• Techniques

    Écran d’épingles

    Alexandre Alexeïeff et Claire Parker ont inventé la technique de l'écran d'épingles. © ONF

    Alexandre Alexeïeff et Claire Parker ont inventé la technique de l'écran d'épingles. © ONF

    L'écran d'épingles NEC a été acheté par l'ONF en 1972. © ONF

    L'écran d'épingles NEC a été acheté par l'ONF en 1972. © ONF

    Jacques Drouin lors de la réalisation de son film <strong><em>Le paysagiste</em></strong> (1976). © ONF

    Jacques Drouin lors de la réalisation de son film Le paysagiste(1976). © ONF

    <strong><em>Le paysagiste</em></strong> (1976) - Jacques Drouin. © ONF

    Le paysagiste (1976) - Jacques Drouin. © ONF

    Jacques Drouin lors du tournage du film <strong><em>Empreintes</em></strong> (2004). Photo: Caroline Hayeur. © ONF

    Jacques Drouin lors du tournage du filmEmpreintes (2004). Photo: Caroline Hayeur. © ONF

    <strong><em>Empreintes</em></strong> (2004) - Jacques Drouin. © ONF

    Empreintes (2004) - Jacques Drouin. © ONF

    Voir des extraits de films utilisant cette technique

    Ex-enfant / Ex-child, 1994

    Ex-enfant / Ex-child, 1994

    Voir cet extrait

    Le paysagiste / Mindscape, 1976

    Le paysagiste / Mindscape, 1976

    Voir cet extrait

    Par Marcel Jean
    Spécialiste du cinéma d’animation

    Au début des années 1930, le graveur Alexandre Alexeïeff, un Français d'origine russe, décide de passer au cinéma. Désirant réaliser des films dont l'esthétique serait fidèle au graphisme et aux dégradés de gris présents dans ses gravures, il imagine un outil d'un genre nouveau : l'écran d'épingles.

    Cet appareil serait constitué d'un écran blanc percé de centaines de milliers de trous, chacun traversé par une épingle rétractable. En plaçant des sources lumineuses des deux côtés de l'écran, chaque épingle jetterait de l'ombre et la somme de ces ombres permettrait d'obtenir le noir total. En revanche, il suffirait d'enfoncer certaines épingles dans l'écran pour que leur ombre raccourcisse et qu'ainsi le gris remplace le noir. Selon cette logique, en enfonçant complètement les épingles dans l'écran, l'ombre se résorberait et ferait place au blanc de la surface.

    C'est en 1933 qu'Alexeïeff, aidé de sa collaboratrice Claire Parker, termine Une nuit sur le mont Chauvei. En 1943, exilés en Amérique, Alexeïeff et Parker réalisent En passant, pour l'ONF. Ils répondent ainsi à l'invitation de Norman McLaren, qui leur voue une grande admiration.

    Les animateurs de l'ONF continuent ensuite à s'intéresser à l'écran d'épingles et, en 1968, le musicien Maurice Blackburn, fidèle collaborateur de McLaren, fait une brève incursion dans la réalisation avec un court métrage expérimental intitulé Ciné-crime. Pour ce film reposant sur une bande sonore concrète extrêmement complexe, il utilise une version format réduit de l'appareil.

    En 1972, Alexeïeff et Parker sont invités à l'ONF. Cette fois, l'organisme canadien se porte acquéreur d'un écran d'épingles de grand format et les deux artistes donnent des ateliers de formation à un groupe de cinéastes. Norman McLaren profite d'ailleurs de l'occasion pour tourner le documentaire intitulé L'écran d'épingles.

    Cette visite a des retombées importantes sur le destin du procédé. En effet, alors qu'on a longtemps cru que l'écran d'épingles allait mourir avec son créateur, voici que Jacques Drouin décide de l'utiliser pour réaliser ses films. Dès 1974, il signe Trois exercices sur l'écran d'épingles d'Alexeïef, puis, deux ans plus tard, Le paysagiste. Avec ce dernier, Drouin s'affranchit du lourd parrainage d'Alexeïeff et impose un ton, un style.

    Après le succès du Paysagiste, Drouin innove sur le plan technique lorsqu'il colore ses images en filtrant les sources lumineuses qu'il emploie. En 1986, il coréalise L'heure des angesavec le Tchèque Bretislav Pojar. Dans ce film dont la forme repose sur le mariage de deux techniques, les marionnettes de Pojar évoluent dans des décors fluctuants réalisés avec l'écran d'épingles. Drouin poursuit ses recherches esthétiques dans ses trois films suivants : Ex-enfant (1994), Une leçon de chasse(2001) et Empreintes (2004).

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Techniques

    Pixillation

    Tournage du film <strong><em>Voisins</em></strong> (1952) dans un parc de la ville d'Ottawa. © ONF

    Tournage du filmVoisins (1952) dans un parc de la ville d'Ottawa. © ONF

    <strong><em>Voisins</em></strong> (1952) - Norman McLaren. © ONF

    Voisins (1952) - Norman McLaren. © ONF

    Norman McLaren et Evelyn Lambart lors de la réalisation du film <strong><em>Il était une chaise</em></strong> (1957). © ONF

    Norman McLaren et Evelyn Lambart lors de la réalisation du film Il était une chaise (1957). © ONF

    <strong><em>Il était une chaise</em></strong> (1957) - Claude Jutra et Norman McLaren. © ONF

    Il était une chaise(1957) - Claude Jutra et Norman McLaren. © ONF

    Tournage du film <strong><em>Monsieur Pointu</em></strong> (1975). © ONF

    Tournage du filmMonsieur Pointu(1975). © ONF

    <strong><em>Monsieur Pointu</em></strong> (1975) - André Leduc et Bernard Longpré. © ONF

    Monsieur Pointu(1975) - André Leduc et Bernard Longpré. © ONF

    Par Marcel Jean
    Spécialiste du cinéma d’animation

    C'est Norman McLaren qui, le premier, nomma « pixillation » la technique consistant à photographier image par image des personnages ou des objets dont les déplacements sont entièrement sous le contrôle du cinéaste. Il utilisa cette technique dans Voisins (1952), une puissante fable antimilitariste, puis dansIl était une chaise (1957) et Discours de bienvenue de Norman McLaren (1961), deux films dont l'anecdote repose sur la rébellion d'un objet de la vie courante (respectivement une chaise et un microphone).

    La pixillation trouve sa lointaine origine dans les « trick films », ces films reposant sur les trucages et qui marquèrent les débuts de l'histoire du cinéma. On peut citer en exemples certains trucages de Georges Méliès, le célèbre El Hotel electrico de l'Espagnol Segundo de Chomon (1905) et Le mobilier fidèle du Français Roméo Bosetti (1912).

    Plus que toute autre technique d'animation, la pixillation contraint à un étroit rapport au réel. En effet, la présence d'acteurs et d'objets évoluant dans un environnement en trois dimensions a pour effet d'introduire dans l'œuvre une série de références à la réalité. Cela a pour conséquence d'infléchir le choix des thèmes abordés dans les films faisant appel à cette technique. Ce n'est pas un hasard, par exemple, si Norman McLaren a réalisé ses œuvres les plus politiques avec ce procédé.

    Robert Awad a fait un usage judicieux de cette technique en la mêlant à d'autres procédés dans les parodies de documentaires que sont L'affaire Bronswik (coréalisé par André Leduc, 1978) etAmuse-gueule (1983). C'est cependant Leduc qui utilise le plus fréquemment la pixillation à l'ONF. En trois films – Tout écartillé(1974), Monsieur Pointu (coréalisé par Bernard Longpré, 1975) et Chérie, ôte tes raquettes (1976) –, il explore le potentiel de fantaisie de cette technique.

    Tout écartillé et Chérie, ôte tes raquettes laissent poindre le thème de la frénésie du monde moderne, thème que Roland Stutz exploite à fond dans son Taxi, illustration d'une chanson de Claude Léveillée misant sur les effets d'accélération obtenus par la pixillation.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  •      Archives des rétrospectives
    LES AUTRES RÉSULTATS : 0 | 25 | 50
    • AfricamaniaAFRICAMANIAà la Cinémathèque du 17 janvier au 17 mars 2008 | 31 janvier 2008
    • AGNÈS VARDAau St-André-des-Arts en novembre 2005 | 30 août 2005
    • AKIRA KUROSAWAaux Cinémas Action en juin et juillet 2006 | 21 juin 2006
    • Alexander KlugeALEXANDER KLUGErétrospective à la Cinémathèque Française du 24 avril au 3 juin 2013 | 23 avril 2013
    • Alfred HitchcockALFRED HITCHCOCKrétrospective à la Cinémathèque Française du 5 janvier au 28 février 2011 | 4 janvier 2011
    • AMIR MUHAMMADau festival du Cinéma du Réel du 7 au 18 mars 2008 | 11 mars 2008
    • Andreï TarkovskiANDREÏ TARKOVSKIrétrospective à la Filmothèque du 22 mai au 11 juin 2013 | 21 mai 2013
    • ANTHONY MANNà la Cinémathèque du 12 février au 26 mars 2006 | 19 juillet 2005
    • Édouard LuntzÉDOUARD LUNTZrétrospective dans le cadre de Ciné 93 | 10 novembre 2009
    • Catherine BreillatCATHERINE BREILLATà la Cinémathèque française du 30 août au 20 septembre 2010 | 24 août 2010
    • Cecil B. DeMilleCECIL B. DEMILLEà la Cinémathèque du 1er avril au 1er juin 2009 | 7 avril 2009
    • DOUGLAS SIRK (I)à la Cinémathèque du 9 novembre au 30 décembre 2005 | 15 novembre 2005
    • Douglas Sirk (II)DOUGLAS SIRK (II)Écrit sur du vent, La Ronde de l’aube, Mirage de la vie | 8 juillet 2008
    • Edgar G. UlmerEDGAR G. ULMERà la Cinémathèque Française du 4 juillet au 5 août 2012 | 3 juillet 2012
    • Federico FelliniFEDERICO FELLINIà la Cinémathèque du 21 octobre au 20 décembre 2009 | 20 octobre 2009
    • George CukorGEORGE CUKORrétrospective au festival de Locarno du 7 au 17 août 2013 | 6 août 2013
    LES AUTRES RÉSULTATS : 0 | 25 | 50
    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  •  
    A  Archives des hors-champ
    LES AUTRES RÉSULTATS : 0 | 25 | 50
    • Audrius StonysAUDRIUS STONYSaux Rencontres du cinéma documentaire de Montreuil | 11 octobre 2011
    • CasinoCASINOréalisé par Martin Scorsese | 2 septembre 2008
    • ChiriCHIRIréalisé par Naomi Kawase | 28 août 2012
    • DonomaDONOMAréalisé par Djinn Carrénard | 21 décembre 2010
    • FadingFADINGréalisé par Olivier Zabat | 12 octobre 2010
    • L'EscaleL’ESCALEréalisé par Kaveh Bakhtiari | 4 juin 2013
    LES AUTRES RÉSULTATS : 0 | 25 | 50
    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  •       Archives des dossiers
    LES AUTRES RÉSULTATS : 0 | 25 | 50
    • Coffret Jean RouchCOFFRET JEAN ROUCH2 coffrets (8 disques) + Cocorico ! Monsieur Poulet (1 disque) | 9 mars 2010
    • José Luis GuerínJOSÉ LUIS GUERÍNaux Rencontres du cinéma documentaire de Montreuil | 21 octobre 2008
    LES AUTRES RÉSULTATS : 0 | 25 | 50
    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique