• 30E ÉDITION DU FESTIVAL DU FILM MÉDITERRANÉEN D'ALEXANDRIE (EGYPTE)

    30E ÉDITION DU FESTIVAL DU FILM MÉDITERRANÉEN D'ALEXANDRIE (EGYPTE)

    La part du lion pour le cinéma algérien

    Par 
    Taille du texte : Decrease font Enlarge font
    La délégation algérienne avec le réalisateur tunisien Tayeb Louihichi et le secrétaire du Festival Mohamed Kinaoui à gaucheLa délégation algérienne avec le réalisateur tunisien Tayeb Louihichi et le secrétaire du Festival Mohamed Kinaoui à gauche

    «Le cinéma est une nouvelle fois l'occasion de se réunir et unir nos deux pays et nos deux cultures.»

    La trentième édition du Festival du film méditerranéen d'Alexandrie (Ffma) s'est ouverte avant-hier sur la ville côtière égyptienne, en présence d'une pléiade de stars du cinéma et de la télévision arabes.
    Dans une cérémonie grandiose, organisée à la prestigieuse bibliothèque d'Alexandrie, le deuxième important festival après celui du Caire qui se déroulera du 10 au 15 septembre, a voulu rendre un vibrant hommage à un des enfants de la ville, la star Nour Chérif, qui a été longuement applaudi à cette cérémonie et qui a vu défiler les plus importantes figures du cinéma égyptien à l'image de Mahmoud Yacine, Yousra, Leila El Ouloui et Ahmed Mounir ou encore Nadia El Gendy qui est, comme Nour Chérif, originaire de la perle de la Méditerranée: Alexandrie. Le festival a consacré lors de cette édition un hommage à l'Algérie, en organisant un panorama du cinéma algérien.
    En l'absence de la ministre de la Culture, Mme Labidi, en voyage en Chine, c'est son représentant M.Abdellah Bougandoura, directeur de la culture de la wilaya de Batna et ancien réalisateur de film court dans les années 1990, qui a l'insigne honneur de recevoir le prix décerné par l'Association égyptienne des écrivains et critiques de cinéma (Eafwc) et organisatrice du festival. Dans son allocution, très applaudi par le public alexandrin, le représentant du ministère de la Culture a déclaré que «le cinéma est une nouvelle fois l'occasion de se réunir et unir nos deux pays et nos deux cultures». Il a tenu à saluer l'accueil des organisateurs sur cette perle de la Méditerranée, de la civilisation, de la culture, de l'histoire et de la beauté qu'est Alexandrie. A l'issue de son discours, le représentant du ministère de la Culture a longuement discuté avec le comédien et star Nour Chérif pour une éventuelle collaboration avec l'Algérie. Il faut dire aussi que le cinéma algérien a pris la plus grande part par rapport aux autres cinémas arabes, avec la sélection des films en compétition officielle et en panorama.
    Dans la catégorie court métrage de fiction cinéma Méditerranéen, on notera la présence d'Iminig d'Embarek Menad dans la catégorie court métrage de fiction cinéma arabe, il y a le court métrage Passage à niveau de Anis Djaad. Le cinéma algérien est à l'honneur en hors compétition, dans la catégorie hommage pour le cinéma algérien dans cette édition avec la projection des films L'Héroïne de Chérif Aggoune et L'Andalou de Mohamed Chouikh. Deux autres films algériens étaient également prévus, mais ils n'ont pas été envoyés par leurs producteurs, c'est le film Les Terrasses de Merzak Allouache et La Preuve de Amor Hakkar. Un hommage était d'ailleurs prévu pour Merzak Allouache, mais ce dernier, après un long silence a fini par se décommander à la dernière minute. Dans la délégation algérienne, était également présente la représentante de l'Aarc, Melle Nabila Rezaig et le réalisateur et critique Salim Aggar, choisi comme membre du jury pour la catégorie des courts métrages et documentaire méditerranéen.
    Une star algérienne était également présente à ce festival, Farida Amrouche, qui est venue au Caire pour représenter le film marocain la Fièvre de Hichem Ayoub. La grande dame du théâtre et de la télévision algérienne a créé une ambiance chaleureuse dans la délégation algérienne par son humour et son grand humanisme. A noter, par ailleurs, que le festival a honoré le cinéaste tunisien Tayeb Laouchi, auteur notamment de la coproduction algéro-tunisienne Madjnoun Leila, qui passe par une période difficile, après un accident de voiture qui a l'a rendu paraplégique. La 30e édition du Festival du film méditerranéen d'Alexandrie est un festival qui se tient tous les ans, créé en 1979 par l'Association égyptienne des ecrivains et critiques de cinéma (Eafwc), à sa tête le critique cinématographique Kamel El Malakh 1973.
    Alexandrie Festival international du film pour les pays de la Méditerranée est la deuxième plus ancienne fête du cinéma en Egypte. Organisé par l'Association égyptienne des écrivains et critiques de cinéma (Eafwc).
    L'Aiff qui vise à élargir la culture cinématographique et de renforcer la relation entre les cinéastes à travers le monde avec une attention particulière accordée aux pays méditerranéens.

    « REDA TLILI, RÉALISATEUR TUNISIEN À L'EXPRESSIONPROJECTION DE AT (HOME) DE ELISABETH LEUVREY AUX RC DE BÉJAÏA »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :