• Biyouna, pas facile d'être une femme libérée!

    «Pute, bouffonne, hmara (bourrique), kahba (pute), vieille connasse, la honte de l’Algérie, racaille, fille de harki…» sont les qualificatifs qui ont été utilisés sur les réseaux sociaux pour parler de Biyouna, après son passage dans l'émission On n'est pas couché le 14 janvier chaîne de télévision France 2.  

    «Postée sur les réseaux Youtube et Facebook, la vidéo de son intervention chez Laurent Ruquier déclenche une avalanche de réactions. Grande gueule, grande voix et grande picoleuse? Pute pour les uns, grande dame pour les autres, Biyouna ne laisse personne indifférent» rapporte Dernières Nouvelles d'Algérie.

    De son vrai nom Baya Bouzar, Biyouna est l'une des plus grandes comédiennes algériennes installée à Paris. Elle a notamment joué dans le dernier film de Radu Mihaileanu, La Source des femmes, où les femmes du film se battent contre une société machiste. Venue faire la promotion de son dernier spectacle, Biyouna, au théâtre Marigny à Paris du 24 janvier au 31 mars 2012, la comédienne est apparue vraisemblablement ivre sur le plateau d'On n'est pas couché, et tenant des propos quelques peu confus.

    Interrogée sur les personnes qu'elles dérangent en Algérie, Biyouna rétorque à Laurent Ruquier, le présentateur de l'émission:

    «Le peuple algérien m'adore. Je dérange quelques personnes haut placées, mais je suis très respectée par les religieux malgré qu’ils connaissent ma sincérité, ces musulmans là, ils veulent des gens sincères... Alors, ils m’adorent. Ceux que je dérange, et on le sait très bien ceux que je dérange, c’est les gens que je dérange…»

    «Du Biyouna tout craché, avec quelques verres en plus», commente Dernières Nouvelles d'Algérie. Le site Internet explique ensuite que nombre d'artistes avant elle, comme le chanteur français Serge Gainsbourg ou l'écrivain américain Charles Bukoswki, ont déjà fait parler d'eux pour leurs frasques sur les plateaux télé. Sauf que, pour le quotidien algérien, Biyouna ne peut pas se le permettre:  

    «Biyouna, 60 ans, est une femme, une Algérienne, musulmane, mère de 4 enfants… Quand elle est invitée sur un plateau de télé, il faut qu’elle soit sobre, correcte, digne. Il faut qu’elle représente l’Algérie, ses hommes, ses femmes, ses dirigeants, sa religion, ses artistes... Il ne fallait donc pas qu’elle débarque chez Ruquier un verre dans le nez.»

    Un article qui n'a pas plus à Biyouna, qu'elle a repris elle-même sur son compte Twitter et à quoi elle a répondu:

    Sur le réseau social, nombre de messages de soutien lui sont adressés: «Ignore-les, ces imbéciles extrêmistes!», «Continue d'emmerder, de choquer.»

    «Biyouna mérite-t-elle autant d’injures et d’anathèmes?! s'interroge tout de même Dernières Nouvelles d'Algérie. Assurément non! Biyouna est une femme libre, une artiste, une saltimbanque, une gouailleuse qui assume tous ces statuts à la fois. Elle n’a jamais prétendu représenter l’Algérie, les Algériens, pas plus que la femme algérienne.» 

    Cette polémique autour de Biyouna reflète-t-elle les craintes d'une radicalisation de la société dans les pays arabes avec les récentes victoires des partis islamistes en Tunisie et en Egypte?


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :