• 127 Heures de Critique de Film





    Je me sens plus que libre de parler de la conclusion de ce film, vu que c'était l'une des plus grandes nouvelles il y a environ cinq ans. Aron Ralston, un alpiniste et athlète tonique et talentueux, est tombé dans un canyon dans le désert et a été piégé "entre un rocher et un endroit dur" (le nom des mémoires inspirantes de Ralston), le bras coincé entre un rocher tombé et le flanc d'une crevasse de montagne. Considérez le résultat: perdre le bras ou mourir. Sur le papier, ce choix semble déjà fait, et peut-être que pour Aron Ralston, c'était déjà le cas. C'est juste... pour y arriver. C'est le film, et la différence entre des films comme celui-ci et, disons, Saw (1 à 18), c'est que ce film n'est pas construit autour du gore de cette décision ou de l'horreur de ce gore. Des films comme Saw (2004), s'il s'agit d'un excellent film à part entière, cherchent à exploiter la nature violente de la situation plutôt que l'humanité qui peut en découler.

    Considérez également la différence entre ce film et un autre one-man-show du début de l'année dernière, Buried - les deux comptent beaucoup sur la présence et la crédibilité de leur performance principale, et les deux considèrent la lutte humaine dans la situation, plutôt que la lutte du public avec l'inévitable. Croyez que 127 Heures amène l'indemnité de départ à un niveau incroyablement inquiétant - regarder Ralston se couper le bras est probablement le moment cinématographique le plus déchirant et le plus dérangeant de l'année - mais ce qui est important dans ce film, c'est qu'il n'est pas axé sur l'ascension et la chute d'un éventuel héros; il se concentre sur l'ascension constante du tout-le-monde, et c'est là qu'il trouve son succès.

    De plus, le succès du film se trouve dans le virage transcendant de James Franco, un acteur qui jusqu'à présent n'a pas eu la chance de livrer quelque chose d'aussi profond. Il a déjà été excellent, croyez-le, dans le téléfilm James Dean (2001) et Pineapple Express (2008), et il a même réussi à sauver City By the Sea (2002) du naufrage, un exploit qui ne devrait jamais passer sous silence lorsqu'on parle de la carrière de Franco. Mais ici, tout comme deux autres performances cette année (celle de Natalie Portman dans Black Swan et de Christian Bale dans The Fighter), il est méconnaissable, même si son apparence n'est pas du tout modifiée. Son exploitation émotionnelle est si profonde, et si réelle, que nous ignorons l'acteur et sommes placés là, dans ce canyon, entre un rocher et un endroit dur, nous coupant les bras avec lui. C'est un travail impressionnant, mais au-delà, c'est un travail important.

    La plupart de mes plaintes concernant l'approche du réalisateur Danny Boyle à ses films au fil des ans sont nulles et non avenues dans celui-ci. Ce qui a rendu Slumdog Millionaire (2008) si saccadé, c'est son montage, mais c'est exactement ce qui empêche ce film d'être trop difficile à gérer. Il a un rythme exquis - élégant, en fait - et, aussi intrusif que soit la partition d'A. R. Rahman pour Slumdog, son travail ici est à la fois beau et réfléchi. Sans attirer l'attention sur eux-mêmes, les techniciens (la cinématographie flamboyante, les montages rapides, la partition calme mêlée à la bande-son pop impétueuse) construisent notre monde, encore plus que le canyon lui-même.

    Il ne s'agit jamais de la mesure de l'homme, ni de la durée dans laquelle il ira pour sauver sa vie, un thème que l'on retrouve couramment dans le cinéma néo-grindhouse; c'est un étirement de classer cela comme grindhouse, mais cela correspond à la nouvelle forme, je pense. Ce que le film réfléchit, c'est le voyage, plutôt que la destination, une rhétorique fluide considérant que notre cadre est la destination, et le voyage là-bas ne prend que la longueur du générique d'ouverture pour y parvenir. 127 Hours est visionnable de manière compulsive et divertissant à l'infini, avec un scénario brillamment réalisé, une performance principale époustouflante, et des techniciens judicieusement composés et réfléchis.

    Aron hallucine au bout de quelques jours, il meurt de faim, de soif, physiquement épuisé, et il manque de temps. L'inévitable se produit, et ça fait mal de s'asseoir, mais ce qui se passe par la suite en vaut la peine. La valeur de la vie est déterminée, et je me sentais comme si je n'avais plus rien à craindre. Après avoir constamment pleuré, j'ai été amené à des larmes de joie. Les bases posées par Franco et l'équipage sont magnifiquement bâties et ne se laissent jamais périmer, même après plus de cinq jours, et c'est assez impressionnant en soi.

     

     
    « »
    Partager via Gmail Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :