• Cinq films à voir ce week-end

     

    Cinq films à voir ce week-end

    À l’heure où les espaces culturels redémarrent lentement malgré la fin des restrictions liées au Covid-19, les salles de cinéma sont probablement les seules à maintenir une dynamique plus ou moins stable. Pour ce week-end, les cinéphiles auront droit à une programmation variée dont nous vous proposons un panel allant de Marvel au cinéma d’auteur, en passant par le jeune public.

    The Batman (2022)
    L’événement le plus en vue pour ce week-end est sans doute l’avant-première du dernier Batman dont la sortie internationale aura lieu ce jeudi à Alger, à l’instigation de MD Ciné. Réalisé par Matt Reeves, un outsider jusque-là très peu connu, The Batman enchaîne les challenges avec, notamment un casting audacieux : Robert Pattinson dans le rôle-titre, Zoe Kravitz dans la peau de Catwoman, Paul Dano (The Riddler)… De plus, les amoureux de l’univers Marvel noteront l’absence d’un des personnages clés de la saga : Le Joker !
    Le film sera à l’affiche à partir d’aujourd’hui et tout au long du week-end, à Alger à la salle Ibn Zeydoun (15h et 18h30) et Cosmos ; il sera également au programme du nouveau multiplex oranais Ciné-Gold. Ce nouveau volet de Batman s’annonce comme un thriller palpitant avec une enquête haletante sur un mystérieux assassin qui s’en prend à l’élite de Gotham City par une série de machinations sadiques. Le justicier solitaire doit alors débusquer le tueur et ses complices, mais a besoin de l’aide de ses amis de toujours (Pennyworth et James Gordon) mais aussi de certains alliés versatiles.

    Moonfall (2022)
    Mais avant de plonger dans l’univers sombre et passionnant de l’homme-chauve-souris, les amateurs des aventures spatiales ont rendez-vous aujourd’hui à 13h à la salle Ibn Zeydoun avec le film Moonfall de Roland Emmerich avec, en têtes d’affiche, Halle Berry et Patrick Wilson qui incarnent un duo d’astronautes qui tentent de sauver la planète terre d’un choc éminent avec la lune. Celle-ci a été, en effet, propulsée hors de son orbite par une force mystérieuse et s’apprête à percuter le foyer humain dans quelques semaines.

    Encanto (2021)
    Comme à l’accoutumée, MD Ciné n’a pas oublié les enfants : le très applaudi film d’animation Encanto (à partir de six ans) est toujours à l’affiche de la salle Ibn Khaldoun ce vendredi à 14h30. Réalisé par le trio Howard-Bush-Smith, ce long-métrage se déroule dans les montagnes colombiennes où vit la famille Madrigal dans une cité merveilleuse appelée « Encanto » ; Chaque enfant de cette famille est doté d’une faculté magique, sauf Mirabel qui n’a reçu aucun don mais qui deviendra l’unique espoir de la ville merveilleuse lorsque celle-ci vient à être menacée.

    La sociologie est un sport de combat (2001)
    Samedi à 17h, l’Institut français d’Alger donne rendez-vous aux amoureux de la sociologie et particulièrement de Pierre Bourdieu avec ce documentaire réalisé par Pierre Carles qui tente de faire découvrir au grand-public cette fascinante science et notamment les travaux du grand sociologue français.
    Ce dernier est ainsi filmé en plein travail et dans sa vie quotidienne. Jamais diffusé par la télévision française, ce film nous fait également rencontrer Serge Halimi, Daniel Mermet, Edward Saïd, Gunther Grass, etc.

    La vie d’après (2021)
    Pour ceux qui ne l’ont pas encore vu, le dernier film d’Anis Djaâd La vie d’après sera en projection dans les salles Algeria et Cosmos à partir de ce samedi. Le premier long-métrage de ce réalisateur singulier nous plonge dans le quotidien d’une veuve persécutée et de son fils adolescent dans une Algérie profonde socialement et économiquement violente.
    À la fois sensible et féroce, sobre et acerbe, La vie d’après séduit par une écriture efficace, une mise en scène crépusculaire tantôt mélancolique tantôt brutale et un casting convaincant notamment Lydia Larini dans le rôle-titre.
    Le cinéaste, déjà auteur de quelques pépites en courts-métrages, confirme ainsi sa capacité de radiographier sans concessions mais avec une immense tendresse, un pan de la société souvent snobée par le cinéma d’auteur algérien.
    Sarah H.

    « Le film sur Larbi Ben M’hidi sera présenté «courant 2022»La Journée internationale des droits des femmes à travers l’art »
    Partager via Gmail Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :