• ?EL-MOUDJAHIDATE NOS HEROÏNES? VISIBLE AU Mama

    “EL-MOUDJAHIDATE NOS HEROÏNES” VISIBLE AU Mama

     

    Une exposition contre l'oubli

    héroïnes”, exposition inaugurée, samedi au Musée public national d'art moderne et contemporain d'Alger (MaMa) sort de l'ombre “un patrimoine historique en jachère” par le jeu d'une confrontation de clichés actuels et de photos historiques de combattantes de la guerre de Libération nationale. “De l'invisible au visible : moudjahida, femme combattante”  et “La vie d'un jour”, les deux volets de cette exposition, respectivement signés par les jeunes photographes Nadja Makhlouf et Benyoucef Chérif, sont accompagnés de textes de leur cru et d'analyses de l'historienne Malika El-Korso. En parallèle, des courts métrages  donnent la parole à celles qui ont été omniprésentes et de tous les combats pour finir oubliées et mises au placard comme  le déplorent les concernées citant la regrettée Zhor Zerari. “Qu'elle soit tisseuse de drapeau, infirmière, soldate, manifestante, agent de liaison, gynécologue, psychiatre, poseuse de bombe, institutrice, cuisinière, dactylo... Je ne voulais faire aucune différence entre ces différentes fonctions”, indique Nadja Makhlouf auteur d'une galerie de portraits où des femmes-enfants en treillis, gandouras paysannes ou jupettes plissées, mobilisées sur toutes les lignes de front, rejoignent celles qu'elles deviendront quelque 50 années plus tard, imposantes grands-mères au passé évanescent. 
    La contribution multiforme des femmes à la Révolution, révélée par les deux artistes est magistralement illustrée par les photos de la regrettée Boudjemma Kheïra, “courrier” à l'âge de 12 ans et dactylographe du FLN  historique à 14 ans qui semble surgir de la célèbre chanson patriotique Ana louliya (moi, la jeune fille), Nadrab stampa oua N'jib el-hourriya, qui souligne l'inestimable travail de propagande réalisé par de jeunes militantes venues de tous horizons. 
    Benyoucef Chérif, révèle pour sa part, à partir d'immenses portraits actuels en noir et blanc juxtaposés aux montages tout en mouvement et couleurs de photos prises durant les années de braise, la persistance, à des décennies d'intervalles, chez tous ses modèles, d'un regard, direct, hardi et tranquille qui exprime tout le courage du monde. Point d'orgue à cette exposition hommage, l'émouvante dernière lettre que Hassiba Ben Bouali, martyre de la bataille d'Alger, adresse à ses parents le 15 septembre 1957, extraite des archives de l'armée française par Malika El-Korso, est distribuée au public.

    aps
    « Top 5 des séries qu?on espérait voir sur l?ENTV !Rubrique Culturelle SORTIR? »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :