d'un personnage face à ses convictions. Un prêtre se met à douter de l'existence de Dieu.


    L'action

    L'action suit l'obstacle. Votre personnage rencontre un obstacle, il va donc agir.  En dramaturgie, l'inaction ou le refus d'agir est également considéré comme acte. On distingue deux types d'action : physique et émotionnelle.

    " Un homme court pour gagner une course : il s'agit d'une action physique

    " Un homme court pour rejoindre celle qu'il aime : il s'agit d'une action dite émotionnelle

    " Un homme court pour gagner une course dans le but de séduire celle qu'il aime... il s'agit d'un acte émotionnel.


    Les informations

    Un film n'est rien d'autre qu'une succession d'informations, plus ou moins importantes, de la première à la dernière seconde. Un personnage entre scène : infos sur son physique, sur son déplacement, sur son âge, sur son sexe, etc. Il parle : infos sur ce qu'il a dire, sur la façon dont il le fait, sur son humeur, etc.

    Une voiture entre dans une rue : infos sur les lieux, sur le type de voiture, sur la façon dont elle est conduite, etc. Les informations doivent constamment apporter un plus, et ne jamais être redondantes.


    La redondance informative

    Il faut tout dire et répéter, mais surtout il faut faire en sorte que personne ne s'en aperçoive.Le rôle du scénariste est donc de discerner l'importance des informations, puis d'en extraire les plus essentielles afin de les présenter 3, 10 ou 20 fois au public sous des aspects différents sans que celui-ci ne se doute de rien.


    Les implants

    Informations données en amont, pour en justifier d'autres en aval. Dans Psychose Hitchcock a pris soin de nous présenter Norman Bates en taxidermiste averti. On le voit, entouré d'animaux empaillés, parler de sa passion à une cliente (Janet Leigh).
    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

     
    LECON DE SCENARIO #7
    Aimez-vous votre film ?
    Par Jean Marie ROTH



    Septième étape de l’approche du scénario par Jean-Marie Roth auteur du livreL'écriture de scénarios aux éditions Chiron


    Mais qu'il est bête ce type ! Évidemment que je l'aime mon film ! Depuis le temps que j'y bosse ! Non mais ! …. En êtes-vous si sûr ?

    Dans une leçon précédente, j'avais abordé le sujet de l'auteur face à son œuvre.  J'y posais – mais très délicatement, comme sur un coussin – cinq ou six questions de base servant à se positionner quelque peu face à son récit.  Le succès de ce cours fut tel que, sous les ovations d'auteurs en délire, je conçus sous la pression de la foule de pousser plus loin l'analyse.

    Plus sérieusement, fort de certaines questions que je me pose régulièrement en analysant tel ou tel scénario, ou en travaillant avec tel ou tel auteur, l'idée m'est venue de formaliser cette "grille d'écoute" de façon plus factuelle, afin de savoir, concrètement, si l'auteur, au bout du compte, aimait son film.

    - Mais qu'il est bête ce type…
    - S'il vous plaît…

    S'ensuit un long questionnaire. Long mais souvent révélateur.

    De plus, pour vous aider à aborder chaque question, j'ai ajouté à la suite dudit questionnaire un exemple concret. 

    Il y est autant question de l'auteur face à son projet que du projet en lui-même, ainsi que des personnages servant le projet et du "regard extérieur anticipé" face au projet. Tout un projet, non ?

    Pour l'avoir expérimenté en cours, je sais qu'il permet souvent à l'auteur d'avoir une vision plus précise de son projet et de se poser "les bonnes questions" quant à ses intentions. Ainsi, il est advenu que des stagiaires prennent conscience du fait que leur thème ne correspondait pas à leur projet. Qu'ils se trompaient d'histoire ou de genre. Et que leur blocage ou leur insatisfaction provenait de là.

    Toujours par expérience, je sais qu'il est très fréquent qu'un auteur se positionne mal face à son scénario et que cela mène invariablement à l'échec et au découragement.

    Comme il n'y a rien de pire pour un auteur que de se tromper lui-même, je vous soumets donc ici mon questionnaire. 

    À consommer sans modération avant, durant, et même après écriture de votre scénario… ne serait que pour consolider votre enthousiasme avant de rencontrer un producteur. 
    Avant qu'il ne soit trop tard pour vous rendre compte que, peut-être, vous n'aimez pas…

    - Mais qu'il est…
    - Lisez plutôt !

     

     

     

     

     

     

    4 - A qui s'adresse mon scénario ?

    Tintin peut se targuer de passionner les 7 à 77 ans, bien que cela puisse paraître réducteur lorsque l'on sait que d'ici une quarantaine d'années, avec les progrès de la science, l'espérance de vie sera de 140 ans.

    Mais vous, aujourd'hui, pour qui écrivez-vous ? 
    Plutôt les femmes ? Plutôt les hommes ? Ou plutôt les deux ? 
    Plutôt les jeunes générations ? Ou plutôt les personnes âgées ? 
    Plutôt les classes moyennes ? Ou plutôt les piliers du 16ème ? 
    Plutôt les gens simples ? Plutôt les intellos ? Ou plutôt les intellectuels ?
    Drôles de questions, non ?

    Pourtant, il est très fréquent d'entendre des auteurs répondre - quant à l'une ou l'autre des séquences de leur scénario - qu'ils l'ont écrite pour faire plus jeune, pour plaire aux retraités, pour ne pas froisser la gente masculine, pour ne pas oublier les chômeurs, pour évoquer la banlieue parce que ça fait moderne, pour ne pas se mettre à dos les homosexuels, etc. 
    Quelle aberration !

    Concrètement - sauf cas d'exception - votre souci premier doit être de vous adresser à tout le monde, sans distinction de sexe, de race, de religion, d'âge, de niveau intellectuel ou social. Finalement, votre but est d'écrire une histoire avec son lot d'émotions et il serait absolument prétentieux et erroné de vouloir sérier ou étiqueter les spectateurs.

    Alors, de grâce, ne tombez pas dans le piège monumental qui consiste à vouloir plaire à tout le monde au moins un petit peu. Votre rôle est d'écrire une histoire, pas de faire une étude de marché.
    Croyez-moi, à la question : à qui s'adresse mon scénario, il n'y a qu'une réponse possible : "à ceux qui aimeront le film !"



    5 - Pour qui écris-je mon scénario ?

    Cette question, proche de la précédente dans sa formulation, se situe en fait à l'opposé exact de cette dernière.

    A cet endroit, analysez le pourquoi du comment. L'acte d'écriture est rarement gratuit. Sa pulsion première peut être conséquence de deux phénomènes :
    " J'écris pour évacuer quelque chose qui me tient à cœur.
    " J'écris pour adresser un message à mes proches.

    Souvent, les deux peuvent se confondre.

    Bien entendu, le propos sert de prétexte. Une fois encore, il est clair que vous n'allez pas directement raconter votre vie (comme nous l'avons vus au second point). 
    Donc, il n'est plus tant question ici de vérifier le lien unissant votre récit à votre existence, que de vérifier votre volonté éventuelle d'agir sur votre entourage.

    Certains écrivent simplement pour prouver aux leurs qu'ils en sont capables. Dans ce cas de figure, le message adressé aux proches est celui d'un manque de reconnaissance. Même si l'intrigue, en elle-même, n'y fait aucunement allusion.

    D'autres écrivent pour séduire celle ou celui qu'ils aiment. 
    D'autres encore pour gagner en notoriété.

    Le but ici est donc davantage de s'attacher aux mobiles de l'acte d'écriture, plutôt qu'à ses alibis. 
    Cette question, contrairement aux précédentes, n'a d'importance que le fait de pouvoir l'évacuer en y répondant. Et croyez-moi, il n'y a aucune honte à admettre que l'écriture puisse également posséder une vocation interne, voire stratégique. 

    Enfin, lorsque ces cinq points seront très clairs pour vous, parlez-en à ma charcutière. C'est pour me faire remarquer d'elle que j'écris pour scenario-mag.

     

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  •  

    Un vieux proverbe chinois dit : "quand un homme a faim, mieux vaut lui apprendre à pêcher que de lui donner du poisson : Confucius". Même si c'est un peu technique, ces lignes serviront certainement aux passionnés de la camera en quête d'idées et d'astuces. Je partage volontiers le peu de connaissance en la matière, acquise depuis mes débuts dans le cinéma amateur, dans les années soixante dix. Acette époque, aucun renseignement sur cet art à des centaines de kilomètres à la ronde, la documentation était rare et pas facile à retrouver.

     

    On commence par ce petit exemple de scénario, un fragment d'un film adapté et réalisé par George Régnier d'après une nouvelle d'Emmanuel Roblès : "Le Rossignol de Kabylie".

    Cette nouvelle qui était écrite en partie à la première personne, donnant la parole au personnage principal, un vieux poète kabyle (c'est lui qu'on a surnommé : "Le Rossignol de Kabylie") a amené l'adaptateur à utiliser la forme du "monologue intérieur" ou, dans le jargon du cinéma : de la voix "off" c'est-à-dire que le personnage présent sur l'écran ne s'exprime plus seulement par le dialogue mais nous met aussi dans 1a confidence de sa pensée.

     

    L'action se passe en Algérie, en 1960 c'est-à-dire en pleine guerre. Un jeune lieutenant français Humez, se présente dans la maison du vieil Ahiéddine un poète, dans le village kabyle habité par celui-ci. C'est le point de départ de l'histoire... C'est aussi le moment précis de l'exemple de scenario que vous pouvez suivre sur le tableau et le film ci-dessous.

     

    Le rôle du scénario

    Certains auteurs de films, partisans d'une forme très achevée du découpage, prétendent (qu'un film est déjà fait)) lors- qu'il est mis sur le papier. C'est vouloir exprimer qu'un film est "écrit" avant d'être "réalisé" et que les difficultés qui surviendront ensuite, seront purement matérielles. Ainsi, sont célèbres, pour la précision de leur écriture et leurs détails, les découpages de René Clair, Au contraire une école plus moderne dit " vouloir être inspirée par ce qui se passe devant la caméra, plutôt que de l'inspirer". On tourne d'après un simple cane-vas, comme jadis on jouait la "Commedia dell'Arte" Aux comédiens d'avoir du talent ! On aboutit ainsi au "happening" c'est-à-dire à l'improvisation, tant des acteurs que de la caméra. On est alors évidemment très loin du découpage.

    Quelle technique le cinéaste amateur adoptera-t-il ?

    On serait tenté de lui dire : celle qu'il sent la plus proche de son tempérament.

    Il n'a certes pas besoin de scénario s'il ne fait que rassembler des souvenirs ou enregistrer les images d'un voyage ou celles d'un reportage, mais le scénario lui sera très utile pour tout genre de film plus construit : documentaire ou film romancé. En outre, il y a dans le fait de découper un récit pour le mettre en images, une nécessaire prise de position du cinéaste en face de son sujet. Il se voit obliger de le penser avec des images et non plus seulement avec des mots, de le concrétiser dans son esprit, de s'en donner la représentation à soi-même. Certes, il restera toujours une marge d'imprécision entre cette vue de l'esprit et les éléments concrets qui devront en suite la traduire. C'est dans cette marge d'adaptation, d'improvisation que joueront les qualités propres du réalisateur, mais elles s'exprimeront d'autant mieux que son dessein aura été précisé.

                                                                                                                                               Georges Régnier

     

     

     

    N° de Plan

    Technique

    Action

    commentaires ou dialogue. Effets

     

     

     

    12

    Pl. Rap

     

     

     

    Recul à P. M.

    Le lieutenant Humez entre

    Il s'arrête un instant sur le seuil

     

     

    Pour inclure Ahiéddine dans le cadre

    Humez ôte son béret

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ahiéddine demande le café (en kabyle) à sa femme. Il fait geste pour faire entrer le lieutenant et pousse la porte derrière lui.

    HUMEZ. Ahiéddine Aït Kaci ?

    AHIEDDINE. Oui.

    HUMEZ. Lieutenant Humez…

    Est-ce que je peux entrer ?

    AHIEDDINE. Entre.

     

    AHIEDDINE. (méfiant). Que veux-tu de mois... Je suis vieux je ne sais rien de la guerre.

    HUMEZ. Je ne qu'à pas ici pour la guerre... enfin... pas dans ce moment. Mon régiment est cantonné à Béni-Douala; de suis venu pour te... (iI se reprend) pour vous saluer, Ahiéddine.

     

    AHIEDDINE. Tu me connais donc ?

    HUMEZ. Ahiéddine Ait Kaci. Le Poète, est connu... même des Français. Je sais qu'on vous a surnommé "L e Rossignol de Kabylie".

     

    AHIEDDINE. A thamettouth ! souggahd el qahoual

     

     

     

    13

    Pl. Rap. Pano,

    pour suivre Ahiéddine, Ahiéddine revient vers son hôte, dépose natte enroulée, fait signe à Humez de s'asseoir.

    Il s'assied lui-même en face du lieutenant et l'observe en silence

     

    AHIEDDINE. (voix off). Que me veut-il ?... Il dit qu'il me connaît. Sans doute, veut-il des renseignements... Il va me poser des questions sur les fellagha... mais je ne sais rien et le peu que je sais, je ne le dirai pas. (A voix articulée). Comment peux-tu me connaître ?

     

     

     

    14

     

    14 PI. Rap.

    Le lieutenant dépose son béret à coté de lui

    HUMEZ. J'ai entendu à Alger des disques que vous avez enregistrés… Je connais un peu la langue kabyle – oh, très peu. J'avais commencé de l'étudier, à l'école des langues orientales, mais il y a eu la guerre. Il y a longtemps que j'attendais cette occasion. Je m'avais dit : si je passe un jour dans le D'jbel des Souaïs j'irais saluer Ahiéddine Aït Kaci… lui dire que j'aime sa poésie, même si je ne la comprends pas très bien.

     

    15

    Gros Plan

    Ahiéddine écoute, un peu surpris

    AHIEDDINE. Pourquoi fais tu la guerre si tu aimes la poésie ?

    16

    Gros Plan

    Humez hausse les épaules.

     

    Retire son chèche en le faisant glisser de son cou.

    On entend la porte s'ouvrir.

    HUMEZ. Pourquoi fait on la guerre ?… Je ne la fais pas volontiers. J'aime ce pays, je l'aimais déjà avant de le connaître… Je ne pensais pas venir ici avec des armes.

    17

    Pl. Rap. Recul à Pl. Moyen

    La femme entre, pose devant Ahiéddine le plateau avec la cafetière et les deux petites tasses.

    (On resserre le cadre.) Ahiéddine verse le café.

    HUMEZ. A Paris j'avais des amis Algériens. Je voulais écrire une thèse sur la poésie berbère… J'aurais voulu venir ici en ami… J'ai cru que même dans la guerre, il pouvait encore y avoir place pour la compréhension, pour l'amitié…Maintenant que je suis ici, je ne vois plus que la haine… la haine et la peur.

     

    18

    Pl. Rap. (avec amorce)

    Ahiéddine a rempli les tasses. Il en tend une au lieutenant. Il boit lui-même une ou deux gorgées en observant l'officier.

    AHIEDDINE. (Voix off). Peut être ce qu'il dit est vrai… Il a l'air sincère; il ne pose pas de questions.

    19

    Pl. Rap.

    Le lieutenant boit aussi une gorgée, puis reprend :

    Il vide la tasse de café.

     

    HUMEZ. J'aurais voulu me promener seul dans ces montagnes… recueillir des chants comme ceux que vous composez…

    20

    Gros Plan

    Ahiéddine vide la sienne à petites gorgées.

    AHIEDDINE. (Voix off). Il a de l'amertume dans sa voix… et dans ses yeux…

    De l'amertume et de la tristesse.

    21

    Gros Plan

    Le lieutenant repose la tasse.

    HUMEZ. Ahiéddine, je voudrais vous demander quelque chose…

    22

    Reprendre n° 20

    Ahiéddine pose, lui aussi, la tasse en plissant un peu les yeux.

    AHIEDDINE. (Voix off). Ah, nous y voilà ! Est-ce que je me serais trompé?... (à voix articulée) Oui demande.

     



     
     
     
    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • LA PROTECTION
    http://www.sacd.fr/
    http://www.snac.fr/
    www.scam.fr
    www.sgdl.org
    http://www.copyright.gov/
    Voici la fiche à remplir sur ce site :
    http://www.copyright.gov/forms/formpai.pdf
    http://copyrightfrance.com/phtml/index.php
    http://www.wga.org/


    LES ACTIVITES AUTOUR DU SCENARIO
    http://www.saa-authors.eu/
    http://sequences7.fr/index.php
    http://www.ugs-online.org/
    http://www.1001scenaristes.com/
    http://www.journeesduscenario.com/marche/scenariste.php?lang=fr
    http://www.scenario-mag.com/gazettedesscenaristes/neufpropositions.htm
    http://www.brefmagazine.com/
    http://www.tournagesendirect.com/
    http://www.cinergie.be/
    http://www.lefilmfrancais.com/
    http://www.variety.com/index.asp?layout=reports
    http://www.hollywoodreporter.com/hr/index.jsp
    http://www.latimes.com/entertainment/news/movies/
    http://movies.nytimes.com/pages/movies/index.html
    http://www.abbayedefontevraud.com/

    LES AIDES AU SCENARIO
    http://www.paris.fr/portail/Culture/Portal.lut?page_id=8372
    http://www.beaumarchais.asso.fr/aide_ecriture/index.php?r=aecrit
    http://www.cnc.fr/Site/Template/T6B.aspx?SELECTID=511&id=113&t=1
    http://www.moulinande.fr/ceci.php
    http://www.fondation-hachette.org/
    http://www.adami.fr/portail/affiche_article.php?rubr_id=55
    http://www.fondation-groupama-gan.com/index.php?id=17
    http://www.grec-info.com/sommaire.php3
    http://association.alcime.free.fr/articles.php?lng=fr&pg=55
    http://www.mpaa.org/MPA-EMEA/
    http://www.prix-scenariste.org/
    http://www.mediadesk.com.fr/Sframeset.html
    http://www.nipkow.de/
    http://www.screenstyle.com
    http://www.afilmwriter.com/
    Un bon récapitulatif :
    http://fgimello.free.fr/enseignements/metz/DESS/aides_ecriture_scenario.htm
    http://beaumarchais.asso.fr/aides-a-lecriture/
    http://www.fondation-groupama-gan.com/
    http://www.scam.fr/fr/lespaceculturel/LesboursesdelaScam.aspx


    SCENARIOS EN LIGNE
    http://www.imsdb.com/
    http://www.script-o-rama.com/oldindex.shtml
    http://sfy.ru/scripts.html?range=a
    http://scripts.6nema.com/a.htm
    www.movie-page.com
    www.joblo.com
    http://www.simplyscripts.com/non_english_scripts.html

    ANNUAIRES
    http://www.atoocinema.com/Autour-du-scenario-82-1.html" 
    http://7eme-art.mylinea.com" 
    http://www.objectif-cinema.net/annuaire/index.php3

    Téléchargez gratuitement un logiciel de mise en forme :
    http://membres.lycos.fr/scriptocinetv/

    FESTIVALS
    http://www.scenarioaulongcourt.com/3-votrefestival-1-0.html

    LES ANNONCES 
    http://www.afilmwriter.com/
    http://www.hollywoodlitsales.com/guestbooks/2/board2.shtml
    http://www.newenglandfilm.com/classifieds/screenplays.htm
    http://www.teako170.com/
    http://www.hollywoodlitsales.com/
    http://www.hollywoodlitsales.com/guestbooks/2/board2.html
    http://www.hollywoodlitsales.com/guestbooks/2/board2.shtml
    http://www.inkspot.com/
    http://www.surfview.com/
    http://www.surfview.com/seindlst.htm
    http://www.blindside.net/
    http://www.donedealpro.com/default.aspx
    http://www.moviebytes.com/                
    http://www.scriptologist.com/Store/Classifieds/Wanted/wanted.html
    http://www.newenglandfilm.com/classifieds/screenplays.htm
    http://pblackchurch.proboards.com/index.cgi?board=Scripts
    http://www.online-writing-jobs.com/jobs/freelance-screenwriting-jobs.php
    http://www.storyscribe.com/freelance-screenwriting-jobs.php
    http://www.tvfilmrights.com/
    http://www.sellingyourscreenplay.com/how-to-sell-your-screenplay/getting-your-screenplay-to-producers-and-production-companies/
    http://www.afilmwriter.com/filmproductioncompanies.html


    LES AGENCES
    http://www.agencea.fr/
    http://www.agencesartistiques.com/index/template.cfm?rbrq=agences
    http://www.casting-comedien.net/agents-artistiques_scenaristes.htm
    http://www.agents-artistiques.ca/article.php?id_article=42
    http://www.wlscreenplayagency.com/?gclid=CJCTrKH4iKMCFYWY2AodtA6wbw
    www.jklliterary.com
    http://www.momentumtal.com
    www.marsallyonliteraryagency.com
    http://www.ethanellenberg.com
    http://wordserveliterary.com/
    www.andreabrownlit.com

    POUR LES SCENARISTES
    http://www.screenwritersutopia.com/
    http://www.filmthreat.com/
    http://www.scriptshark.com/
    http://www.screenplayers.net/scriptstar.html

    LOGICIELS GRATUITS
    https://www.celtx.com/index.html
    http://freemind.softonic.fr/
    http://www.openoffice.org/fr/about-downloads.html

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • <header class="postheader" style="margin: -30px -40px 0px; padding: 24px 40px 0px; border: 0px; font-family: inherit; font-size: inherit; font-style: inherit; font-variant: inherit; line-height: inherit; vertical-align: baseline; clear: both; position: relative; text-shadow: rgb(255, 255, 255) 1px 1px 0px; zoom: 1;">

    Comment rédiger un scénario Etude de cas 6

    </header>
    <article class="post-5415 post type-post status-publish format-standard hentry category-apprendre-a-ecrire-un-court-metrage category-apprendre-a-ecrire-un-scenario category-general tag-comment-faire-un-scenario tag-comment-presenter-un-scenario tag-comment-rediger-un-scenario tag-ecrire-une-sequence-de-film tag-ecriture-dun-scenario" id="article" style="margin: 0px 310px 0px 0px; padding: 0px; border: none; font-family: inherit; font-size: inherit; font-style: inherit; font-variant: inherit; line-height: inherit; vertical-align: baseline; text-shadow: rgb(255, 255, 255) 1px 1px 0px; position: relative;">
    <su:badge layout="1" location="http://commentfaireunfilm.com/comment-rediger-un-scenario-partie6/"></su:badge>

     

     
     

    Etude de cas 6

    Comment rédiger un scénario

    etude de cas 6 real

    Comment rédiger un scénario quand les personnages parlent dans une langue étrangère.

    Cette semaine, l’un d’entre vous m’a posé une question en apparence  simple concernant le scénario qu’il écrit en ce moment. Son histoire parle de clandestins. La voici :

    -       Comme les étrangers parlent le russe et qu’ils sont confrontés à des français, Mais les russes parlent russe (logique)! Dans ce cas, à chaque dialogue d’un Russe, dois-je écrire la traduction en français en dessous ?

    -  Ou mettre dans le descriptif que le protagoniste ne parle uniquement que le russe?

    -       Ou mettre en français les dialogues puis la traduction en russe en dessous ou ailleurs ?

    Pourquoi je dis simple en apparence ?

    Car ma réponse a été celle-ci :

     

    Il est préférable de mettre la mention ( en russe ou la langue de ton choix) à côté du prénom ou du nom de ton personnage et le dialogue en dessous en Français.

    Boris (en russe)

    te voila enfin !

    Pour dire vrai cette réponse n’est pas fausse mais sans savoir pourquoi, je me suis demandé, si à l’époque ou je cherchais ce genre de réponse, celle-ci  m’aurait suffit.

    Ça peut vous paraître bizarre mais le but de ce site et de répondre au plus grand nombre d’entre vous. Je veux dire par là que j’essaie de vous répondre comme j’aurais aimé qu’on le fasse pour moi, il y a 15 ans.

    Revenons à ma réponse : Faire parler un ou des personnages dans une langue étrangère peut avoir plusieurs utilités mais sachez que la présentation est toujours la même.

    Exemple :

     

    Séquence 1 : Ext – Rue/Aéroport JFK – Jour

    Deux jeunes filles (Louane et Jeanne) sortent par les portes automatiques. Elles tirent chacune deux énormes valises à roulettes.

    Un homme vient à leur rencontre.

    Homme (en anglais)

    Et salut les filles ! Besoin d’un chauffeur ?

    Louane (en anglais)

    Non merci, mais on attend quelqu’un

    Jeanne

    Tu vas voir qu’il va pas nous lâcher…on sent les touristes à plein nez

     

    Voilà, ça c’est la présentation à utiliser. Pas besoin de connaître le russe, l’anglais ou le chinois pour écrire les dialogues. Il faut donc préciser la langue à côté du nom de votre personnage pour que le lecteur (producteur) sache qu’au moment du tournage ce personnage parlera telle ou telle langue.

    Dans cet exemple, nous faisons comprendre au lecteur que Louane comprend la langue anglaise. Évidement lors de la projection les dialogues en Anglais seront sous-titrés.

     

    ATTENTION : Si votre scénario est destiné au marché américain ou chinois, vous devrez écrire dans la langue du pays ou faire traduire votre scénario.

    Cette réponse est incomplète car cette présentation peut varier en fonction de ce que vous voulez raconter. En effet, parfois pour les besoins de votre histoire, de votre trame ou des éléments que vous voulez donner aux spectateurs, vous pouvez changer la présentation vue au dessus.

    Reprenons l’exemple de Louane et Jeanne.

    Séquence 1 : Ext – Rue/Aéroport JFK – Jour

    Homme

    Hey Girls what’s up ? need a driver ?

    Louane

    Heu… hi….(à Jeanne) j’comprends rien…

    Jeanne

    Tu vas voir qu’il va pas nous lâcher…on sent les touristes à plein nez

     

    Dans cet exemple, le dialogue est en anglais. Même si lors de la projection il sera sous-titré, le fait de l’écrire en anglais informe le lecteur que Louane et Jeanne ne parlent pas cette langue. De ce fait, il n’y a pas besoin de mettre à côté du nom du personnage qui ne parle pas français, la langue dans laquelle il s’exprime car le dialogue en lui même n’est pas le plus important. Ce qui prime, c’est l’information qui précise que Louane et Jeanne ne parlent pas l’anglais. Ce qui peut être pour la suite de l’histoire un obstacle à franchir. En revanche le sous-titre, lors de la projection, donnera une information aux spectateurs que le protagoniste n’aura pas (même si ce que dit l’homme n’a pas d’importance dans l’exemple).

    Parfois, il est possible de mettre le spectateur et le lecteur au même niveau que le héros. Il est vrai que ce procédé est un peu frustrant pour le spectateur (enfin c’est ce que je ressens quand je regarde un film qui utilise ce procédé).

    Imaginons que Louane et Jeanne arrivent à l’aéroport de Moscou (domodedovo).

    Séquence 1 : Ext – Rue/Aéroport Domododovo/Moscou – Jour

    Deux jeunes filles (Louane et Jeanne) sortent par les portes automatiques. Elles tirent chacune deux énormes valises à roulettes.

    Deux hommes regardent les jeunes filles qui s’arrêtent à côté deux.

    Jeanne croise le regard du premier homme, il sourit et se tourne vers son ami.

    Homme 1

    Ona Frantsuzsky (Russe non traduit)

    Homme 2 (Russe non traduit)

    Ochen khoroshiy droog

    Les deux hommes rient. Jeanne soutient le regard.

    Jeanne

    Ils ne peuvent pas parler Français ici ?! Ou anglais ! Ou une langue normale !

    Louane

    Si ça tombe, il parlent du temps….te fais pas de film…et arrête de les regarder, tu vas nous faire tuer !

     

    Ici on fait exprès d’écrire dans la langue du pays (le Russe) sans donner d’information au lecteur de ce que les deux hommes se disent. Lors de la projection aucun sous titre ne sera affiché. Encore une fois, ici ce qui se dit n’est pas le plus important. Cette technique scénaristique permet de mettre un peu de tensionmais surtout permet une identification ou /et une empathie avec les personnages. Elle a aussi pour but de mettre mal à l’aise le spectateur.

    Évidemment ces techniques peuvent être déclinées à l’infinie suivant les situations dont vous avez besoin pour votre histoire.

    Attention néanmoins au fait que votre personnage a besoin d’informations pour avancer. Si vous le faites évoluer dans un pays où il ne maîtrise ni la langue ni les codes, il va devoir se faire aider ou apprendre à les maîtriser…

    C’est d’ailleurs aussi à ça que sert le mentor du voyage du héros par exemple.

    J’essaie toujours d’être le plus clair possible dans mes explications mais si vous avez des questions sur comment rédiger un scénario n’hésitez pas à me laisser un petit message. Vous pouvez retourner au plan du site en cliquant sur le lien pour lire les articles précédents sur la présentation d’un scénario.

    Si vous avez aimé cet article, la meilleure manière de me le dire c’est de cliquer sur le bouton « Like » en haut de l’article.

    A bientôt,

    Thomas J.

    </article>
    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique