• Attirer l’œil (ou ne pas le distraire)

    Avez-vous déjà regardé avec admiration une de ces images desquelles on ne peut détacher le regard ? Avez-vous remarqué comme votre œil était désespérément attiré sur un seul point de l’image sans pouvoir s’en détacher ? Découvrez quels sont les éléments d’une image qui attirent le plus l’œil et comment diriger le regard de ceux qui s’arrêteront sur vos images, mais également quels sont les éléments qui peuvent gêner la lecture de votre image et détourner l’œil du sujet.

     

    Je pense qu’une photo forte est une photo où l’œil est guidé vers un endroit de l’image, ou « voyage » dans l’image de la façon dont le photographe l’a voulu. C’est ce qu’on appelle communément une image bien composée, et vous connaissez déjà certaines règles qui permettent d’améliorer la composition de vos images : la règle des tiers, celle du nombre d’or, la perspective, la simplicité, ou autres astuces de composition. Mais voyons plus précisément comment attirer l’œil. Corollaire : si quelque chose d’autre que votre sujet présente des caractéristiques qui attirent l’œil, c’est plutôt mauvais pour la clarté et la lisibilité de votre image, à moins que votre sujet soit réellement attirant visuellement (et je ne parle pas que d’une jolie fille ;) ). Ce que je veux souligner, c’est que chaque élément dont je vais parler peut à la fois jouer en votre faveur et en votre défaveur.

    1. Net plutôt que flou

    Ça va sans dire mais ça va mieux en le disant : l’œil estirrésistiblement attiré par ce qui est net dans l’image. A moins que toute votre image soit nette, la netteté de votre sujet est donc très importante. C’est pour ça que les conseils pour bien faire la mise au point ou améliorer la netteté de vos images sont importants. Et c’est pour la même raison qu’il faut faire la mise au point sur l’œil du sujet (pour un portrait ou de la photo animalière), ou sur le point sur lequel vous voulez attirer l’attention.

    Mais ce qu’il est également intéressant de noter, c’est qu’on regarde moins les parties floues de l’image. C’est pour ça que comprendre la profondeur de champ est très important : en la maîtrisant, vous pouvez aisément mettre en valeur votre sujet par rapport à son environnement.

    Les deux combinés donne par exemple ce portrait à gauche (n’hésitez pas à cliquer sur l’image pour mieux voir ;) ), pour lequel j’ai fait la mise au point sur l’œil gauche (enfin celui à droite de l’image quoi), et utilisé une profondeur de champ relativement réduite pour qu’il devienne le centre d’attention principal de l’image :)

    2. De grande taille plutôt que de petite taille

    D’une manière générale, les éléments qui prennent le plus de place dans l’image attirent plus l’œil. C’est pour ça qu’il faut remplir le cadre avec son sujet.

    Attention, cela ne veut pas dire qu’un sujet qui ne prend pas beaucoup de place dans le cadre n’attirera jamais l’œil : ce n’est le cas que lorsqu’il rentre en compétitionavec autre chose. Par exemple, vous faîtes un portrait de quelqu’un d’assez loin, et on voit clairement un gros monument derrière. Par contre, dans une photo trèssimple (comme celle à gauche, qui est plutôt un contre-exemple d’ailleurs) où il n’y a que votre sujet et un environnement sans éléments qui attirent l’œil, on ne verraque lui, même s’il est petit. C’est la force de la simplicité, qu’on évoquera de nouveau en fin d’article ;)

    3. L’Humain

    L’Humain avec un grand H car je parle de tout ce qui s’y rapporte : que ce soit un détail (une main, un œil), une personne entière, une faible silhouette au loin, ou même simplement un indice d’une présence humaine (un parapluie ouvert vu de dessus par exemple). Les visages(et en particulier les yeux comme on l’a dit précédemment) attirent particulièrement notre attention. Et oui, nous sommes des êtres sociaux (enfin pour la plupart d’entre nous :P ), et nous sommes ainsi faits que tout élément humain nous attire irrémédiablement. N’avez-vous jamais remarqué la force que la présence humaine peut donner à une image ? Dans le paysage de gauche, notez comme la présence humaine donne à la fois une idée de l’échelle et de l’immensité de ce paysage, guide l’œil vers la vallée et en même temps raconte une histoire (ce qui est très important !).

    4. Les zones lumineuses plutôt que les zones sombres

    C’est un principe assez évident en noir et blanc puisque la luminosité est le seul élément qui reste pour distinguer les pixels les uns des autres. Mais c’est tout aussi valable en couleurs : les zones lumineuses attirent le regard. Placer un sujet bien éclairé sur un arrière-plan plus sombre est gagnant à tous les coups ! Et même si le sujet est assez peu éclairé, il se détache toujours très bien de l’arrière-plan tant que celui-ci est très sombre voire noir. C’est ce qui se passe dans ma photo de concert à gauche : l’arrière-plan étant totalement noir, on ne voit plus que le sujet. Simple, mais efficace !

    Avoir un sujet suffisamment éclairé est plutôt intuitif, mais un élément auquel on fait moins souvent attention, c’est la présence d’éléments lumineux à l’arrière-plan (ou tout du moins qui ne sont pas le sujet). Ce sont des éléments qui peuvent être très perturbateurs pour la lecture de l’image, et qui distraient très facilement l’œil. Faites donc attention à les sortir du cadre autant que possible, car même en les floutant grâce à une profondeur de champ réduite, ils restent gênants, et c’est à mon sens c’est une des pires choses qui puisse gâcher votre arrière-plan !

    5. Les couleurs chaudes plutôt que froides

    Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi une paire d’escarpins rouges dans la rue vous faisaient systématiquement baisser les yeux ? ;) Et bien nos yeux se dirigent naturellement vers les couleurs chaudes. Rouges, oranges, jaunes nous attirent, par opposition à des couleurs plus froides. C’en est presque caricatural sur la photo de gauche, même si vous avez aussi tendance à regarder les oranges parce qu’elles sont plus nettes, que l’arrière-plan est très simple et tout simplement parce qu’elles sont l’élément le mieux identifiable. Mais quand même ;) Vous pouvez utiliser ceci très facilement pour attirer l’attention sur un élément en particulier, mais il faut également prendre garde à éviter des éléments de couleur chaude dans le cadre si votre sujet est à dominante bleue, violette ou verte !

    6. Les couleurs saturées

    Pour être bien clair quant à ce que j’entends par « saturé » : ceci est unvert saturé, ceci est un vert peu saturé. Le second n’est pas plus clair, il est juste moins saturé. Voici un vert plus clair (mais aussi saturé que le premier). Idem avec du orange saturé, du orange moins saturé.

    Plus couramment,on parle de couleurs vives et pastels. Faites l’expérience de placer un sujet aux couleurs saturées devant un arrière-plan plutôt pastel : il sera immédiatement mis en valeur. Cependant, faites attention si votre sujet présente des tons plutôt pastels : tout élément très saturé dans le cadre en détournera l’attention !

    Sur la photo de gauche, le gâteau aux couleurs plutôt vives se détachede l’assiette pastel, mais la tasse est d’un vert assez saturé derrière, etdétourne un peu l’attention malgré son placement hors de la zone de netteté.

    7. Les lignes diagonales voire courbes

    On avait déjà eu l’occasion de l’évoquer avec la perspective, mais d’une manière générale les lignes guident le regard dans l’image. Cela dit, les lignes droites (je veux dire par là celles qui sont horizontales ouverticales) servent plutôt de cadres ou de séparations entre différentes zones à l’intérieur de l’image. Par contre, les lignes diagonales, qu’elles soient subtiles ou très marquées, ont tendance à guider l’œil. C’est ici un peu plus subtil que précédemment : si plusieurs diagonales pointent vers le même endroit, le regard va effectivement s’y fixer, mais s’il n’y en a qu’une seule ou plusieurs parallèles, le regard ne sera pas vraiment fixé sur un point, mais voyagera plutôt en suivant ces lignes de force. Dans l’idéal, il faut donc y placer votre sujet.

    A l’inverse, si votre image présente une ou plusieurs diagonales fortes mais qui ne guident pas le regard vers votre sujet, votre effet sera raté.

    Il existe des lignes de force plus subtiles dans votre image : les courbes. Les courbes simples (de type S) sont les plus efficaces pour guider l’œil, apporter une certaine esthétique à l’image, voire raconter unehistoire. Dans l’image de gauche, ces empreintes de pas sont astucieusement placées et on imaginefacilement deux personnes marchant côte à côte. Notez d’ailleurs que ces traces de pas humains se rapportent également au point n°3 ;)

    Dernières précisions

    Il est déjà très utile de connaître tous ces éléments individuellement. Prenez tout de même garde à ne pas être trop sectaire ;) Ce n’est pas parce que votre sujet ne remplit pas toutes ces conditions que l’image est mauvaise, bien entendu ! Cela dit, vous remarquerez que la plupart des images que j’ai présentées combinent plusieurs de ces principes. D’ailleurs, petit jeu pour les plus motivés : pour chaque image, dîtes-moi dans les commentaires quels principes ont été utilisés et comment ! ;)

    Comme je l’ai évoqué dans le dernier point, fixer l’œil sur un seul point n’est pas la seule possibilité, et il peut être intéressant de le faire voyager entre deux éléments de l’image, ce qui peut contribuer à donner un sens à l’image. Mais ne multipliez pas trop les éléments d’intérêt.

    Deux bonnes manières de vous simplifier la tâche :

    • l’œil se dirige préférentiellement vers les éléments facilement identifiables. Autrement dit, même si quelque chose est hors zone de netteté, l’œil se dirigera vers lui si on peut facilement le reconnaître. A l’inverse, si vous arrivez à rendre un élément potentiellement gênant méconnaissable, ça peut vous aider.
    • composer des images simples à l’arrière-plan dépouillé vous facilite grandement la tâche en éliminant d’office bon nombre de distractions.

    Et pour finir, pensez que vous pouvez modifier certains de ces éléments en post-traitement : labalance des blancs, le contraste, la saturation des couleurs voire des outils de retouche pour éliminer de petits éléments gênants de l’arrière-plan. Pensez-y ! ;)

     
     
    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • 5 astuces clés pour réussir ses photos en noir et blanc

    Si vous avez déjà touché un appareil photo, vous avez sans doute déjà essayé la photographie en noir et blanc. Pour des tas de raisons, le noir et blanc attire. Une dose de mystère, d’intemporalité, de magie : vous êtes conquis, surtout en voyant certaines images qui sortent du lot. Mais quand vous vous y essayez, vous n’obtenez pas forcément le résultat que vous attendiez. Découvrez les 5 clés pourréussir vos photos en noir et blanc.

     

    Et oui, réussir son noir et blanc n’est pas aussi facile que ça en a l’air, et on a vite fait de se retrouver avec des images grisâtres sans trop d’intérêt. Alors comment faire ?

    He comes with the rain

    "He comes with the rain" Licence CC BY-SA jiunn kang too (Cliquez sur l'image pour voir sur FlickR)

    1. Shootez en RAW

    Le noir et blanc produit par votre appareil est mauvais. Toujours (ou presque). Le format RAW vous laissera une grande latitude dans la composition de votre noir et blanc, et vous permettra de jouer finement sur le mélange des différentes couches de couleur, ainsi que sur la luminosité et lecontraste. Vous pouvez alors mettre votre appareil en mode Noir et Blanc, de façon à avoir une idée de ce que donnerait le résultat final : en effet, même en mode Noir et Blanc, le fichier RAWenregistrera toutes les couleurs !

    Si votre appareil n’offre pas la possibilité d’enregistrer vos clichés au format RAW, alors restez en couleur pour pouvoir jouer sur le mélangeur de couches plus tard (nous y reviendrons).

    2. Choisissez le bon sujet

    Fibonacci sequence, the Golden Mean

    Licence CC BY Fady Habib (Cliquez sur l'image pour voir en grand sur FlickR)

    On ne le répétera jamais assez, mais le sujet esttrès important en photographie. Bien que le noir et blanc convienne à des sujets très variés, vous pouvez donner un impact bien plus fort à votre image en tenant compte de certains points.

    Tout d’abord la texture des objets est souvent magnifiée par le noir et blanc, car la couleur a tendance à l’éclipser : le bois brut, la pierre, les feuilles, la peau ridée d’un homme marqué par le temps ou la peau veloutée d’une jeune fille, etc.

    Pensez également aux formes, notamment à celles qui se répètent, ou encore les formes symétriques créées par la nature (spirales, vagues, …).

    Apprenez à regarder en noir et blanc : une des raisons pour lesquelles le noir et blanc est tant apprécié des photographes, c’est qu’il donne une autre vision sur le monde. Essayez de la retranscrire !

    3. Le contraste est roi

    Guitariste Les Têtes Raides, Braderie de Lille 2010En noir et blanc, vous perdez la couleur. (Je sais, mon intelligence vous éblouit toujours autant ! :P ) Perdre la couleur implique que vous ne pouvez plus jouer dessus pour séparer différents éléments, ou pour la composition, notamment pour guider l’œil dans l’image. Votre seul moyen est donc de jouer avec les tons clairs et les tons foncés, c’est-à-dire avec les contrastes. En effet, un cliché avec beaucoup de couleurs mais qui sont toutes dans la même plage de tons (que des couleurs claires, ou que des moyennes) deviendratrès gris.

    Les lumières assez fortes et les ombres sont donc vos amies ! Utilisez le contraste à son plein potentiel, car c’est probablement l’élément le plus important dans une photo en noir et blanc. Si lalumière arrive sur un côté de votre sujet, vous avez de grandes chances de prendre de bons clichés : les contrastes sont renforcés, les formes et les textures soulignées. N’hésitez pas à attendre la bonne lumière ou à la créer (en déplaçant votre sujet par exemple).

    4. Par temps couvert ou pluvieux

    Rain b

    Licence CC BY-NC-ND D-SIDE (Cliquez sur l'image pour voir en grand sur FlickR)

    Ça pourrait sembler contradictoire par rapport à ce que je viens de dire, étant donné que les nuages ont plutôt tendance à diminuer les contrastes. Mais en fait, par temps couvert, alors que ceux qui photographient en couleurs se plaignent d’une « mauvaise lumière », c’est le moment idéal pour photographier en noir et blanc. En effet, l’intensité de l’ambiance est accentuée par le noir et blanc : pensez à un jour de tempête avec de gros nuages par exemple. Et si vous photographiez après la pluie, le noir et blanc donne souvent de très beaux rendus, en accentuant les reflets sur le sol et d’une manière générale toutes les surfaces mouillées par la pluie.

    5. Passez du temps en post-traitement

    Vous n’avez pas fait tous ces efforts pour finalement tout gâcher en cliquant sur « désaturer » dans votre logiciel de traitement d’images. Ce n’est pas pour rien que je vous ai dit de shooter en RAW au tout début ! :D Il existe autant de méthodes de conversion qu’il y a de photographes, mais la clé est de jouer sur le mélangeur de couches ou sur un outil équivalent afin de maximiser l’impact du noir et blanc et de sublimer votre image.

    Il y a tellement de choses à dire sur cet aspect que j’en ai fait un tutoriel vidéo à part entière qui vous explique comment je procède pour traiter mes noirs et blancs.

    N’hésitez pas à poser vos questions en commentaire, et si vous voulez être informé gratuitement des prochains articles et notamment de la vidéo dont je viens de parler, inscrivez-vous à la newsletter (à droite).

     
     
    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • 10 conseils pour prendre des photos de silhouettes

    L’effet de silhouette donne souvent de la force aux images : il s’en dégage une ambiance particulière. L’image est à la fois simple (le sujet est noir sur un arrière-plan clair), et forte car elle raconte une histoire. Comment donc obtenir de jolies silhouettes ? Suivez le guide.

     

    1. Placer le sujet en contre-jour

    Ça va sans dire mais ça va mieux en le disant : le principe de la silhouette est de placer son sujet en face d’une lumière forte, c’est-à-dire en contre-jour. Vous devez donc oublier un peu ce que vous avez appris sur l’exposition, ou plutôt l’utiliser de façon intelligente : vous souhaitez en fait sous-exposer volontairement votre sujet.

    2. Utiliser une lumière horizontale

    Araignée au coucher de soleilEn effet, la lumière présente en plein jour vous obligera à vous pencher fortement pour qu’elle soit située derrière votre sujet, et de plus aura tendance à « déborder » sur le sujet tellement elle est forte. L’idéal pour cela est de prendre des silhouettes pendant les golden hours, ce qui est le cas de la plupart de ces photos d’ailleurs. Cela dit, soyez créatifs : n’importe quelle lumière forte dans un environnement plutôt sombre fera l’affaire, comme un incendie par exemple (on ne compte plus les photos de pompiers en silhouette d’ailleurs).

    3. Bien choisir son arrière-plan

    Silhouettes and sunsets

    CC BY-ND by Janine (cliquez sur l'image pour voir sur FlickR)

    Etant donné que seul l’arrière-plan est exposé correctement, il faut bien le choisir. Choisissez de préférence un fond relativement uni (encore une fois le ciel en est un bon exemple). En effet, un fond trop contrasté possédera des zones sombres qui pourraient rendre l’image illisible.

     

    4. Bien choisir son sujet

    Moro sphinx au crépusculeVotre sujet étant entièrement sous-exposé, il faut qu’il possède une certaine force et que sa silhouette soit reconnaissable au premier coup d’œil. Choisissez donc un sujet dont la forme est suffisamment particulière pour qu’on puisse le reconnaître sans hésiter, et qui soit suffisamment intéressant en deux dimensions pour que l’image ait de l’intérêt. Vous ne pouvez pas jouer sur les couleurs ou les textures, alors jouez de la forme!

     

    5. Prenez garde à la lisibilité

    De la même façon que précédemment, si vous photographiez plusieurs sujets en silhouettes sur la même image, veillez à bien les séparer de façon à éviter qu’on n’arrive plus à les reconnaître… Si vous choisissez le sujet humain, le meilleur conseil que je puisse vous donner est de photographier votre sujet de profil, il sera ainsi aisément identifiable, ce qui facilite la lecture de la photo et renforce son impact

    6. Coupez le flash

    Bah oui, c’est bateau, mais si votre flash se déclenche, vous n’aurez pas d’effet de silhouette, au contraire. Bref, n’oubliez pas ce détail ;) En même temps, si vous suivez mes conseils de base, vous avez quitté le mode automatique et votre flash est tout le temps désactivé, donc bon je suis sûr que ce point ne vous posera pas de problème :D

    7. Évitez l’éclairage du sujet

    New York - Chrysler Building Semi-Silhouetted

    CC BY David Paul Ohmer (Cliquez pour voir sur FlickR) L'effet de silhouette n'est pas là : il subsiste trop de lumière sur le sujet !

    De la même façon, évitez comme la peste les autres sources d’éclairage sur votre sujet, elles peuvent ruiner votre effet de silhouette. Le meilleur moyen étant de photographier dans un environnement sombre, évidemment.

     

    8. Choisir le bon mode de mesure de la luminosité

    Même si la plupart du temps le mode de mesure évaluative fera un bon travail, vous pouvez utiliser le mode de mesure spot en mesurant la lumière sur le ciel (ou autre arrière-plan) afin d’assurer un effet silhouette. Si vous ne comprenez rien à cette dernière phrase, je vous invite à lire mon article sur l’utilisation du mode de mesure de la luminosité.

    9. Bien mettre au point

    Silhouettes

    CC BY-NC-SA **Mary** (Cliquez pour voir sur FlickR) Ici, la photographe n'a pas utilisé la profondeur de champ maximale (sans doute en raison d'un manque de lumière), mais les épis sont nets !)

    Les conditions de lumière étant souvent un peudifficiles, votre appareil pourrait avoir du mal à faire la mise au point automatique. Dans ce cas, vous pouvez passer en mise au point manuelle, ou alors maximiser la profondeur de champ en réduisant l’ouverture. Cette deuxième option a également l’avantage de rendre votre magnifique coucher de soleil en arrière-plannet. Mais attention, dans certains situations minimiser l’ouverture pourrait aboutir à desvitesses d’obturation trop lentes.

     

    10. Gardez un peu de lumière sur le sujet

    Fall Season Silhouette

    CC BY-NC-ND Luke Andrew Scowen (Cliquez pour voir sur FlickR) Ici il reste un peu de lumière sur l'arbre, et c'est très réussi !

    Je dis plus ou moins le contraire quelques lignes plus haut, mais parfois conserver l’éclairage sur un petit détail du sujet (l’arête du nez, le visage, etc…), peut donner encore plus de force à l’image. Mais attention, utilisez ceci avec parcimonie : seule une toute petite partie du sujet doit être éclairée, et très faiblement !

     

    Voilà, maintenant vous n’avez plus qu’à sortir votre appareil et aller faire de jolies silhouettes ! Si l’article vous a plu, laissez un commentaire et partagez-le sur Facebook et Twitter. Si vous souhaitez être informés gratuitement des prochains articles, abonnez-vous à la newsletter !

    <psan style="margin: 0px; padding: 0px; text-decoration: underline;">Recherches utilisées :</psan>

    photo silhouette, photo contre jour, conseil pour prendre des photos, photo de silhouette, conseils pour prendre des photos, une silhouette en une photos, prendre des photos en contre jour, comment prendre une photo correctement
    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • 5 conseils pour photographier les couleurs de l’automne

    L’automne est une saison très propice à la photographie : la nature se pare de 1000 couleurs, les feuilles mortes se ramassent à la pelle, et vous êtes tenté d’en profiter. Découvrez 5 astuces simples et efficaces pour profiter au maximum de la saison et réaliser des clichés qui feront honneur à ce que nous offre la nature.

     

    1. Utilisez les Golden Hours

     

    Automne Golden Hours

    Licence CC BY-NC Peter Lee (Cliquez sur l'image pour voir en grand sur Flickr)

     

    Vous aurez peut-être l’impression que je me répète, mais la lumière des Golden Hours (ces moments magiques où le soleil est bas sur l’horizon) se prête particulièrement à la photographie de ces couleurs automnales. En effet, c’est une lumière aux tons très chauds qui renforce les couleurs déjà chaudes de l’automne (rouge, orange, jaune…). Prendre vos clichés à ces moments-là vous permettra donc d’obtenir des couleurs très saturées et donc de bien retranscrire toute l’intensité de ces tons chauds.

    Mais attention : l’image étant dominée par une lumière chaude, la balance des blancs automatique de votre appareil va avoir tendance à compenser, c’est-à-dire à refroidir les tons de l’image, ce qui n’est pas souhaitable. Pensez donc à la réchauffer en post-traitement, ou à utiliser le réglage « Lumière du jour » de votre appareil si vous ne développez pas encore vos images.

    2. Photographiez aussi par temps couvert

    Automne brouillard

    Licence CC BY-NC-ND Louis (Cliquez sur l'image pour voir en grand sur Flickr)

    Cela peut sembler contradictoire avec ce que je viens de raconter, mais pas du tout ! En effet, la lumière trèsdiffuse d’un temps couvert est très douce, et presqueomnidirectionnelle. Elle vous évitera donc les ombres trop marquées d’un plein soleil. Ce type de temps crée une ambiance romantique et des couleurs pastelles, ce qui permet de retranscrire toute l’atmosphère humide et légèrement fraîche de l’automne, qui évoque comme uneattente, un moment où le temps est suspendu. Pensez à un matin d’automne brumeux au bord d’un lac, et je crois que vous avez l’idée ;)

    Techniquement, il faut faire attention à ce type de lumière : étant plutôt froide (bleue), elle rentre en désaccord avec les tons chauds que vous cherchez à capturer. Il faudra donc ici aussi jouer manuellement de labalance des blancs en post-traitement afin de faire apparaître ces couleurs sans pour autant faire disparaître l’ambiance que vous cherchez à faire ressentir à ceux qui regarderont l’image. C’est unéquilibre à trouver au cas par cas, n’hésitez donc pas à y passer du temps pour sublimer votre photo !

    3. Ne photographiez pas QUE les couleurs de l’automne

    Grille automne

    Licence CC BY-NC Neil Howard (Cliquez sur l'image pour voir en grand sur Flickr)

    Et oui, ce n’est pas parce que vous avez sous les yeux une palette de couleur à vous cramer la rétine qu’il faut oublier les règles de base de la photographie, et en particulier celle de trouver un sujet fort. Parce que des photos d’arbres en automne, c’est bien joli, mais vous allez vite constater qu’elles se ressemblent toutes et qu’aucune n’a réellement d’intérêt. Dommage si vous vous êtes levés à 5h pour aller prendre des clichés au bord d’un lac ! :D

    Il faut donc bien comprendre que les couleurs ne sont pasvotre sujet, et qu’elles ne vous permettent pas de zapper la composition, le choix du sujet, la lumière, les ombres, le contraste, les lignes de force, l’ambiance, l’émotion, etc. En fait, ces couleurs renforcent l’impact d’une image qui doit déjà être de qualité à la base. Exercice simple : imaginez votre image en noir et blanc. Si elle n’a plus d’intérêt, c’est que la photo n’est pas assez bonne à la base.

    4. Faîtes preuve d’originalité

    Feuille journal automne

    Licence CC BY-NC-SA Yago Veith (Cliquez sur l'image pour voir en grand sur Flickr)

    Le problème des « conditions idéales pour la photographie », c’est que vous n’êtes pas les seuls à l’avoir remarqué ;) Les photos d’automne ne manquent pas, et pour faire un cliché qui se détache du lot et qui attire l’œil, il faut faire preuve d’originalité.

    Il y a autant de façon de sortir du lot qu’il y a de photographes, mais il existe deux astuces qui fonctionnent bien :

    • Pensez à prendre des clichés plus près : on voit plus rarement des photos d’une feuille, ou même d’une partie d’une feuille. Ils peuvent être très forts si vous parvenez à être un peu créatifs. Utilisez la profondeur de champ, une composition originale, … Créez !
    • Utilisez l’eau : la caractéristique de l’automne, c’est aussi que c’est une saison pluvieuse (surtout dans mon grand Nord ;) ). Or les reflets des couleurs automnales dans l’eau peuvent être très intéressants et créer des formes un peu abstraites qui donneront de l’impact à vos images. N’oubliez pas non plus les zones naturellement humides (lacs, rivières, marais) : ce sont souvent des espaces naturels exceptionnels et préservés qui vous donneront l’occasion de réaliser des photos de paysages automnaux qui ont le « truc en plus ».

    5. La saturation est reine

    Automne

    Licence CC BY-NC Ian Britton (Cliquez sur l'image pour voir en grand sur Flickr)

    Pour mettre en valeur de telles couleurs, il faut lessaturer. En français, il faut qu’elles « pètent » un peu plus. Comment faire ? Il y a plusieurs méthodes :

    • Utiliser un filtre polarisant. Comme je l’ai déjà dit, cet accessoire permet de saturer les couleurs, et il peut être très utile en automne. Abusez-en !
    • Si vous shootez encore en JPEG (et j’espère que non !), utilisez un style d’image personnalisé sur votre appareil pour pousser la saturation à fond.
    • Si vous shootez en RAW (félicitations !), vous pourrez donner du peps aux couleurs en post-traitement, grâce à des outils appelés Vibrance ou Rehaussement couleur, selon les logiciels. Ce que nous verrons dans une vidéo un peu plus tard, ce n’est pas le sujet de cet article ;)

    Voilà, j’espère que ces quelques éléments vous permettront de nous régaler les yeux de nombreux clichés d’automne exceptionnels, et en voir quelques uns sur le groupe Flickr de l’opération Dimanche Critique Photo (même si c’est déjà le cas ;) ).

    Laissez un commentaire si vous avez des remarques ou des questions, et si vous voulez être informés directement dans votre boîte mail des prochains articles et vidéos, abonnez-vous à la newsletter (à droite de l’écran).

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Photographier par temps de pluie

    Je ne sais pas chez vous, mais dans mon Grand Nord le temps se gâte franchement ces jours-ci. Et oui, avec l’équinoxe d’automne vient la pluie. Mais ce n’est pas une raison pour arrêter toute activité photographique jusqu’aux beaux jours ! Voyons ensemble comment gérer les problèmes que la pluie pose et comment en profiter.

     

    La pluie rebute souvent quand il s’agit de photographie, notamment parce que nos appareils et surtout nos objectifs y sont vulnérables ; or il est difficile de s’exprimer pleinement quand on est passerein par rapport à notre si précieux matériel photo. Pourtant je vous disais dans mon podcast qui vous donnait des pistes pour réaliser une bonne photo qu’il fallait sortir quelque soit la météo. Commençons donc par voir comment se protéger des intempéries.

    Protéger son appareil de la pluie

    Avant tout, si vous sortez photographier par temps de pluie, commencez par vous protéger vous-même de la pluie : vous ne serez pas à l’aise pour prendre vos clichés si vous êtes trempé(e) comme une soupe !

    Soupe

    Licence CC BY-NC-ND Fahara F (Cliquez sur l'image pour voir sur FlickR)

    Première idée toute simple : photographier depuis l’intérieur ou un endroit abrité. Ça paraît tout bête, mais pensez-y. Nous verrons plus loin quelles photos on peut faire indoor.

    Si vous sortez, le meilleur moyen serait encore de pouvoir vous protéger vous et votre appareil avec un parapluie. Ce n’est pas forcément évident si vous êtes seul (quoique qu’en se tordant un peu le cou et en ayant pas l’air fin, c’est possible ;) ). Par contre, si vous êtes accompagné(e), pensez à demander à ce qu’on vous tienne le parapluie quelques minutes !

    Si cette solution n’est pas à votre portée, vous pouvez vous faire votre propre « caisson étanche » assez simplement :

    • Enveloppez votre appareil dans un sac congélation (ou autre sac plastique plus ou moins transparent) et faîtes un trou pour laisser passer l’objectif. Fixez le sac autour grâce à unélastique.
    • Placez un filtre UV sur la lentille pour la protéger (c’est un filtre qui ne modifie pas les teintes des images, contrairement à d’autres, il est donc idéal pour protéger votre lentille de l’eau)
    • Débrouillez-vous pour vous laisser un accès au viseur, c’est quand même indispensable ! (avec un autre trou par exemple)

    Il est pas beau protégé de la pluie comme ça ? :PVous pouvez rigoler, mais ça m'a permis de l'avoir toute la journée sous une petite pluie sans crainte !

    C’est moche, plutôt ridicule (surtout si vous mettez la tête dans le sachet ! :P ), mais ça marche ! Évidemment ne trempez pas votre appareil dans l’eau, et en cas de grosse averse rangez-le.

    En parlant de rangement, quand vous ne l’utilisez pas il est préférable de le ranger dans sa sacoche. Et si vous n’en avez pas encore, courez en acheter une, et une bonne, relativement solide et qui protège de l’humidité. Protéger votre matériel qui vous a coûté tant d’argent vaut bien 5% de son prix !

    Que photographier par temps de pluie ? : profiter des conditions

    Vous allez me dire que de toute manière j’ai beau vous parler de sac congélation, la pluie ne se prête pas à la photographie. Et bien vous avez tort. Si si. En effet, la pluie apporte avec elle beaucoup de choses intéressantes pour le photographe : des nuages, de l’eau (je suis intelligent hein ? :D ), et donc des parapluies, des reflets, des gouttes… Voyons comment en profiter !

    Les nuages

    Surtout par temps d’orage (la photographie de la foudre étant un autre sujet), les nuages sont souvent majestueux et peuvent créer une ambiance très particulière dont vous pouvez profiter. Pensez à photographier en noir et blanc, c’est souvent une ambiance qui s’y prête.

    Cléon avant l'orage

    Je peux vous garantir que moins de 15 minutes après avoir pris cette image, j'ai manqué de me prendre la saucée de ma vie ! Mais pour quel ciel ! (cliquez sur l'image pour voir sur FlickR)

    Utiliser l’eau

    Il y a des centaines de façon d’utiliser le fait que votre environnement soit ruisselant de pluie, que ce soit pendant l’averse ou après, et je suis sûr que vous en imaginerez plus que moi. Voici malgré tout quelques pistes :

    • Profitez des vitres : c’est idéal pour photographier de l’intérieur d’abord, mais les vitres peuvent donner beaucoup d’effets visuels très intéressants sous la pluie. Elles ruissellent quand il pleut encore (surtout si l’inclinaison est forte, pensez aux vitres des voitures), ou alors sont parsemées de milliers de goutelettes après l’averse. De plus, vous pouvez beaucoup jouer avec laprofondeur de champ : des gouttes floues ne sont plus que des tâches déformées ou des spotslumineux sur l’image finale.

       

      Pluie contre une vitre

      Licence CC BY-NC Adrian Radu (cliquez sur l'image pour voir sur FlickR)

    • Après la pluie, il reste de l’eau (quelle saisissante perspicacité n’est-ce-pas ? :D ) : profitez de l’arrêt de la pluie pour photographier des gouttes sur des branches ou des toiles d’araignée par exemple. Je pense également aux flaques : photographier un reflet dans une flaque peut donner une toute autre dimension à une image. De plus, l’eau qui subsiste après l’averse met en valeur les surfaces : que ce soit le pavé qui est plus brillant et reflète ainsi la lumière de façon avantageuse, ou bien le capot d’une voiture, les feuilles trempées d’un arbuste… Regardez autour de vous pour profiter de tout ce que crée cette eau !

       

      Manhattan dans une flaque

      Licence CC BY David Goehring (cliquez pour voir sur FlickR)

    • L’ambiance poétique d’un ciel de pluie : cette idée est surtout valable dans les photos où l’onvoit loin (comme les photos de paysage). En effet, même si la pluie n’est pas visible sur les clichés, un rideau de pluie dans le lointain donne cet aspect flou à tout le paysage qui crée uneambiance si particulière. Là encore, pensez au noir et blanc !

       

      Rideau de pluie

      Licence CC BY-NC-ND Ferran Jordà (cliquez sur la photo pour voir sur FlickR)

    Les gens

    Ma perspicacité désormais légendaire m’a permis de déduire que la pluie, ça mouille. Et comme ça mouille, les gens vont changer de comportement. A vous d’en profiter ! Pourquoi ne pas prendre un peu de hauteur et utiliser la foule de parapluies comme sujet ? C’est aussi l’occasion de prendre desportraits plus originaux (je pense à des enfants trempés qui jouent par exemple). Et pourquoi ne pas profiter du fait que les gens s’abritent pour prendre des clichés de la ville sans personne (ou presque) dans les rues ?

    Foule de parapluies

    Licence CC BY-NC-SA Michael Backhaus (cliquez sur l'image pour voir sur FlickR)

    Bref, la pluie vous offre de nombreuses possibilités, et il suffit de savoir s’en protéger pour profiterde la météo pour saisir de belles images ! Laissez un commentaire si vous avez d’autres idées créatives pour photographier par temps de pluie ;)

    <psan style="margin: 0px; padding: 0px; text-decoration: underline;">Recherches utilisées :</psan>

    photo pluie, photo sous la pluie, Photo de pluie, couvrir un reflex sous la plui, prendre la pluie en photo, parapluie appareil photo, photographies pluie, photo temps nuageux
    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique