• Approche du film : Papillon!

    PAPILLON

    Papillon

    J'ai l'habitude de regarder beaucoup de films français, alors je pense qu'il est normal que je m'intéresse de temps en temps à des films hollywoodiens grand public ayant un lien marginal avec la France - Papillon ici et Le jour du chacal là. (Par coïncidence, ces deux films partagent une autre caractéristique qui est tout à fait à l'opposé de la norme hollywoodienne : il n'y a pas d'intérêt amoureux dans aucun des deux). Ou peut-être pas. Personne ne va confondre Franklin J. Schaffner avec Truffaut, Godard ou Varda.

    Pourtant, même si Papillon doit être l'un des films les plus négligés jamais sortis par les grands studios, il possède un pouvoir énorme, un pouvoir qui est accru et intensifié par le fait qu'Henri Charrière s'est réellement échappé de l'île du Diable et a vécu pour le raconter. Heureusement que Schaffner avait une grande facilité avec ce genre d'images, car les erreurs commises dans le film frôlent l'incroyable - les liquides, qu'il s'agisse de sang ou d'eau, éclaboussent très visiblement l'objectif de la caméra et détruisent complètement toute suspension d'incrédulité. La scène de la guillotine est involontairement hilarante, avec des erreurs de continuité et de montage qui vous font vous demander si l'équipe n'était pas défoncée pendant le tournage et en post-production ; et l'avant-dernière scène dans laquelle Papillon plonge dans l'océan et où l'on voit clairement le plongeur qui soutient le flotteur sous lui - si facilement discernable qu'il ou elle pourrait presque faire partie de l'histoire - tout cela est vraiment débauché et indigne. (Il y a, en fait, d'autres erreurs, facilement consultables sur Google. Je n'ai pas le cœur à tout passer en revue. L'une d'elles implique le grand acteur Anthony Zerbe dans le rôle du chef de la colonie de lépreux).

    Peu importe ; ici, je veux parler d'une petite partie de ce long film, et c'est le générique de fin, qui ne compromet pas tout à fait deux minutes complètes. Cette séquence me fait presque penser que Schaffner a en fait planifié un grand nombre d'erreurs afin qu'elles fonctionnent de concert avec le générique de fin, comme une sorte de réflexe.

    Alors que Papillon flotte dans l'océan sur son radeau de fortune après son audacieux saut des falaises, un narrateur jusqu'alors absent est envoyé par courrier depuis l'univers pour nous informer qu'il s'est échappé, a vécu le reste de sa vie en liberté et a survécu à la célèbre colonie pénitentiaire française. Je ne vois pas bien quel est l'avantage d'avoir un narrateur qui débarque comme un invité non invité, et afficher le message en texte sur l'écran aurait été tout aussi intrusif et distrayant. Schaffner a peut-être estimé qu'il était trop difficile de faire passer le message avec davantage de scènes, dans le sens de "montrer, ne pas dire". Peut-être que plus de scènes aurait rendu un long film encore plus long, et donc un peu moins viable commercialement. Quoi qu'il en soit, je pense que la rupture constante de la suspension de l'incrédulité, qu'elle soit intentionnelle ou non, met en place les images qui accompagnent le générique de fin d'une manière nouvelle et différente, car regarder le générique de fin devient une partie importante de la compréhension de ce film.

    Je me suis souvent demandé quel pourcentage du public s'assoit et regarde le générique de fin sans sortir le disque ou quitter la salle. Il doit être très faible, et c'est parce que la conclusion définitive du film a généralement déjà été montrée à l'écran. Personne ne se soucie de savoir qui est le gaffer ou le troisième assistant réalisateur. Mais ici, alors que nous regardons les images de la prison abandonnée - des bâtiments vides érodés par le temps et recouverts d'une végétation sauvage - l'énormité de la tâche que Papillon a entreprise, sa quête de liberté, prend de plus en plus d'ampleur dans nos esprits. Combien d'entre nous pourraient égaler son zèle ? Ce nombre est probablement inférieur au nombre d'entre nous qui restent assis jusqu'au générique de fin.

    C'est un film plein d'action et de violence, ce qui entraîne nécessairement des scènes graphiques. Mais Schaffner a également l'œil pour le type de scène plus discrète, plus nuancée, qu'un réalisateur de moindre envergure ne penserait pas à aligner. Par exemple, dans une scène montrant la cour de la célèbre prison, la caméra démarre sur un petit lézard assis au sommet du toit brûlant du bâtiment. Une scène décrivant une chasse aux papillons accorde une attention particulière aux insectes qui voltigent en essayant d'éviter les filets. Dans une scène où les prisonniers arrivent sur l'île, on voit un porc se rouler joyeusement dans la boue en bas à gauche de l'écran. Et ainsi de suite.

    Mais les scènes finales sur lesquelles je veux attirer l'attention ici sont dépourvues de personnes et d'animaux et ne montrent que les différentes parties de la prison décrépite comme toile de fond pour les noms de toutes les personnes impliquées dans la réalisation du film, tandis que la musique obsédante du compositeur habituel de Schaffner, Jerry Goldsmith, va crescendo. L'effet final sur nous est, bien sûr, la contemplation de la nature même du temps. Le temps, nous disent ces images et la musique qui les accompagne, détruit tout. Parfois, la force de la volonté humaine - celle de Papillon en l'occurrence - peut le combattre, ou le retarder, mais au final, le résultat est toujours une victoire du temps. Et n'oublions pas le croisement du film et du méta-film, qui est, dans l'ensemble, l'une des caractéristiques les plus intéressantes de Papillon. Papillon le film

    PAPILLON 1973 photos tournage

     

     

     

    « Regardez l'un de ces 5 films pour passer une excellente soirée pleine de plaisir fictif.Il y a six ans, disparaissait René Vautier : Le cinéaste de la révolution »
    Partager via Gmail Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :