• Décès de Mustapha Belmihoub: une grande perte pour le cinéma algérien (cinéastes)

    Décès de Mustapha Belmihoub: une grande perte pour le cinéma algérien (cinéastes)

    Plusieurs collègues et amis du directeur de la photo Mustapha Belmihoub, décédé vendredi soir d'une crise cardiaque à l'âge de 71 ans, ont regretté la disparition d'"un professionnel avéré" ayant collaboré avec les plus grands réalisateurs algériens.
    Dans une déclaration à l'APS, le président de l'association "Lumières", le réalisateur Ammar Laskri a rendu hommage à cet artiste professionnel qui travaillait en défiant le poids des années. Rappelant "la fibre artistique" du défunt", Laskri a estimé que sa disparition était "une grande perte pour le 7ème art algérien".

    Il a en outre rappelé l'amour du défunt pour le 7ème art comme en témoigne son riche parcours durant 50 ans.
    De son côté, le comédien Fawzi Saïchi avec qui il a collaboré dans plusieurs œuvres dont "Mista", a salué le "professionnalisme" de Belmihoub qui l'a encouragé à percer dans le 7ème art.

    Pour sa part, Amar Rabia, vice-président de l'association "Lumières", et ami du défunt, a évoqué le professionnalisme et la bonté de "l'un des plus grands directeurs de la photo en Algérie" ayant formé et encadré plusieurs jeunes.
    Né en 1946 à Belcourt (Alger), Mustapha Belmihoub avait travaillé 50 ans durant comme photographe et directeur de la photo dans plusieurs œuvres cinématographiques dont "Rachida" de Yamina Chouikh (2002), "L'honneur de la tribu" (1993) de Mahmoud Zemouri, inspiré du roman de Rachid Mimouni.

    Le défunt avait par ailleurs travaillé comme directeur de la photo dans "Les folles années du twist" et dans "De Hollywood à Tamanrasset", du même réalisateur. Il avait également travaillé au lendemain de l'indépendance avec les réalisateurs Ahmed Rachedi et Lakhdar Hamina.

    Le dernier film dans lequel travaillait le défunt est "Mista", de Kamel Yaïche, produit par l'entreprise Sid Ali Kouiret.
    Mustapha Belmihoub qui était également membre de l'association "Lumières", est décédé alors qu'il travaillé sur le film "Mémoire de scènes", de Rahim Aloui en tournage à Sétif. Il a été inhumé samedi après la prière du d'hor (midi) au cimetière de Ben Aknoun (Alger).

    « Festival National du court métrage pour la jeunesseLe film "Mascarades" distingué lors du festival de Namur »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :