• DJALAL BOUAKKAZ S'ILLUSTRE À JIJEL

    DJALAL BOUAKKAZ S'ILLUSTRE À JIJEL

    Un artiste designer fait de la sensibilisation

    Taille du texte : Decrease font Enlarge font

    Un artiste designer jijélien, Djalal Bouakkaz, a choisi, «armé» simplement d'un appareil photo et d'une caméra, de lutter à sa manière pour la préservation de l'environnement par la récupération et le recyclage des déchets domestiques.

    Cet artiste, originaire de Jijel, ambitionne de participer activement à la défense, à la protection et à la préservation de l'environnement par la sensibilisation du grand public, par l'image et le son, afin de réduire la prolifération des déchets domestiques, a-t-il indiqué, hier, dans un entretien à l'APS.
    Auteur de plusieurs oeuvres artistiques en miniature dont une copie du mythique paquebot le Titanic, des hélicoptères de combat, des véhicules tout-terrain qui ont suscité, la semaine dernière, l'admiration d'une équipe d'une chaîne de télévision française, en repérage en prévision de la réalisation, en juin prochain, d'un reportage sur la région de Jijel. Alexis Marant, caméraman, journaliste et réalisateur, travaillant notamment pour des chaînes publiques françaises entre autres, a été surpris de rencontrer le jeune Bouakkaz, dans son atelier à El Milia, avec un «trésor» de réalisations artistiques. Le technicien français s'est dit «fasciné» par la maquette reproduisant le paquebot le Titanic qu'il a sélectionnée pour, éventuellement, réaliser un reportage sur l'art que développe Djalal, lors de la tournée de son équipe en juin prochain. Pratiquement, toutes les oeuvres de cet artiste naissent de la récupération d'objets jetés, dans la perspective, dit-il, de contribuer de cette manière à la sauvegarde de l'environnement.
    Le jeune Djalal pour qui les activités de design et de modèles réduits sont une véritable passion, envisage aujourd'hui le tournage d'une série documentaire avec un thème basé sur la réalisation des concepts, de jouets et d'utilitaires à partir de déchets récupérés des décharges. L'objectif, soutient encore cet artiste, est d'attirer l'attention du grand public sur le «respect et la préservation de l'environnement» et pour «instaurer une culture de recyclage des objets usagés».
    Le film documentaire projeté par ce designer à la recherche d'une boîte de production et dont l'objectif est de démontrer que des objets promis au rebut, peuvent être transformés en oeuvres d'art.
    Cela pourrait, espère-t-il, «inciter les citoyens à protéger leur environnement par de simples gestes quotidiens, en récupérant les déchets, et attirer l'attention des jeunes sur la manière d'être créatif et surtout utile par rapport à l'environnement».

    « 37e Festival international du cinéma de Göteborg (Suède) Le film le plus "américain" de Bouchareb »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :