• <cufon alt="Pré-prod" class="cufon cufon-canvas" style="margin: 0px; padding: 0px; width: 72px; height: 17px; display: inline-block !important; position: relative !important; vertical-align: middle !important; font-size: 1px !important; line-height: 1px !important;"><cufontext style="margin: 0px; padding: 0px; display: inline-block !important; width: 0px !important; height: 0px !important; overflow: hidden !important; text-indent: -10000in !important;"></cufontext></cufon>

     

    <cufon alt="Comment " class="cufon cufon-canvas" style="margin: 0px; padding: 0px 0px 6px; width: 135px; height: 28px; display: inline-block !important; position: relative !important; vertical-align: middle !important; font-size: 1px !important; line-height: 1px !important;"><canvas height="36" style="margin: 0px; padding: 0px; position: relative !important; width: 169px; height: 36px; top: -7px; left: -5px;" width="169"></canvas><cufontext style="margin: 0px; padding: 0px; display: inline-block !important; width: 0px !important; height: 0px !important; overflow: hidden !important; text-indent: -10000in !important;"></cufontext></cufon><cufon alt="commencer " class="cufon cufon-canvas" style="margin: 0px; padding: 0px 0px 6px; width: 160px; height: 28px; display: inline-block !important; position: relative !important; vertical-align: middle !important; font-size: 1px !important; line-height: 1px !important;"><canvas height="36" style="margin: 0px; padding: 0px; position: relative !important; width: 194px; height: 36px; top: -7px; left: -5px;" width="194"></canvas><cufontext style="margin: 0px; padding: 0px; display: inline-block !important; width: 0px !important; height: 0px !important; overflow: hidden !important; text-indent: -10000in !important;"></cufontext></cufon><cufon alt="un " class="cufon cufon-canvas" style="margin: 0px; padding: 0px 0px 6px; width: 41px; height: 28px; display: inline-block !important; position: relative !important; vertical-align: middle !important; font-size: 1px !important; line-height: 1px !important;"><canvas height="36" style="margin: 0px; padding: 0px; position: relative !important; width: 75px; height: 36px; top: -7px; left: -5px;" width="75"></canvas><cufontext style="margin: 0px; padding: 0px; display: inline-block !important; width: 0px !important; height: 0px !important; overflow: hidden !important; text-indent: -10000in !important;"></cufontext></cufon><cufon alt="scénario" class="cufon cufon-canvas" style="margin: 0px; padding: 0px 0px 6px; width: 114px; height: 28px; display: inline-block !important; position: relative !important; vertical-align: middle !important; font-size: 1px !important; line-height: 1px !important;"><canvas height="36" style="margin: 0px; padding: 0px; position: relative !important; width: 138px; height: 36px; top: -7px; left: -5px;" width="138"></canvas><cufontext style="margin: 0px; padding: 0px; display: inline-block !important; width: 0px !important; height: 0px !important; overflow: hidden !important; text-indent: -10000in !important;"></cufontext></cufon>

    loser-2000-01-g.jpg

    <cufon alt="L'inspiration " class="cufon cufon-canvas" style="margin: 0px; padding: 0px; width: 185px; height: 29px; display: inline-block !important; position: relative !important; vertical-align: middle !important; font-size: 1px !important; line-height: 1px !important;"><canvas height="38" style="margin: 0px; padding: 0px; position: relative !important; width: 220px; height: 38px; top: -7px; left: -5px;" width="220"></canvas><cufontext style="margin: 0px; padding: 0px; display: inline-block !important; width: 0px !important; height: 0px !important; overflow: hidden !important; text-indent: -10000in !important;"></cufontext></cufon><cufon alt="sous " class="cufon cufon-canvas" style="margin: 0px; padding: 0px; width: 71px; height: 29px; display: inline-block !important; position: relative !important; vertical-align: middle !important; font-size: 1px !important; line-height: 1px !important;"><canvas height="38" style="margin: 0px; padding: 0px; position: relative !important; width: 106px; height: 38px; top: -7px; left: -5px;" width="106"></canvas><cufontext style="margin: 0px; padding: 0px; display: inline-block !important; width: 0px !important; height: 0px !important; overflow: hidden !important; text-indent: -10000in !important;"></cufontext></cufon><cufon alt="toutes " class="cufon cufon-canvas" style="margin: 0px; padding: 0px; width: 95px; height: 29px; display: inline-block !important; position: relative !important; vertical-align: middle !important; font-size: 1px !important; line-height: 1px !important;"><canvas height="38" style="margin: 0px; padding: 0px; position: relative !important; width: 131px; height: 38px; top: -7px; left: -5px;" width="131"></canvas><cufontext style="margin: 0px; padding: 0px; display: inline-block !important; width: 0px !important; height: 0px !important; overflow: hidden !important; text-indent: -10000in !important;"></cufontext></cufon><cufon alt="ses " class="cufon cufon-canvas" style="margin: 0px; padding: 0px; width: 51px; height: 29px; display: inline-block !important; position: relative !important; vertical-align: middle !important; font-size: 1px !important; line-height: 1px !important;"><canvas height="38" style="margin: 0px; padding: 0px; position: relative !important; width: 86px; height: 38px; top: -7px; left: -5px;" width="86"></canvas><cufontext style="margin: 0px; padding: 0px; display: inline-block !important; width: 0px !important; height: 0px !important; overflow: hidden !important; text-indent: -10000in !important;"></cufontext></cufon><cufon alt="formes" class="cufon cufon-canvas" style="margin: 0px; padding: 0px; width: 100px; height: 29px; display: inline-block !important; position: relative !important; vertical-align: middle !important; font-size: 1px !important; line-height: 1px !important;"><canvas height="38" style="margin: 0px; padding: 0px; position: relative !important; width: 127px; height: 38px; top: -7px; left: -5px;" width="127"></canvas><cufontext style="margin: 0px; padding: 0px; display: inline-block !important; width: 0px !important; height: 0px !important; overflow: hidden !important; text-indent: -10000in !important;"></cufontext></cufon>

    Eh oui ! Le plus dur est toujours de commencer. Ce propos est encore plus vrai dans le monde (merveilleux) du scénario ! Avant de prendre une décision, les idées trottent dans la tête, en vrac, sans lien entre elles. Le vrai travail débute lorsque l’on met à l'écrit tous ces morceaux d'informations.

    La première source d'inspiration est aussi la plus évidente. On a une idée ! Elle arrive comme ça, sans mode d'emploi, à l'état brut. Elle peut être tout et n'importe quoi à la fois : une séquence, un personnage, un lieu, un début d'intrigue, un milieu, une fin... Cette vision d'un projet, nous l'avons déjà traité au détour de l'article « Commencer par l'idée ! ».

    A ce stade, j'ai un conseil simple et efficace : ayez toujours un petit carnet à portée de main pour pouvoir tout noter !

    Car mettre une idée dans un coin de la tête, c'est comme mélanger les clés de sa voiture avec 150 autres et se dire qu’on la retrouvera facilement ! Je parle en connaissance de cause. Les obligations quotidiennes ont vite fait de balayer cette idée qui traîne. Rien de plus frustrant pour un auteur de savoir qu'il avait une bonne idée, et de ne plus la retrouver...

    Seconde source d’inspiration : le fait divers, le reportage télévisé, le témoignage... On tombe par hasard sur une histoire qui nous intéresse et dans notre imagination germe notre futur scénario.

    A partir de là, et grâce à Internet, on se transforme en enquêteur. On cherche et trouve rapidement toutes les informations nécessaires à notre scénario en herbe.

    Et enfin, il y a une troisième forme d'inspiration. On pourrait la qualifier de « plagiat indirect ».

    Je m'explique. Vous regardez un film qui vous inspire à un tel point que vous avez envie de rédiger un scénario suivant le même modèle.

    Les films demeurent une bonne source d'inspiration. Ils obligent à se renouveler et à prendre du recul sur notre travail en cours. Comme je le dis souvent, en tant qu'auteur, on baigne dans notre histoire. Un film peut nous faire sortir de notre univers afin de découvrir autre chose, créer une nouvelle histoire.

    Pour ma part, je fonctionne beaucoup comme ça. En effet, si j'apprécie vraiment un film grâce à l'histoire, les personnages, l'ambiance, le genre ou n'importe quel autre élément, j'ai souvent envie de reproduire un peu le même schéma dans mon prochain scénario.

    <cufon alt="Le " class="cufon cufon-canvas" style="margin: 0px; padding: 0px; width: 40px; height: 29px; display: inline-block !important; position: relative !important; vertical-align: middle !important; font-size: 1px !important; line-height: 1px !important;"><canvas height="38" style="margin: 0px; padding: 0px; position: relative !important; width: 76px; height: 38px; top: -7px; left: -5px;" width="76"></canvas><cufontext style="margin: 0px; padding: 0px; display: inline-block !important; width: 0px !important; height: 0px !important; overflow: hidden !important; text-indent: -10000in !important;"></cufontext></cufon><cufon alt="plus " class="cufon cufon-canvas" style="margin: 0px; padding: 0px; width: 66px; height: 29px; display: inline-block !important; position: relative !important; vertical-align: middle !important; font-size: 1px !important; line-height: 1px !important;"><canvas height="38" style="margin: 0px; padding: 0px; position: relative !important; width: 102px; height: 38px; top: -7px; left: -5px;" width="102"></canvas><cufontext style="margin: 0px; padding: 0px; display: inline-block !important; width: 0px !important; height: 0px !important; overflow: hidden !important; text-indent: -10000in !important;"></cufontext></cufon><cufon alt="dur " class="cufon cufon-canvas" style="margin: 0px; padding: 0px; width: 57px; height: 29px; display: inline-block !important; position: relative !important; vertical-align: middle !important; font-size: 1px !important; line-height: 1px !important;"><canvas height="38" style="margin: 0px; padding: 0px; position: relative !important; width: 92px; height: 38px; top: -7px; left: -5px;" width="92"></canvas><cufontext style="margin: 0px; padding: 0px; display: inline-block !important; width: 0px !important; height: 0px !important; overflow: hidden !important; text-indent: -10000in !important;"></cufontext></cufon><cufon alt="est " class="cufon cufon-canvas" style="margin: 0px; padding: 0px; width: 49px; height: 29px; display: inline-block !important; position: relative !important; vertical-align: middle !important; font-size: 1px !important; line-height: 1px !important;"><canvas height="38" style="margin: 0px; padding: 0px; position: relative !important; width: 84px; height: 38px; top: -7px; left: -5px;" width="84"></canvas><cufontext style="margin: 0px; padding: 0px; display: inline-block !important; width: 0px !important; height: 0px !important; overflow: hidden !important; text-indent: -10000in !important;"></cufontext></cufon><cufon alt="de " class="cufon cufon-canvas" style="margin: 0px; padding: 0px; width: 40px; height: 29px; display: inline-block !important; position: relative !important; vertical-align: middle !important; font-size: 1px !important; line-height: 1px !important;"><canvas height="38" style="margin: 0px; padding: 0px; position: relative !important; width: 75px; height: 38px; top: -7px; left: -5px;" width="75"></canvas><cufontext style="margin: 0px; padding: 0px; display: inline-block !important; width: 0px !important; height: 0px !important; overflow: hidden !important; text-indent: -10000in !important;"></cufontext></cufon><cufon alt="commencer" class="cufon cufon-canvas" style="margin: 0px; padding: 0px; width: 163px; height: 29px; display: inline-block !important; position: relative !important; vertical-align: middle !important; font-size: 1px !important; line-height: 1px !important;"><canvas height="38" style="margin: 0px; padding: 0px; position: relative !important; width: 190px; height: 38px; top: -7px; left: -5px;" width="190"></canvas><cufontext style="margin: 0px; padding: 0px; display: inline-block !important; width: 0px !important; height: 0px !important; overflow: hidden !important; text-indent: -10000in !important;"></cufontext></cufon>

    Donc, on a son idée... mais ce n’est pas encore le moment de s'installer devant son clavier et commencer à écrire... Plusieurs écoles s’affrontent.

    Il y a ceux qui écrivent directement un début de scénario, un enchevêtrement de séquences sans rapport ni lien. Le but de l'opération est de mettre à l'écrit ses idées de façon brute. Certains, pris d'une « transe » créative peuvent aligner de nombreuses pages avant de s'arrêter.

    A partir de ce début de continuité, on élabore un plan en tentant d'y inclure les différentes séquences tout en prenant le temps de s'attarder sur la création des personnages. A cette méthode, il y a un inconvénient. En effet, on relie des séquences existantes par un plan élaboré après coup alors que, normalement, on fait le contraire. Toutefois, comme je le répète, les règles ne sont pas gravées dans le marbre.

    Une autre méthode consiste à écrire toutes les idées sur des post-it ou des fiches bristol. Il s’agit ici d’une phase de récolte. On se fixe ou non un délai de réflexion plus ou moins important. Chaque fois qu'on a une idée de séquence, de personnage, d'intrigue... on la note. On en accumule le plus possible.

    <cufon alt="Deux " class="cufon cufon-canvas" style="margin: 0px; padding: 0px; width: 62px; height: 29px; display: inline-block !important; position: relative !important; vertical-align: middle !important; font-size: 1px !important; line-height: 1px !important;"><canvas height="33" style="margin: 0px; padding: 0px; position: relative !important; width: 78px; height: 33px; top: -4px; left: -2px;" width="78"></canvas><cufontext style="margin: 0px; padding: 0px; display: inline-block !important; width: 0px !important; height: 0px !important; overflow: hidden !important; text-indent: -10000in !important;"></cufontext></cufon><cufon alt="possibilités " class="cufon cufon-canvas" style="margin: 0px; padding: 0px; width: 121px; height: 29px; display: inline-block !important; position: relative !important; vertical-align: middle !important; font-size: 1px !important; line-height: 1px !important;"><canvas height="33" style="margin: 0px; padding: 0px; position: relative !important; width: 137px; height: 33px; top: -4px; left: -2px;" width="137"></canvas><cufontext style="margin: 0px; padding: 0px; display: inline-block !important; width: 0px !important; height: 0px !important; overflow: hidden !important; text-indent: -10000in !important;"></cufontext></cufon><cufon alt="pour " class="cufon cufon-canvas" style="margin: 0px; padding: 0px; width: 59px; height: 29px; display: inline-block !important; position: relative !important; vertical-align: middle !important; font-size: 1px !important; line-height: 1px !important;"><canvas height="33" style="margin: 0px; padding: 0px; position: relative !important; width: 75px; height: 33px; top: -4px; left: -2px;" width="75"></canvas><cufontext style="margin: 0px; padding: 0px; display: inline-block !important; width: 0px !important; height: 0px !important; overflow: hidden !important; text-indent: -10000in !important;"></cufontext></cufon><cufon alt="la " class="cufon cufon-canvas" style="margin: 0px; padding: 0px; width: 26px; height: 29px; display: inline-block !important; position: relative !important; vertical-align: middle !important; font-size: 1px !important; line-height: 1px !important;"><canvas height="33" style="margin: 0px; padding: 0px; position: relative !important; width: 43px; height: 33px; top: -4px; left: -2px;" width="43"></canvas><cufontext style="margin: 0px; padding: 0px; display: inline-block !important; width: 0px !important; height: 0px !important; overflow: hidden !important; text-indent: -10000in !important;"></cufontext></cufon><cufon alt="suite" class="cufon cufon-canvas" style="margin: 0px; padding: 0px; width: 49px; height: 29px; display: inline-block !important; position: relative !important; vertical-align: middle !important; font-size: 1px !important; line-height: 1px !important;"><canvas height="33" style="margin: 0px; padding: 0px; position: relative !important; width: 64px; height: 33px; top: -4px; left: -2px;" width="64"></canvas><cufontext style="margin: 0px; padding: 0px; display: inline-block !important; width: 0px !important; height: 0px !important; overflow: hidden !important; text-indent: -10000in !important;"></cufontext></cufon>

    Au terme du délai qu'on s'est donné ou pas, on estime avoir assez d'informations pour élaborer un plan. A partir de là, on trie et met dans l'ordre l’accumulation d'idées. Petit à petit, à force de placer et de déplacer, on esquisse un plan. On relie les futures séquences entre elles, et on comble les trous par d'autres idées...

    L'autre possibilité, celle que je conseille d'ailleurs, est de procéder d’entrée au triage des notes. Par exemple, on peut classer les papiers en fonction de catégories : intrigue, personnages, séquences, etc.

    Car il est plus facile de "finaliser petit à petit" que de revenir depuis le début des post-it et se taper le tri de 500 idées...

    <cufon alt="Les " class="cufon cufon-canvas" style="margin: 0px; padding: 0px; width: 55px; height: 29px; display: inline-block !important; position: relative !important; vertical-align: middle !important; font-size: 1px !important; line-height: 1px !important;"><canvas height="38" style="margin: 0px; padding: 0px; position: relative !important; width: 90px; height: 38px; top: -7px; left: -5px;" width="90"></canvas><cufontext style="margin: 0px; padding: 0px; display: inline-block !important; width: 0px !important; height: 0px !important; overflow: hidden !important; text-indent: -10000in !important;"></cufontext></cufon><cufon alt="personnages" class="cufon cufon-canvas" style="margin: 0px; padding: 0px; width: 179px; height: 29px; display: inline-block !important; position: relative !important; vertical-align: middle !important; font-size: 1px !important; line-height: 1px !important;"><canvas height="38" style="margin: 0px; padding: 0px; position: relative !important; width: 206px; height: 38px; top: -7px; left: -5px;" width="206"></canvas><cufontext style="margin: 0px; padding: 0px; display: inline-block !important; width: 0px !important; height: 0px !important; overflow: hidden !important; text-indent: -10000in !important;"></cufontext></cufon>

    Avant d'attaquer le plan, il faut commencer à créer les personnages. Pourquoi j'utilise le terme "commencer" ? Car à ce stade, que ce soit le plan et/ou les personnages, rien n'est définitif. Dans les deux cas, les postulats de départ subissent énormément de modifications.

    Ne riez pas car c’est un fait : les personnages ont droit à plus qu'un post-it ! Prévoir une feuille A4 afin de pouvoir noter toutes les interactions entre le personnage et l'intrigue et toutes les remarques que vous jugerez utiles.

    Concernant les personnages, là encore, deux écoles s’opposent :

    En premier lieu, il y a ceux qui attachent beaucoup d'importance à l'élaboration des personnages. Du héros aux personnages secondaires, ils créent une biographie pouvant aller de la simple date de naissance à quantité de détails sur le passé du personnage : sa personnalité, sa famille, ses amis, ses hobbies, etc. Ces scénaristes s’intéressent aussi de fort près aux interactions entre les personnages, par exemple, leur passé commun. Une somme conséquente de détails qui n'apparaîtront peut-être jamais dans le scénario car superflues ou susceptibles d'être modifiés en fonction du plan.

    En second lieu, il y a ceux qui brodent la personnalité, voire même le passé de leurs personnages, en fonction de l'évolution de l'intrigue. C'est une méthode à double tranchant car elle peut compliquer le plan en fonction du genre d'intrigue. Dans le cas d'une intrigue linéaire, ça passe. Le personnage s'étoffe au même rythme que le plan. Par contre, s'il s'agit d'une intrigue à tiroirs avec, par exemple des flash back ou des histoires racontées via les points de vue de personnages différents... La méthode complique l'élaboration du plan et confronte l'auteur à plus de risques d'erreurs.

    Par contre, s'il s'agit d'une intrigue à tiroir, avec des flash back par exemple, ou des histoires racontées via les points de vue de personnages différents...La méthode complique l'élaboration du plan, et confronte l'auteur à plus de risque d'erreurs...

    Mon conseil : finaliser les personnages avant de débuter le plan. De cette manière, pas de place à l'ambiguïté dans l'orientation de l'intrigue. Imaginez que vous dessiniez votre personnage en fonction du plan. Vous vous apercevrez peut-être qu'un détail ne colle pas dans le passé du personnage... vous êtes tenté de l'adapter au plan. Vous changez donc le passé du personnage incriminé. Le problème, c'est qu'il faut aussi modifier l'interaction avec d'autres personnages. C’est comme un château de cartes qui s'écroule... Alors que si le passé des personnages est figé, on ne peut plus y toucher, on réadapte le plan.

    Une nouvelle fois, plusieurs méthodes existent, à chacun de choisir la sienne !


    Jean Claude

    <cufon alt="Sur " class="cufon cufon-canvas" style="margin: 0px; padding: 0px; width: 37px; height: 19px; display: inline-block !important; position: relative !important; vertical-align: middle !important; font-size: 1px !important; line-height: 1px !important;"><canvas height="25" style="margin: 0px; padding: 0px; position: relative !important; width: 60px; height: 25px; top: -4px; left: -3px;" width="60"></canvas><cufontext style="margin: 0px; padding: 0px; display: inline-block !important; width: 0px !important; height: 0px !important; overflow: hidden !important; text-indent: -10000in !important;"></cufontext></cufon><cufon alt="le " class="cufon cufon-canvas" style="margin: 0px; padding: 0px; width: 21px; height: 19px; display: inline-block !important; position: relative !important; vertical-align: middle !important; font-size: 1px !important; line-height: 1px !important;"><canvas height="25" style="margin: 0px; padding: 0px; position: relative !important; width: 44px; height: 25px; top: -4px; left: -3px;" width="44"></canvas><cufontext style="margin: 0px; padding: 0px; display: inline-block !important; width: 0px !important; height: 0px !important; overflow: hidden !important; text-indent: -10000in !important;"></cufontext></cufon><cufon alt="même " class="cufon cufon-canvas" style="margin: 0px; padding: 0px; width: 59px; height: 19px; display: inline-block !important; position: relative !important; vertical-align: middle !important; font-size: 1px !important; line-height: 1px !important;"><canvas height="25" style="margin: 0px; padding: 0px; position: relative !important; width: 83px; height: 25px; top: -4px; left: -3px;" width="83"></canvas><cufontext style="margin: 0px; padding: 0px; display: inline-block !important; width: 0px !important; height: 0px !important; overflow: hidden !important; text-indent: -10000in !important;"></cufontext></cufon><cufon alt="sujet" class="cufon cufon-canvas" style="margin: 0px; padding: 0px; width: 47px; height: 19px; display: inline-block !important; position: relative !important; vertical-align: middle !important; font-size: 1px !important; line-height: 1px !important;"><canvas height="25" style="margin: 0px; padding: 0px; position: relative !important; width: 65px; height: 25px; top: -4px; left: -3px;" width="65"></canvas><cufontext style="margin: 0px; padding: 0px; display: inline-block !important; width: 0px !important; height: 0px !important; overflow: hidden !important; text-indent: -10000in !important;"></cufontext></cufon>

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • <cufon alt="Comment " class="cufon cufon-canvas" style="margin: 0px; padding: 0px 0px 6px; width: 135px; height: 28px; display: inline-block !important; position: relative !important; vertical-align: middle !important; font-size: 1px !important; line-height: 1px !important;"><cufontext style="margin: 0px; padding: 0px; display: inline-block !important; width: 0px !important; height: 0px !important; overflow: hidden !important; text-indent: -10000in !important;"></cufontext></cufon><cufon alt="commencer " class="cufon cufon-canvas" style="margin: 0px; padding: 0px 0px 6px; width: 160px; height: 28px; display: inline-block !important; position: relative !important; vertical-align: middle !important; font-size: 1px !important; line-height: 1px !important;"><canvas height="36" style="margin: 0px; padding: 0px; position: relative !important; width: 194px; height: 36px; top: -7px; left: -5px;" width="194"></canvas><cufontext style="margin: 0px; padding: 0px; display: inline-block !important; width: 0px !important; height: 0px !important; overflow: hidden !important; text-indent: -10000in !important;"></cufontext></cufon><cufon alt="un " class="cufon cufon-canvas" style="margin: 0px; padding: 0px 0px 6px; width: 41px; height: 28px; display: inline-block !important; position: relative !important; vertical-align: middle !important; font-size: 1px !important; line-height: 1px !important;"><canvas height="36" style="margin: 0px; padding: 0px; position: relative !important; width: 75px; height: 36px; top: -7px; left: -5px;" width="75"></canvas><cufontext style="margin: 0px; padding: 0px; display: inline-block !important; width: 0px !important; height: 0px !important; overflow: hidden !important; text-indent: -10000in !important;"></cufontext></cufon><cufon alt="scénario" class="cufon cufon-canvas" style="margin: 0px; padding: 0px 0px 6px; width: 114px; height: 28px; display: inline-block !important; position: relative !important; vertical-align: middle !important; font-size: 1px !important; line-height: 1px !important;"><canvas height="36" style="margin: 0px; padding: 0px; position: relative !important; width: 138px; height: 36px; top: -7px; left: -5px;" width="138"></canvas><cufontext style="margin: 0px; padding: 0px; display: inline-block !important; width: 0px !important; height: 0px !important; overflow: hidden !important; text-indent: -10000in !important;"></cufontext></cufon>

    loser-2000-01-g.jpg

    <cufon alt="L'inspiration " class="cufon cufon-canvas" style="margin: 0px; padding: 0px; width: 185px; height: 29px; display: inline-block !important; position: relative !important; vertical-align: middle !important; font-size: 1px !important; line-height: 1px !important;"><canvas height="38" style="margin: 0px; padding: 0px; position: relative !important; width: 220px; height: 38px; top: -7px; left: -5px;" width="220"></canvas><cufontext style="margin: 0px; padding: 0px; display: inline-block !important; width: 0px !important; height: 0px !important; overflow: hidden !important; text-indent: -10000in !important;"></cufontext></cufon><cufon alt="sous " class="cufon cufon-canvas" style="margin: 0px; padding: 0px; width: 71px; height: 29px; display: inline-block !important; position: relative !important; vertical-align: middle !important; font-size: 1px !important; line-height: 1px !important;"><canvas height="38" style="margin: 0px; padding: 0px; position: relative !important; width: 106px; height: 38px; top: -7px; left: -5px;" width="106"></canvas><cufontext style="margin: 0px; padding: 0px; display: inline-block !important; width: 0px !important; height: 0px !important; overflow: hidden !important; text-indent: -10000in !important;"></cufontext></cufon><cufon alt="toutes " class="cufon cufon-canvas" style="margin: 0px; padding: 0px; width: 95px; height: 29px; display: inline-block !important; position: relative !important; vertical-align: middle !important; font-size: 1px !important; line-height: 1px !important;"><canvas height="38" style="margin: 0px; padding: 0px; position: relative !important; width: 131px; height: 38px; top: -7px; left: -5px;" width="131"></canvas><cufontext style="margin: 0px; padding: 0px; display: inline-block !important; width: 0px !important; height: 0px !important; overflow: hidden !important; text-indent: -10000in !important;"></cufontext></cufon><cufon alt="ses " class="cufon cufon-canvas" style="margin: 0px; padding: 0px; width: 51px; height: 29px; display: inline-block !important; position: relative !important; vertical-align: middle !important; font-size: 1px !important; line-height: 1px !important;"><canvas height="38" style="margin: 0px; padding: 0px; position: relative !important; width: 86px; height: 38px; top: -7px; left: -5px;" width="86"></canvas><cufontext style="margin: 0px; padding: 0px; display: inline-block !important; width: 0px !important; height: 0px !important; overflow: hidden !important; text-indent: -10000in !important;"></cufontext></cufon><cufon alt="formes" class="cufon cufon-canvas" style="margin: 0px; padding: 0px; width: 100px; height: 29px; display: inline-block !important; position: relative !important; vertical-align: middle !important; font-size: 1px !important; line-height: 1px !important;"><canvas height="38" style="margin: 0px; padding: 0px; position: relative !important; width: 127px; height: 38px; top: -7px; left: -5px;" width="127"></canvas><cufontext style="margin: 0px; padding: 0px; display: inline-block !important; width: 0px !important; height: 0px !important; overflow: hidden !important; text-indent: -10000in !important;"></cufontext></cufon>

    Eh oui ! Le plus dur est toujours de commencer. Ce propos est encore plus vrai dans le monde (merveilleux) du scénario ! Avant de prendre une décision, les idées trottent dans la tête, en vrac, sans lien entre elles. Le vrai travail débute lorsque l’on met à l'écrit tous ces morceaux d'informations.

    La première source d'inspiration est aussi la plus évidente. On a une idée ! Elle arrive comme ça, sans mode d'emploi, à l'état brut. Elle peut être tout et n'importe quoi à la fois : une séquence, un personnage, un lieu, un début d'intrigue, un milieu, une fin... Cette vision d'un projet, nous l'avons déjà traité au détour de l'article « Commencer par l'idée ! ».

    A ce stade, j'ai un conseil simple et efficace : ayez toujours un petit carnet à portée de main pour pouvoir tout noter !

    Car mettre une idée dans un coin de la tête, c'est comme mélanger les clés de sa voiture avec 150 autres et se dire qu’on la retrouvera facilement ! Je parle en connaissance de cause. Les obligations quotidiennes ont vite fait de balayer cette idée qui traîne. Rien de plus frustrant pour un auteur de savoir qu'il avait une bonne idée, et de ne plus la retrouver...

    Seconde source d’inspiration : le fait divers, le reportage télévisé, le témoignage... On tombe par hasard sur une histoire qui nous intéresse et dans notre imagination germe notre futur scénario.

    A partir de là, et grâce à Internet, on se transforme en enquêteur. On cherche et trouve rapidement toutes les informations nécessaires à notre scénario en herbe.

    Et enfin, il y a une troisième forme d'inspiration. On pourrait la qualifier de « plagiat indirect ».

    Je m'explique. Vous regardez un film qui vous inspire à un tel point que vous avez envie de rédiger un scénario suivant le même modèle.

    Les films demeurent une bonne source d'inspiration. Ils obligent à se renouveler et à prendre du recul sur notre travail en cours. Comme je le dis souvent, en tant qu'auteur, on baigne dans notre histoire. Un film peut nous faire sortir de notre univers afin de découvrir autre chose, créer une nouvelle histoire.

    Pour ma part, je fonctionne beaucoup comme ça. En effet, si j'apprécie vraiment un film grâce à l'histoire, les personnages, l'ambiance, le genre ou n'importe quel autre élément, j'ai souvent envie de reproduire un peu le même schéma dans mon prochain scénario.

    <cufon alt="Le " class="cufon cufon-canvas" style="margin: 0px; padding: 0px; width: 40px; height: 29px; display: inline-block !important; position: relative !important; vertical-align: middle !important; font-size: 1px !important; line-height: 1px !important;"><canvas height="38" style="margin: 0px; padding: 0px; position: relative !important; width: 76px; height: 38px; top: -7px; left: -5px;" width="76"></canvas><cufontext style="margin: 0px; padding: 0px; display: inline-block !important; width: 0px !important; height: 0px !important; overflow: hidden !important; text-indent: -10000in !important;"></cufontext></cufon><cufon alt="plus " class="cufon cufon-canvas" style="margin: 0px; padding: 0px; width: 66px; height: 29px; display: inline-block !important; position: relative !important; vertical-align: middle !important; font-size: 1px !important; line-height: 1px !important;"><canvas height="38" style="margin: 0px; padding: 0px; position: relative !important; width: 102px; height: 38px; top: -7px; left: -5px;" width="102"></canvas><cufontext style="margin: 0px; padding: 0px; display: inline-block !important; width: 0px !important; height: 0px !important; overflow: hidden !important; text-indent: -10000in !important;"></cufontext></cufon><cufon alt="dur " class="cufon cufon-canvas" style="margin: 0px; padding: 0px; width: 57px; height: 29px; display: inline-block !important; position: relative !important; vertical-align: middle !important; font-size: 1px !important; line-height: 1px !important;"><canvas height="38" style="margin: 0px; padding: 0px; position: relative !important; width: 92px; height: 38px; top: -7px; left: -5px;" width="92"></canvas><cufontext style="margin: 0px; padding: 0px; display: inline-block !important; width: 0px !important; height: 0px !important; overflow: hidden !important; text-indent: -10000in !important;"></cufontext></cufon><cufon alt="est " class="cufon cufon-canvas" style="margin: 0px; padding: 0px; width: 49px; height: 29px; display: inline-block !important; position: relative !important; vertical-align: middle !important; font-size: 1px !important; line-height: 1px !important;"><canvas height="38" style="margin: 0px; padding: 0px; position: relative !important; width: 84px; height: 38px; top: -7px; left: -5px;" width="84"></canvas><cufontext style="margin: 0px; padding: 0px; display: inline-block !important; width: 0px !important; height: 0px !important; overflow: hidden !important; text-indent: -10000in !important;"></cufontext></cufon><cufon alt="de " class="cufon cufon-canvas" style="margin: 0px; padding: 0px; width: 40px; height: 29px; display: inline-block !important; position: relative !important; vertical-align: middle !important; font-size: 1px !important; line-height: 1px !important;"><canvas height="38" style="margin: 0px; padding: 0px; position: relative !important; width: 75px; height: 38px; top: -7px; left: -5px;" width="75"></canvas><cufontext style="margin: 0px; padding: 0px; display: inline-block !important; width: 0px !important; height: 0px !important; overflow: hidden !important; text-indent: -10000in !important;"></cufontext></cufon><cufon alt="commencer" class="cufon cufon-canvas" style="margin: 0px; padding: 0px; width: 163px; height: 29px; display: inline-block !important; position: relative !important; vertical-align: middle !important; font-size: 1px !important; line-height: 1px !important;"><canvas height="38" style="margin: 0px; padding: 0px; position: relative !important; width: 190px; height: 38px; top: -7px; left: -5px;" width="190"></canvas><cufontext style="margin: 0px; padding: 0px; display: inline-block !important; width: 0px !important; height: 0px !important; overflow: hidden !important; text-indent: -10000in !important;"></cufontext></cufon>

    Donc, on a son idée... mais ce n’est pas encore le moment de s'installer devant son clavier et commencer à écrire... Plusieurs écoles s’affrontent.

    Il y a ceux qui écrivent directement un début de scénario, un enchevêtrement de séquences sans rapport ni lien. Le but de l'opération est de mettre à l'écrit ses idées de façon brute. Certains, pris d'une « transe » créative peuvent aligner de nombreuses pages avant de s'arrêter.

    A partir de ce début de continuité, on élabore un plan en tentant d'y inclure les différentes séquences tout en prenant le temps de s'attarder sur la création des personnages. A cette méthode, il y a un inconvénient. En effet, on relie des séquences existantes par un plan élaboré après coup alors que, normalement, on fait le contraire. Toutefois, comme je le répète, les règles ne sont pas gravées dans le marbre.

    Une autre méthode consiste à écrire toutes les idées sur des post-it ou des fiches bristol. Il s’agit ici d’une phase de récolte. On se fixe ou non un délai de réflexion plus ou moins important. Chaque fois qu'on a une idée de séquence, de personnage, d'intrigue... on la note. On en accumule le plus possible.

    <cufon alt="Deux " class="cufon cufon-canvas" style="margin: 0px; padding: 0px; width: 62px; height: 29px; display: inline-block !important; position: relative !important; vertical-align: middle !important; font-size: 1px !important; line-height: 1px !important;"><canvas height="33" style="margin: 0px; padding: 0px; position: relative !important; width: 78px; height: 33px; top: -4px; left: -2px;" width="78"></canvas><cufontext style="margin: 0px; padding: 0px; display: inline-block !important; width: 0px !important; height: 0px !important; overflow: hidden !important; text-indent: -10000in !important;"></cufontext></cufon><cufon alt="possibilités " class="cufon cufon-canvas" style="margin: 0px; padding: 0px; width: 121px; height: 29px; display: inline-block !important; position: relative !important; vertical-align: middle !important; font-size: 1px !important; line-height: 1px !important;"><canvas height="33" style="margin: 0px; padding: 0px; position: relative !important; width: 137px; height: 33px; top: -4px; left: -2px;" width="137"></canvas><cufontext style="margin: 0px; padding: 0px; display: inline-block !important; width: 0px !important; height: 0px !important; overflow: hidden !important; text-indent: -10000in !important;"></cufontext></cufon><cufon alt="pour " class="cufon cufon-canvas" style="margin: 0px; padding: 0px; width: 59px; height: 29px; display: inline-block !important; position: relative !important; vertical-align: middle !important; font-size: 1px !important; line-height: 1px !important;"><canvas height="33" style="margin: 0px; padding: 0px; position: relative !important; width: 75px; height: 33px; top: -4px; left: -2px;" width="75"></canvas><cufontext style="margin: 0px; padding: 0px; display: inline-block !important; width: 0px !important; height: 0px !important; overflow: hidden !important; text-indent: -10000in !important;"></cufontext></cufon><cufon alt="la " class="cufon cufon-canvas" style="margin: 0px; padding: 0px; width: 26px; height: 29px; display: inline-block !important; position: relative !important; vertical-align: middle !important; font-size: 1px !important; line-height: 1px !important;"><canvas height="33" style="margin: 0px; padding: 0px; position: relative !important; width: 43px; height: 33px; top: -4px; left: -2px;" width="43"></canvas><cufontext style="margin: 0px; padding: 0px; display: inline-block !important; width: 0px !important; height: 0px !important; overflow: hidden !important; text-indent: -10000in !important;"></cufontext></cufon><cufon alt="suite" class="cufon cufon-canvas" style="margin: 0px; padding: 0px; width: 49px; height: 29px; display: inline-block !important; position: relative !important; vertical-align: middle !important; font-size: 1px !important; line-height: 1px !important;"><canvas height="33" style="margin: 0px; padding: 0px; position: relative !important; width: 64px; height: 33px; top: -4px; left: -2px;" width="64"></canvas><cufontext style="margin: 0px; padding: 0px; display: inline-block !important; width: 0px !important; height: 0px !important; overflow: hidden !important; text-indent: -10000in !important;"></cufontext></cufon>

    Au terme du délai qu'on s'est donné ou pas, on estime avoir assez d'informations pour élaborer un plan. A partir de là, on trie et met dans l'ordre l’accumulation d'idées. Petit à petit, à force de placer et de déplacer, on esquisse un plan. On relie les futures séquences entre elles, et on comble les trous par d'autres idées...

    L'autre possibilité, celle que je conseille d'ailleurs, est de procéder d’entrée au triage des notes. Par exemple, on peut classer les papiers en fonction de catégories : intrigue, personnages, séquences, etc.

    Car il est plus facile de "finaliser petit à petit" que de revenir depuis le début des post-it et se taper le tri de 500 idées...

    <cufon alt="Les " class="cufon cufon-canvas" style="margin: 0px; padding: 0px; width: 55px; height: 29px; display: inline-block !important; position: relative !important; vertical-align: middle !important; font-size: 1px !important; line-height: 1px !important;"><canvas height="38" style="margin: 0px; padding: 0px; position: relative !important; width: 90px; height: 38px; top: -7px; left: -5px;" width="90"></canvas><cufontext style="margin: 0px; padding: 0px; display: inline-block !important; width: 0px !important; height: 0px !important; overflow: hidden !important; text-indent: -10000in !important;"></cufontext></cufon><cufon alt="personnages" class="cufon cufon-canvas" style="margin: 0px; padding: 0px; width: 179px; height: 29px; display: inline-block !important; position: relative !important; vertical-align: middle !important; font-size: 1px !important; line-height: 1px !important;"><canvas height="38" style="margin: 0px; padding: 0px; position: relative !important; width: 206px; height: 38px; top: -7px; left: -5px;" width="206"></canvas><cufontext style="margin: 0px; padding: 0px; display: inline-block !important; width: 0px !important; height: 0px !important; overflow: hidden !important; text-indent: -10000in !important;"></cufontext></cufon>

    Avant d'attaquer le plan, il faut commencer à créer les personnages. Pourquoi j'utilise le terme "commencer" ? Car à ce stade, que ce soit le plan et/ou les personnages, rien n'est définitif. Dans les deux cas, les postulats de départ subissent énormément de modifications.

    Ne riez pas car c’est un fait : les personnages ont droit à plus qu'un post-it ! Prévoir une feuille A4 afin de pouvoir noter toutes les interactions entre le personnage et l'intrigue et toutes les remarques que vous jugerez utiles.

    Concernant les personnages, là encore, deux écoles s’opposent :

    En premier lieu, il y a ceux qui attachent beaucoup d'importance à l'élaboration des personnages. Du héros aux personnages secondaires, ils créent une biographie pouvant aller de la simple date de naissance à quantité de détails sur le passé du personnage : sa personnalité, sa famille, ses amis, ses hobbies, etc. Ces scénaristes s’intéressent aussi de fort près aux interactions entre les personnages, par exemple, leur passé commun. Une somme conséquente de détails qui n'apparaîtront peut-être jamais dans le scénario car superflues ou susceptibles d'être modifiés en fonction du plan.

    En second lieu, il y a ceux qui brodent la personnalité, voire même le passé de leurs personnages, en fonction de l'évolution de l'intrigue. C'est une méthode à double tranchant car elle peut compliquer le plan en fonction du genre d'intrigue. Dans le cas d'une intrigue linéaire, ça passe. Le personnage s'étoffe au même rythme que le plan. Par contre, s'il s'agit d'une intrigue à tiroirs avec, par exemple des flash back ou des histoires racontées via les points de vue de personnages différents... La méthode complique l'élaboration du plan et confronte l'auteur à plus de risques d'erreurs.

    Par contre, s'il s'agit d'une intrigue à tiroir, avec des flash back par exemple, ou des histoires racontées via les points de vue de personnages différents...La méthode complique l'élaboration du plan, et confronte l'auteur à plus de risque d'erreurs...

    Mon conseil : finaliser les personnages avant de débuter le plan. De cette manière, pas de place à l'ambiguïté dans l'orientation de l'intrigue. Imaginez que vous dessiniez votre personnage en fonction du plan. Vous vous apercevrez peut-être qu'un détail ne colle pas dans le passé du personnage... vous êtes tenté de l'adapter au plan. Vous changez donc le passé du personnage incriminé. Le problème, c'est qu'il faut aussi modifier l'interaction avec d'autres personnages. C’est comme un château de cartes qui s'écroule... Alors que si le passé des personnages est figé, on ne peut plus y toucher, on réadapte le plan.

    Une nouvelle fois, plusieurs méthodes existent, à chacun de choisir la sienne !

     
    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Écrire c'est réécrire

     

     

    conseils réécriture scénario border=

    20 conseils pour muscler vos écrits : concept de série, scène de long métrage, page de roman, mais aussi essai marketing, communiqué de presse ou... article de blog, quelques idées —des vieux classiques à connaître, d'autres plus personnelles— pour améliorer vos textes.


     

    1. Allez dans la bonne direction.
      • Avant de faire un trajet, il faut toujours savoir dans quelle direction partir et où arriver. En scénario, c'est la même chose, inutile de vous rappeler le rôle prépondérant de la structure. Savoir ce que l'on veut dire est ainsi la clé pour bien le dire (rappelez-vous les mots de Boileau : ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement). Avec le 1-2-3 (commencez votre formation scénario avec cette technique), vous avez ainsi la possibilité de prendre du recul sur votre histoire en vous concentrant sur les trois fonctions dramatiques essentielles de base qui résument une histoire.
    2. Économisez-vous.
      • Imaginez que chaque mot ait un poids, le but à la fin de votre projet est d'être le plus léger et pertinent possible. En relisant, demandez-vous toujours si vous ne pouvez pas faire plus court. En effet, rien de plus repoussoir que des gros pavés de textes indigestes ! Si vous pouvez résumer vos arguments, décrire un personnage, une action plus rapidement, faites-le.
    3. Éliminez les coquilles orthographiques.
      • Faites lire et relire vos écrits, à défaut, utilisez un correcteur orthographique. C'est évident, mais c'est important. Vérifiez ainsi toujours vos textes pour qu'ils comprennent le moins de fautes d'orthographe et de grammaire possible. Si vous voulez être lu et avoir un niveau professionnel, vos textes doivent être nickels !
    4. Relisez toujours à haute voix.
      • Parfois, rien ne vaut l'oralité pour tester la musicalité de vos phrases. Isolez-vous et lisez clairement à haute voix. Vos oreilles vous permettront parfois de mieux repérer les fautes que vos yeux parfois fatigués auront laissées passer.
    5. Utilisez des verbes actifs.
      • Rappelez-vous que vos scénarios doivent mettre en action vos personnages. Forcez-vous ainsi au maximum à vous servir de verbes actifs pour leur donner de l'ampleur et leur éviter une position passive. C'est aussi un bon moyen pour déterminer la tâche (le jackpot du scénariste) : plus vos verbes actifs seront précis, plus vous saurez la déterminer.
    6. Choisissez vos mots avec soin.
      • La peur de la page blanche nous conduit parfois à tourner autour du pot ou à délayer. Au contraire, le scénario est une école de la précision. Cherchez toujours ainsi à être incisif et efficace pour permettre à vos lecteurs de visualiser clairement ce que vous dites (cf. Show don't tell).
    7. Enrichissez la structure de vos phrases.
      • Contrairement au roman, quoique, un scénario n'a pas à être littéraire. Cependant, des répétitions maladroites ou un niveau de langue trop faible peuvent à la longue nuire à la qualité globale de votre oeuvre. Évitez ainsi les « il y a », « c'est », « ce sont » qui peuvent apparaître comme simplistes ou répétitifs.
    8. Donnez des titres.
      • Utiles dans un séquencier ou dans un synopsis (cf. notre méthode pour écrire un synopsis efficace), titrer des séquences permet de mettre en valeur les points essentiels de votre récit. Cela aide les lecteurs à se repérer et à se déplacer dans votre texte rapidement.
    9. Limitez les adverbes (très, trop, et tous ceux qui finissent par ment).
      • Beaucoup d'adjectifs et d'adverbes ne servent à rien. Cela vous permet de remplir sans vraiment ajouter de la saveur à vos descriptions et bien souvent, ils vous servent à embellir des mots trop simples ou trop génériques. Évitez-les au maximum.
    10. Faites des paragraphes ramassés.
      • En général, il faut les limiter à quatre lignes maximum en essayant de varier les tailles de ceux qui s'enchaînent. Dans la plupart des documents, des paragraphes courts seront toujours à votre avantage.
    11. Interpellez votre lecteur.
      • Écrire à la première personne du singulier ou du pluriel permet de générer une empathie immédiate ou de redynamiser un article un peu long. C'est aussi une façon de montrer à vos lecteurs qu'ils sont concernés par ce que vous dites. Trouvez d'autres techniques d'interpellation du lecteur sur notre blog.
    12. Lisez d'autres auteurs.
      • Romans, scénarios, articles, il faut lire ! Outre le plaisir de découvrir un autre univers et de réveiller votre créativité (pour commencer notre cycle dédié,décuplez votre créativité en débranchant votre cerveau droit), cela vous permet aussi de capitaliser sur d'autres expériences. Lire un bon scénario est ainsi une excellente école pour progresser et influencer son propre travail.
    13. Maîtrisez les différents niveaux de langue.
      • Eliminez au maximum les jargons, l'argot, les tournures trop orales, les contractions parlées, etc. (même s'ils sont parfois utiles dans certains dialogues). Par convention, donnez à votre lecteur, le minimum vital. Trouvez des tics verbaux, des tournures spécifiques qui vous serviront à établir votre ton sans tomber dans l'outrance. Laissez aussi au comédien le soin d'interpréter sans alourdir vos dialogues par des indications de jeu superflues.
    14. Faites de vos personnages de vraies personnes.
      • C'est parce que vous aurez incarné vos personnages avec un archétype (pour en voir un exemple, découvrez les huit archétypes comiques) et des valeurs, qu'un lecteur saura à qui il a affaire instinctivement. Ne vous perdez pas dans des descriptions physiques sans fin car la meilleure façon de caractériser un personnage est de le mettre en action. Nous saurons qui il est grâce à ce qu'il fait et comment il réagit face à l'adversité.
    15. Déterminez votre auditoire avec précision.
      • Quand vous parlez, adressez-vous directement à votre cible. Plus elle sera précise (les amateurs de, les lecteurs de, les téléspectateurs de, etc.), plus vous aurez de facilité à identifier ses besoins. Demandez-vous toujours ainsi comment garder vos lecteurs intéressés/captivés. Que cherchent-ils dans vos écrits, quelles informations leur donner et quand, etc.? C'est à vous de structurer en conséquences pour limiter la perte d'attention.
    16. Un sujet, un verbe, un complément.
      • N'ayez pas peur de phrases simples. Certaines tournures alambiquées ou l'utilisation de pronoms relatifs à foison peuvent se retourner contre vous et alourdir votre narration. Aller droit au but est souvent la meilleure façon de communiquer vos idées.
    17. Demandez d'autres avis.
      • Obtenir une seconde opinion sur son travail peut souvent s'avérer extrêmement positif. Non seulement, cela vous permet de prendre du recul sur votre travail (en vous obligeant à faire une pause) mais surtout, cela vous permet de révéler des choses que vous n'aviez pas vues. Utilisez votre entourage personnel (des personnes que vous savez bienveillantes) et professionnel (pour maximiser vos chances d'être lu, découvrez comment envoyer vos scénarios dans les meilleures conditions), ces retours vous aideront à corriger et à donner une nouvelle perspective à vos écrits.
    18. Faites des pauses.
      • Prenez du recul avec votre oeuvre. Une règle de base est de laisser reposer et de se donner toujours un peu de temps avant de réécrire (cf. d'autres conseils sur les meilleures façons de réécrire, et d'améliorer son scénario), d'envoyer un projet ou publier un article. Cela permet aussi de ne pas réécrire dans la foulée sans recul. Après cette pause (au moins d'une journée, le mieux étant de laisser reposer une semaine), vous pourriez être surpris des nouvelles idées qui vous viendront.
    19. Gardez le cap.
      • Qui cherchez-vous à convaincre et avec quel ton ? Quels sont vos arguments les plus forts ? Que voulez-vous démontrer ? Il est ainsi important dans un scénario comme dans un article de resituer vos objectifs à chaque fin d'acte ou de partie importante. Votre lecteur ne doit jamais être perdu et doit toujours savoir à chaque moment où il est, qui fait quoi, et pourquoi.
    20. Soyez curieux.
      • Abonnez-vous à des blogs de scénaristes, lisez les journaux, regardez la télé, allez à la bibliothèque, au musée, au parc, etc. Cela vous aidera à trouver de nouvelles inspirations. Si vous êtes bloqués, découvrez comment démarrer un projet avec notre cycle sur les séquences d'ouverture.
    En espérant que ces petites astuces vous permettront de bien commencer l'année, nous vous souhaitons encore une bonne et heureuse année 2013. Que tous vos projets trouvent leur voie et fassent des petits !
    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • TECHNIQUES DE SCÉNARIO


     
    Mi-décembre a eu lieu au CEEA un séminaire sur la chaîne de décision de la fiction : Qui dit non ou oui (plus souvent non) aux oeuvres de fiction 

    En dépit de la qualité des interventions, quelque chose d'assez déprimant est ressorti de ces deux jours de débat, au delà des politesses d'usage (les "méchants" étant toujours ceux qui ne sont pas là, et TF1 pour le coup en a pris pour son grade, la méthode du bouc émissaire restant la meilleure méthode pour ne pas se remettre en question) :

    Le directeur de la fiction et les chargés de programme le disent, ce n'est pas à la chaîne de lire les envois spontanés. Ils ont des lecteurs extérieurs pour ça, bien que de telles dispositions semblent plus hypocrites qu'autre chose. De toutes façons à les écouter les envois spontanés sont 95 fois sur 100 atroces, mal présentés, stupides, etc. Aux producteurs de faire une sélection, c'est leur boulot.

    Les producteurs ne lisent pas les envois spontanés. Ils ne prennent que les oeuvres de scénaristes qu'ils connaissent un minimum. Ils jouent leur thune, et ne peuvent quand même pas prendre des risques inouïes ! Il faut avoir été présenté, ou mieux passer par un agent artistique : à eux après tout de sélectionner les candidats !

    Les agents ne lisent pas les envois spontanés. Il faut les rencontrer mais ils n'ont pas de temps et ils ne sont qu'une poignée...

    Bref la chaîne de décisions existe, et il ne faut pas la court-circuiter. Mais par quel bout la prendre ? Ce n'est pas une ligne mais un cercle, une boucle fatale où trouver une prise prend plus de temps et d'énergie que l'apprentissage de l'écriture !re
    Je voudrais faire un article sur la façon de rédiger un scénario. Ca n'intéressera que les scénaristes en herbe, mais ces derniers sont peut-être dans la même situation que moi quand ils entendent les "pro" dire "un scénario professionnel ça se voit tout de suite". Comment cela se voit-il ? Comment doit-on rédiger ces foutus trucs en France ? Je vais comparer trois méthodes : la française façon semi-pro, la française façon pro et l'américaine.

    Méthode française semi-pro


    Selon certains ouvrages théoriques, une page doit représenter environ 1 minute du film à venir. De plus, chaque paragraphe symbolise un plan (ce qui est filmé d'une seule traite par la caméra), une "image" de l'oeuvre future. Quelques exemples : "une main se pose sur l'épaule de Jean", "sur le sol se trouve une tache de sang" ou bien encore "dans son oeil se reflète la ville et ses lumières". Le scénariste s'efforce de décrire les actions le plus précisément possible en s'en tenant le plus possible aux faits, sans effets littéraires ou jugements.

    Cette méthode donne la part belle aux description et conduit à un scénario qui est finalement une oeuvre d'auteur-réalisateur et non de simple scénariste. En effet, tout étant découpé en imaginant le film futur, cela laisse beaucoup moins de marge au réalisateur et est donc plus approprié pour un court-métrage ou une oeuvre que vous voulez réaliser. Exemple (simple hein) :

     

    6. INT/JOUR. CHAMBRE 

    Une chambre des plus banales, avec un grand lit douillet, une table de chevet et un bureau. Sarah, assise au bord du lit, fume une cigarette. Jacques est couché et lit.

    Jacques regarde Sarah et sourit.

    JACQUES
    Sarah ?

    SARAH
    (sans se retourner)
    Hmm ?

    JACQUES
    Je t'aime.

    Sarah se retourne et lance un regard furieux à Jacques.

    SARAH
    (choquée)
    Tu t'en fous de ce que je pense ?

    Jacques est bouleversé par la réponse.

    Méthode française professionnelle

    En trouvant par miracle une poignée de scénarios de film/série français, on découvre qu'il ne faut en aucun cas décrire de façon aussi détaillée les événements. Un peu comme au théâtre, place aux dialogues, les lieux et les actions étant surtout détaillés en tout début de séquence.

    Contrairement donc à ce qu'on croit souvent quand on débute, les scénarios français ne sont pas austères mais se veulent des morceaux de littérature (ce qui me fait personnellement ricaner, enfin...). Ils ont toutefois le mérite de ne pas voler la vedette au réalisateur qui reste libre de filmer comme il l'entend.


     

    06 CHAMBRE SARAH - INT.JOUR

    (Sarah, Jacques)
    Une chambre des plus banales, avec un grand lit douillet, une table de chevet et un bureau. Sarah, repliée sur elle-même, fume pour se détendre. Jacques lit en toute innocence.

    Tout à coup, Jacques, égocentrique,  s'autorise un élan d'amour.

    JACQUES
    Sarah, mon amour ?

    SARAH
    Qu'est-ce qu'il y a ?

    JACQUES
    Rien. Je t'aime.

    SARAH
    Tu te moques bien de ce que je pense, n'est-ce pas ?


    Méthode américaine

    Là, finie la poésie et les longues didascalies. Les Américains vont à l'essentiel. Le début de la séquence installe la scène, le reste n'est que dialogues, ponctués de très rares indications de jeu. Difficile à croire quand on voit le travail sur le mouvement ou le jeu des oeuvres anglo-saxonnes, et pourtant tout cela est décidé par le réalisateur a priori. Chacun son rôle en quelques sortes.

     

    INT. CHAMBRE DE SARAH. JOUR

    (Sarah, Jacques)
    UNE CHAMBRE ORDINAIRE. SARAH FUME, ASSISE. JACQUES LIT, COUCHE.

    JACQUES
    Sarah ?

    SARAH
    Hmm ?

    JACQUES
    Je t'aime.

    SARAH
    T'en as vraiment rien à foutre de ce que je pense !

    Note de conclusion

    Bon alors évidemment tout ça n'est que suppositions et déductions. Peut-être les scénaristes français professionnels peuvent-ils se permettre ces libertés une fois leur statut enterriné (par une oeuvre vendue par exemple) ? Je crois néanmoins que la peur de faire un travail de commande et non de le l'Art, associé au besoin de séduire inhérent à tout marché compétitif les conduit  au contraire des Américains à plus de littérature, au risque de contaminer ensuite leurs propres dialogues. Je pense que ce qu'il faut surtout retenir c'est que votre prose doit être claire, limitée au nécessaire et qu'il ne faut pas voler son travail au réalisateur. Cela évitera peut-être qu'il se sente obligé de réécrire vos dialogues en représailles...
    Partager via Gmail

    2 commentaires
  • Script doctoring

    Vous voulez développer un scénario à partir de vos idées ?

    Trouver comment faire d’un pitch formidable, un scénario formidable ?

    Connaître des « trucs » pour réussir à créer des personnages marquants ?

    Scénariser rapidement pour passer rapidement à la réalisation ?

    Savoir comment présenter un scénario ?

    Dites 33 et laissez vous aider par un script-doctor.

    L’écriture d’un scénario n’est jamais une affaire simple, que ce soit votre premier ou votre cinquantième projet.

    Évidemment avec l’expérience, vient aussi la confiance en soi. Mais la confiance grandissant, on se pose parfois moins de questions, et il arrive que les derniers scripts soient moins rigoureux que les premiers. Ce n’est d’ailleurs pas forcément un défaut.

    Il y a toujours un moment lorsqu’on écrit, où l’on a besoin de faire lire son travail. C’est encore plus vrai pour l’écriture scénaristique, qui relève d’un ensemble de techniques très spécifiques.

    Le ‘Hic’, c’est qu’on a parfois du mal à trouver autour de soi des lecteurs capables d’apporter un regard critique constructif à un travail qui, par essence, est inachevé.

    Pourtant, même si vous faites un court-métrage, il ne faut pas sous-estimer l’importance du scénario.

    Tout compte dans un film : les acteurs, les décors, la lumière, le cadre, le son… mais ce qui compte plus que tout le reste, si vous faites de la fiction, c’est de raconter une bonne histoire.

    Mieux encore. Une histoire formidable !

    Mais comment y parvenir ?

    Certes, il y a d’excellents livres sur l’écriture de scénario. Un des plus riches au monde est La dramaturgie d’Yves Lavandier. Il y a également Anatomie du scénario de John Truby. Celui de Jean-Marie Roth L’écriture de scénarios est aussi une bonne référence. Mais lire des livres ne résout pas tous les problèmes d’écriture.

    Pour avancer, rien ne vaut un bon collaborateur, capable à la fois de comprendre votre pensée et de partager votre sensibilité.

    Ce n’est pas si simple, car un scénario, pour fonctionner, doit porter des valeurs, une originalité et un style propre. Prétendre l’améliorer, cela suppose d’entrer dans la logique et dans les intentions de l’auteur, puis d’intégrer son sujet et ses thèmes.

    Alors seulement il est possible de lui proposer différentes approches pour travailler son scénario, suivant des modalités adaptées à sa façon de créer pour développer son projet. Autrement dit, c’est un travail totalement personnalisé pour lequel les capacités d’écoute et d’adaptation sont essentielles.

    Non seulement il s’agit de parfaitement maîtriser les règles de l’écriture, mais il faut, en plus, entrer en résonance avec le projet, les intentions et l’envie de l’auteur que l’on prétend aider.

    C’est un métier.

    Script-doctor.

    Gildas Jaffrennou

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique